[48] Couleurs Lozère n°18 jan/fév 2013
[48] Couleurs Lozère n°18 jan/fév 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de jan/fév 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Lozère

  • Format : (267 x 210) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : la Lozère renforce son attractivité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 rubrique rencontre Jean-Michel Brun Un homme de proximité Directeur de l’Hyper U Cœur Lozère, Jean-Michel Brun défend son engagement auprès des producteurs lozériens. Dans l’entreprise, il soutient la mixité des emplois et l’égalité professionnelle femmes/hommes. Accueillant, déterminé et modeste, Jean- Michel Brun revendique d’emblée la forte implication territoriale du magasin Hyper U où il occupe les fonctions de directeur depuis 2005. En « tête de gondoles », environ 1000 produits locaux… pour une centaine de producteurs. « La famille Bringer fait du commerce indépendant en Lozère depuis 1890. En créant la marque Cœur Lozère, Nicolas Bringer, directeur général, ancre davantage encore notre activité dans l’économie du territoire. Nous considérons comme notre devoir de Lozèriens d'aider, par les moyens dont nous disposons, les artisans et producteurs de Lozère à se développer. Ils font un travail remarquable et des produits de qualité qu'il est important de mettre en valeur ! » Le partenariat avec des producteurs lozériens peut aller jusqu’à la participation au financement d’actions telles que la construction de l’abattoir de Marvejols ou l’accompagnement des éleveurs dans la mise en place du contrôle sanitaire. Ce soutien trouve sa réciprocité dans une fidélité qui s’affiche pour certains depuis 30 ans. Avec l’opération « porc » ou « bœuf de Pâques », Jean-Michel Brun défend une politique « moins de 50 km du pré à l’assiette » qui est une autre forme de commerce équitable local. « Nous écoulons 15 à 20 porcs par semaine, ça peut sembler modeste, mais il faut accepter de faire les choses à l’échelle de notre territoire. » Cette année une Foire aux produits lozèriens a été organisée dans la galerie d'Hyper U le samedi précédant le week-end de pâques. Une cinquantaine de producteurs lozèriens dont les produits sont présents toute l'année dans le magasin ont pu venir en personne rencontrer les clients et présenter leur savoir-faire. Cet événement a été un succès et sera reconduit désormais chaque année. UNE POLITIQUE DE PRIX RAISONNÉS Si l’Hyper U est le seul hypermarché en Lozère, il fallait toutefois réussir le pari de la distribution locale. Le choix a été de s’engager dans des prix raisonnés, une politique que rend possible le peu d’intermédiaires. « Nous avons l’avantage en Lozère de pouvoir nous installer autour d’une table pour réfléchir ensemble, du producteur au transformateur. » Ce type de circuits courts permet de créer et de garder la richesse sur le territoire, ce qui est un des fondements de l'économie sociale et solidaire. Ces valeurs traditionnelles n’excluent pas le recours aux nouvelles technologies. Depuis trois ans, l’hypermarché propose à ses clients de faire leurs courses sur Internet. Un service utile notamment aux actifs et aux personnes âgées. L’e-commerce a permis l’embauche de dix employés supplémentaires. Soucieux du bien-être de ses 180 collaborateurs, Jean-Michel Brun reçoit chacun d’eux en entretien individuel une fois par an. Il développe au sein de l’entreprise les mesures en faveur de l’égalité professionnelle et de la mixité des emplois. À ce titre, l’Hyper U a reçu de l’AFNOR en juin 2012 le label Égalité, ce qui est une première en France dans le secteur de la distribution alimentaire : « Ce label nous oblige à des engagements, notamment celui de la formation, pour une véritable reconnaissance des compétences, ou encore de la rémunération équitable entre femmes et hommes. » J-F. Salles BIO EXPRESS 1962 : naissance à Mende, dans une famille d’agriculteurs installés près de Rieutort-de-Randon. 1980 : premier emploi comme simple collaborateur à Escale Mende (qui deviendra Super U), puis responsable de rayon à Escale Saint-Flour, puis Directeur du magasin Escale (devenu Super U) à Lodève. Il exerce alors tous les métiers de la distribution. 2000 : retour à Mende, où il dirige le Super U et prépare le transfert du magasin. 2005 : directeur de l’Hyper U, il dispose alors de l'outil commercial pour pousser le référencement de nombreux producteurs lozèriens, et ouvre un espace aux associations.
Frère Jean histoire et patrimoine 15 Frère Jean Quand le sacré rencontre l’art… Dans un ancien prieuré, le skite Sainte-Foy, fondé en 1996 dans les Cévennes, accueille des moines, des retraitants et des artistes. Le Frère Jean y témoigne de sa foi par la photo, le jardinage et la poésie au cœur de ce lieu de prière orthodoxe. À Saint-Julien-des-Points, le skite Sainte-Foy domine la vallée Longue de toute sa bâtisse. Depuis seize ans, le Père Gérasime, dit Frère Jean, et le Frère Joseph vivent dans cette ancienne ferme fortifiée en pierres de schiste. Skite, en grec, est l’équivalent de « celle », le lieu de retraite d’un ermite, et désigne aussi un petit monastère. Ce prieuré bénédictin du XVI e siècle, entièrement restauré par des artisans voisins dont le savoir-faire témoigne du patrimoine local, est devenu un lieu de prière orthodoxe et de retraite en plein cœur des Cévennes. UN SEUL CRITÈRE DE SÉLECTION : L’AUTHENTICITÉ La Fraternité Saint-Martin, association d’artistes chrétiens qui compte 850 adhérents, acquiert les bâtiments en 1996. Le skite a pour vocation d’accueillir les retraitants orthodoxes, mais aussi les artistes, les artisans, les paysans du monde entier… Pourvu que l’on témoigne de sa foi – quelle qu’elle soit – par une œuvre d’art ou par un art de vivre. « Le paysan reste toujours très humble devant son œuvre. Pourtant, un bon pain, un bon fromage, un bon miel, c’est authentique, cela crée de la fraternité », constate Frère Jean. L’hostellerie propose trois chambres sobres mais hospitalières, une salle d’eau ; un réfectoire spacieux qu’orne une cheminée du XVI e siècle. À l’étage, un oratoire situé dans une ancienne magnanerie abrite les offices sous l’égide des saints, dans un parfum d’encens. Les icônes dorées côtoient les vitraux de Henri Guérin et des objets liturgiques ouvragés. Une fresque colorée recouvre les murs. Quatre offices rythment la journée des moines et chacun est invité à partager cette prière au quotidien. Les bâtiments ouvrent sur une cour intérieure. Les calades sont entretenues par Frère Joseph ainsi que les murets qui bordent la propriété. Quant au jardin, c’est l’affaire de Frère Jean. Rectangulaire, clôturé, il rappelle dans son ordonnancement les jardins médiévaux. Un chemin de prière le surplombe au milieu des chênes UNE PASSION POUR LA PHOTOGRAPHIE Photographe professionnel avant de devenir moine en 1983, Frère Jean poursuit ses recherches dans cette activité. Il a publié de nombreux livres de photos et de poésies. Son travail sera exposé de mai à septembre 2013 au prieuré Saint-Michel de Grandmont (Hérault), au musée du Protestantisme de Ferrières (Tarn) et en juillet à Marseille, capitale européenne de la culture. verts. Statues et croix en ponctuent le trajet, ainsi qu’une exposition de photos, œuvres du moine dédiées au passage du temps. Plus loin, une gloriette ; là, un banc… Un lieu de prière, de contemplation, de silence et de méditation. couleurs lozère n°18 janvier/février



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :