[49] Maine & Loire n°11 sep/oct 2011
[49] Maine & Loire n°11 sep/oct 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de sep/oct 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de Maine-et-Loire

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,6 Mo

  • Dans ce numéro : dépendance, le Conseil général n'oublie pas les proches.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 | dossier Pour 73% des aidants, l’accompagnement du proche est quotidien. face. « Nous avons reçu 130 aidants, grâce au Conseil général qui subventionne la prise en charge du malade pendant leur formation », précise le président de l’association Michel Abline. LE PRoJET ALTER-EGo Piloté par l’association Anjou Domicile, le projet Alter-Ego a été lancé il y a un peu plus d’un an sur le territoire de trois Clic : Aînés Outre Maine, Loir à Loire et Angers. Ce dispositif expérimental soutenu par le Conseil général mobilise de nombreux partenaires œuvrant dans le champ des services à la personne et le médico-social. La diffusion d’un guide À l’agenda• la 2 e édition du Train Alzheimer s’arrêtera en gare d’angers le 3 octobre. au programme : expositions et conférences pour expliquer la maladie, rappeler le rôle des aidants et faire le point sur la recherche. 01 75 42 97 04• alter-ego organise un forum de l’aidant le 15 octobre à l’espace lino-ventura à avrillé. au travers de plusieurs pôles thématiques, il donnera les clés pour déverrouiller les situations compliquées. www.alter-ego-49.fr 67% des aidants sont des femmes, mères ou épouses. (Sources chiffres : Udaf 49) de l’aidant, l’organisation d’un forum et de plusieurs conférences, la mise en place de séjours de répit sont quelques exemples des actions menées pour informer et soutenir les aidants. « Nous avons touché plus d’un millier de personnes, il faut en sensibiliser encore plus, explique Aurélie Farre, chargée de mission à Anjou Domicile. Les aidants ont tendance à culpabiliser de s’offrir un temps de répit ou de confier leur proche à quelqu’un d’autre. » Accepter de l’aide, prendre du temps pour soi, c’est se donner une chance d’accompagner son proche plus longtemps. plus en savoir Centres locaux d’information et de coordination (Clic) liste et coordonnées disponibles sur www.coderpa49.fr union départementale des associations familiales (udaf) 02 41 36 51 00 - www.udaf49.fr Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) 0 800 49 00 49 - www.mdph49.fr Mutualité sociale agricole (MSA) 02 41 31 75 52 Anjou Domicile, projet Alter-Ego 02 41 682 682 - www.alter-ego-49.fr France Alzheimer 49 02 41 87 94 94 L’accueil de jour, un répit pour l’aidant résidence anne de Melun à baugé, dans la grande salle réservée uniquement à l’accueil de jour. une femme se repose dans un fauteuil du salon. À côté, trois hommes jouent au loto avec les aides médico-psychologiques. octogénaires pour la plupart, ils sont là pour la journée. ce matin, le minibus de l’établissement est venu à leur domicile et les ramènera en fin d’après-midi. tous souffrent de la maladie d’alzheimer ou de syndromes apparentés. tous vivent chez eux avec leur conjoint. ils viennent ici en moyenne une journée par semaine participer à des activités cognitives et créatives, mais aussi à la réalisation du déjeuner. « Confier son proche à du personnel qualifié et bienveillant permet à l’aidant de souffler sans culpabiliser », témoigne le directeur de l’établissement Dominique Moreau. Lexique Aidant familial : personne qui assiste dans les actes de la vie quotidienne un membre de son entourage (famille ou ami) ne pouvant pas vivre en totale autonomie du fait d’un handicap, d’un âge avancé, d’une maladie ou d’un accident. Mensuel du Conseil général de Maine-et-Loire | n°11 N°11 OCTOBRE 2011
expression des élus | 15 Comme le prévoit la loi sur la démocratie de proximité, le magazine du Conseil général de Maine-et-Loire ouvre une page consacrée à l’expression des groupes politiques représentés au sein de l’Assemblée départementale. VOS éLUS DE LA MAjORITé DéPARTEMENTALE renforcer notre action en faveur des plus fragiles En cette période de grande difficulté marquée par des crises financières à répétition et la dégradation des économies à l’échelle mondiale, il convient plus que jamais de veiller au maintien de notre cohésion sociale. Conscient des responsabilités qui lui incombent en matière d’action sociale, le Conseil général, ancré sur ses compétences, se donne comme priorité l’accompagnement des plus fragiles. Cette préoccupation majeure se traduit notamment par une politique d’investissement soutenue en faveur de nouveaux équipements consacrés à l’enfance en danger et aux personnes handicapées. Ainsi, le Village Saint-Exupéry, structure chargée de la prise en charge de l’enfance en danger, sera installé dans de nouveaux locaux offrant un cadre de vie et des conditions d’accueil et d’accompagnement optimales. Par ailleurs, sur ce même site du plateau de la Mayenne, le Conseil général construira la La dépendance Lors de la session du mois de juin dernier, le Conseil général de Maine-et-Loire a débattu de la dépendance. Le groupe des élus de gauche a donné son positionnement sur ce sujet fondamental. L’allongement de la durée de vie dans notre pays doit être considéré de façon positive alors que d’autres n’ont pas cette chance. Il ne doit pas être vu uniquement comme une charge. Pour cela, il faut s’attacher au principe de solidarité nationale et ne pas laisser l’individu seul face à sa perte d’autonomie. LE GROUPE DE GAUCHE nouvelle Maison départementale des personnes handicapées dont l’accessibilité et la densité du réseau de transports en commun devraient sensiblement améliorer la qualité de services. Enfin, une attention toute particulière a été portée par la Majorité départementale aux difficultés que peuvent connaître les jeunes intégrant l’enseignement supérieur. Même si le Conseil général de Maine-et-Loire est l’un des seuls Départements français à accorder son soutien aux jeunes en y consacrant un budget d’environ 1,8 M €, il a néanmoins souhaité faire évoluer son dispositif pour mieux répondre à leurs attentes. Désormais, les étudiants pourront bénéficier d’une dotation forfaitaire ou d’un fonds d’aide spécifique destiné à un soutien plus individualisé. À travers ses décisions, la Majorité départementale affirme ainsi sa volonté d’inscrire l’action sociale au cœur des valeurs humanistes qui l’animent. L’assurance privée comme mode de financement serait donc une catastrophe. Il faudrait mobiliser d’autres ressources comme la Contribution sociale généralisée (CSG). Les départements doivent également continuer à gérer la dépendance. Enfin, la question de la perte d’autonomie pose aussi d’autres problèmes que le financement. Il faudra aborder la question de l’aide aux aidants et définir une politique ambitieuse de santé publique et de prévention.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :