[48] Couleurs Lozère n°50 oct/nov/déc 2019
[48] Couleurs Lozère n°50 oct/nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°50 de oct/nov/déc 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Lozère

  • Format : (267 x 210) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 10,0 Mo

  • Dans ce numéro : travaux dans les collèges.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
LOZ'EMPLOI un projet fort autour de l'emploi et de l'insertion 12 Solidarité Loz'emploi qui sera déployé en septembre avec les partenaires et en articulation avec les dispositifs existants s'attache à répondre à 4 objectifs majeurs que sont  : > favoriser l'insertion socio-professionnelle des personnes, > répondre aux besoins des entreprises, > favoriser l’attractivité du territoire, > anticiper sur les besoins de demain. Résoudre ces problématiques, c'est offrir des leviers de lutte contre la précarité et la pauvreté, et construire des passerelles entre les acteurs. Il faudra pour cela tisser plus de liens entre les territoires et structurer des réponses concertées et adaptées. Le plan d'action de ce nouveau dispositif s'articule autour de quatre axes de travail  : renforcer les liens avec les entreprises (recenser les besoins, organiser et coordonner les actions de réponse, développer de nouveaux outils comme le parrainage, les clauses d'insertion, les mises en situation professionnelles, financer les Parcours Emploi Compétence...), renforcer l'accompagnement des bénéficiaires du rSa (en replaçant l'emploi au cœur des dispositifs, réduire les délais d'instruction, développer des actions de remobilisation…), développer une approche globale de l'insertion (en définissant les besoins d'emploi et d'insertion à l'échelle des territoires) et poursuivre l'amélioration du suivi du dispositif et son évaluation. Ce travail s'inscrit dans une stratégie globale en lien avec la convention de la prévention pauvreté, le PDI/PTI, la convention cadre pôle emploi et la politique d'attractivité mise en place par le Département. couleurs lozère n°50 octobre/novembre/décembre 2019 La parole à Michèle MANOA, vice-présidente, élue départementale déléguée à l'insertion La Lozère a le plus faible taux de chômage de France, pourquoi parle-t-on encore de problématique d'insertion ? « Notre économie, tournée en grande partie autour du secteur agricole, du tourisme et du médico-social, ne permet pas toujours de trouver des solutions aux problématiques d'insertion professionnelle des personnes et aux besoins en emplois des entreprises. Bien que le Département de la Lozère consacre près de 15% de ses dépenses d'insertion aux financements d'actions d'insertion, force est de constater que des besoins demeurent non satisfaits de part et d'autre. Le volume des personnes en insertion stagne avec près de 35% des bénéficiaires du RSA qui sont dans le dispositif depuis plus de 5 ans alors que les entreprises peinent à recruter. Il y a sur le département un problème d'adéquation entre les besoins des entreprises et les profils des demandeurs d'emploi. Quelle réponse le Département propose-t-il ? De travailler main dans la main pour être plus efficaces. Une instance composée de 16 partenaires (consulaires, organisations professionnelles, des ambassadeurs économiques, etc) se réunira tous les 2 mois. Elle va dans un premier temps recenser les besoins des entreprises, repérer les métiers en tension et proposer des actions. Nous souhaitons également expérimenter de nouveaux outils, mettre en oeuvre le parrainage/compagnonnage vers et dans l'emploi, renforcer le dispositif des clauses d'insertion, développer les mises en situation professionnelle ou encore financer des Parcours Emploi Compétence (PEC) du secteur marchand. Toujours plus proches des Lozériens et plus lisibles  : les services du Département se sont réorganisés. De quel constat est né ce projet ? Notre organisation avait besoin d'être rénovée pour être plus en proximité avec les besoins et les ressources des territoires. L'objectif est de s'adapter aux besoins des publics et de renforcer la visibilité du dispositif. Les gens ne savaient plus ce que l'on faisait au niveau des Centre Médico-Sociaux (CMS). Les périmètres d'intervention de nos professionnels n'étaient également plus adaptés à notre territoire ; nous étions dans une organisation très centralisée et cloisonnée, avec des décisions prises depuis Mende. Quand nous avons échangé avec les agents, il est apparu nécessaire d'être plus en transversalité pour mieux répondre aux besoins des personnes accompagnées. Quels vont être les changements pour les personnes accompagnées ? Sur le volet le plus visible, les CMS vont changer de dénomination pour devenir des Maisons départementales des Solidarités. Avant la réorganisation, nous avions, dans les CMS, des professionnels dans chaque domaine d'accompagnement (action sociale, logement, aide à l'enfance, prévention santé…), qui dépendaient d'une direction basée à Mende. Nous n'avions donc pas de responsables localement pour faire la coordination entre ces directions et travailler la prise en charge globale de la personne. C'est à ce manque de coordination que nous avons remédié. Les agents qui formaient avant des équipes par thématiques sont maintenant réunis dans des équipes de territoire sous la responsabilité d'une personne. Cela va renforcer le travail ensemble et répondre aux fractures du territoire. Une équipe pourra prendre en charge toutes les problématiques d'une personne ou d'une famille. On sera aussi beaucoup plus en lien avec les partenaires associatifs et institutionnels. Le responsable sera désormais un interlocuteur de proximité, à la fois interlocuteur des élus locaux et des partenaires. Cette nouvelle organisation permettra des prises de décision plus rapides ».
LE PDI/PTI, LE PLAN D'ACTION OPÉRATIONNEL AU SERVICE DE L'INSERTION. Le PDI-PTI 2019-2023 est la réunion du Programme départemental d'insertion et du Pacte territorial d'Insertion en une même stratégie. C'est un outil de mise en œuvre des politiques sociales élaboré avec les partenaires. Composé de 29 actions, le PDI/PTI est structuré autour de quatre axes  : Garantir la sécurisation des droits (renforcer le lien entre droits et devoirs liés à l'insertion, suivi des sanctions, suivi des indus et fraudes), Garantir un parcours d'insertion pour tous (coordonner le premier accueil social inconditionnel de proximité, réduire les délais d'orientation, coordonner Référent parcours et Référent RSA, développer les liens avec Pôle Emploi), Favoriser le retour à l'emploi (renforcer le lien avec les entreprises, créer un SAS avant la démarche d'emploi, accompagner la personne vers et dans le logement, et dans la levée du frein santé, coordonner les actions mobilité, accompagner les usages du numérique, construire des actions pour les non-francophones) et enfin Accompagner la définition d'un projet professionnel (maintenir des accompagnements socio-professionnels, maintenir l'IAE (Insertion par l'Activité Économique) et prise en charge des PEC (Parcours Emploi Compétences), renforcer les accompagnements des moins de 5 ans, mettre en œuvre le parrainage, développer les mises en situation professionnelles, renforcer la clause d'insertion). En 2018, le Département a investi 770 000 € dans ce PDI/PTI pour accompagner les publics en insertion via notamment des associations (Quoi de neuf, la Traverse, AIPPH, Aloès etc). Solidarité Le Département vient de signer une convention "Urgence Toilettes" avec l'Association François Aupetit qui permet aux malades souffrant de MICI (Maladies Inflammatoires Chroniques de l'Intestin) de pouvoir utiliser les sanitaires des locaux du Département répartis sur l'ensemble du territoire. Cette mise à disposition se fait bien évidemment à titre gratuit et confirme l'engagement de la Collectivité envers les personnes en situation de handicap. En juillet dernier, la Présidente du Département était interviewée dans le journal de 20h de France 2 pour parler démographie médicale. L'occasion de faire le point sur les conventions d'installation signées par le Département avec des étudiants en médecine et les praticiens qui ont rejoint ou vont rejoindre notre territoire. D'autres ne figurant pas sur cette liste ont été accompagnés dans leur installation par le Réseau Lozère Nouvelle Vie et/ou le Département (Grandrieu, Châteauneuf, St-Etienne du Valdonnez...). D'autres contacts sont en cours. Brice ZACHAREWICZ - fin 2010 - Saint-Chély d'Apcher Céline TOULOUSE - fin 2010 - Marvejols (a quitté la Lozère depuis) Élodie VIGNOLA - été 2011 - Langogne Mathilde MINET - été 2013 - Mende Laure CAYROCHE - fin 2014 - Antrenas Aude GERBAL - fin 2014 - Mende Marie-Laure ZENI - début 2015 - Florac Coralie HÉBERT - 2016 - Mende (a quitté la Lozère depuis) Amélie PRUNIER - début 2016 - Florac Lucie HERMET - début 2016 - Saint-Chély d'Apcher Christian BRUEZ - avril 2019 - Châteauneuf de Randon Daniel CAMILLERI - été 2019 - Le Malzieu Lucile TUZET - en cours - Saint-Chély d'Apcher ou Mende Evelyne MERTZ - octobre 2019 - Le Pont de Montvert Grégoire MAILLE - fin 2019/début 2020 - La Canourgue Didier BENKEMOUN - janvier 2020 - Collet de Dèze Hugo SAVAJOLS - fin 2020 - Mende J-Baptiste ERNOUF et sa compagne Priscilla - fin 2020 - secteur à définir Romane ARNAL - fin 2021/début 2022 - secteur à définir couleurs lozère n°50 octobre/novembre/décembre 2019 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :