[46] Contact lotois n°82 jui/aoû/sep 2012
[46] Contact lotois n°82 jui/aoû/sep 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°82 de jui/aoû/sep 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Lot

  • Format : (277 x 392) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6,6 Mo

  • Dans ce numéro : plongez dans l'été.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
dossier prévention DIALOGUE Toute la vérité sur la sexualité Alors que la sexualité est un sujet souvent tabou dans les familles, le Conseil général intervient dans les collèges et lycées pour écouter les jeunes et, si besoin, leur venir en aide. Parler de sexualité aux collégiens nécessite tout à la fois écoute et parler vrai. Tout au long de l’année scolaire, Pascale Sudret, conseillère conjugale et familiale, intervient dans les collèges et lycées au nom du Conseil général. Pour cette seule année scolaire, le Conseil général a ainsi dispensé 195 séances dans les établissements lotois ! « J’interviens auprès des élèves de 4 e, 3 e et seconde, en collaboration avec l’infirmière de l’établissement », explique Pascale Sudret. « Le dialogue s’instaure assez facilement, librement. Nous constatons que les jeunes sont dans l’immédiateté, ils vivent dans l’instant. L’augmentation des prises de la contraception d’urgence (pilule du lendemain) illustre bien ce problème ». RESPONSABILITÉ ET RESPECT Les objectifs sont de faire réfléchir les jeunes afin de les rendre responsables de leurs actes et de replacer la relation sexuelle dans un contexte de relation amoureuse de confiance, de respect de soi et de l’autre, de respect des différences (personnelles, culturelles, sexuelles…), pour combattre les préjugés. 14 Contact lotois juillet 2012 www.lot.fr Il s’agit également de leur présenter les personnes et les lieux ressources tels que les infirmières et assistantes sociales scolaires, les centres de planification… « L’acte sexuel est un acte intime et non banal. Ces séances les aident à parler de sentiments, d’émotions, de comment dire « non », de prendre le temps, d’être prêts dans sa tête, au lieu de se laisser influencer par les médias, les vidéos pornos, le groupe. Les sentiments, la relation amoureuse peuvent faire peur aux collégiens car on donne de soi et l’on craint d’avoir mal quand la relation cesse. Mais le fait d’en parler, d’écouter les autres provoque la réflexion ». « Notre rôle est aussi de les faire réfléchir sur les risques sexuels sous l’effet de l’alcool. Avec les professionnels des établissements, nous sommes là pour replacer les choses dans leur contexte, redéfinir les mots, établir la différence entre faire l’amour et avoir des rapports sexuels », poursuit Pascale Sudret. « Au lycée, le discours évolue : avec plus de maturité, avec les premières expériences sentimentales, les échanges montrent que les jeunes recherchent de préférence l’amour dans leurs relations sexuelles, parce que ‘’aimer et être aimé ça fait du bien ! ‘’ ». En 2011, plus de 2 000 jeunes ont été rencontrés par Pascale Sudret, conseillère conjugale et familiale pour le Conseil général. Textos Le centre de planification, un lieu d’écoute anonyme Le Conseil général gère 5 centres de planification (Cahors, Figeac, Gourdon, Saint-Céré, Souillac). Les centres de planification sont des lieux d’information, d’écoute et de prescription, anonymes, gratuits et confidentiels pour les mineurs(es) pour la délivrance de moyens de contraception, la contraception d’urgence, les tests de grossesse, test SIDA, examens biologiques IST (infections sexuellement transmissibles) et IVG. La plupart des consultations ont pour but la prescription ou l’information sur la contraception, les tests de grossesse et la sexualité. Renseignements tél. 05 65 53 40 00, demandez le service de la Protection maternelle et infantile.
LOGEMENT Un coup de pouce pour les jeunes Financés par le Conseil général et gérés par la Mission locale, 15 logements sont mis à la disposition de jeunes adultes en situation précaire. dans mon entourage ne pouvait se porter caution « Personne pour un logement. Sans la Mission locale, je ne pourrais pas vivre ici et je ne sais pas comment j’aurais pu m’en sortir ». En quelques mots, Camille Maquaire, 23 ans, résume tout l’intérêt de cette mise à disposition de logements financés par le Conseil général du Lot. Ainsi Camille ne paye qu’un loyer très modéré dans lequel les charges sont comprises et la caution de départ reste très accessible. Concrètement, Camille a payé 150 € de caution et verse chaque mois 170 €, charges comprises, pour un loyer de 450 €. Une opportunité pour cette jeune fille, surveillante au lycée Clément-Marot à Cahors et qui espère poursuivre une carrière dans le social. Mais auparavant, à l’automne, elle s’investira probablement dans l’humanitaire à l’étranger. 100% DE TAUX D’OCCUPATION La Mission locale ne se contente pas de mettre à disposition des logements à faible prix. Elle assure également le suivi des locataires. Evelyne Galvan, chef de service logement à la Mission locale, assistante sociale de formation, rencontre Camille tous les 15 jours, question de s’assurer que tout se passe bien pour elle. « Ce suivi est important. Je me sens soutenue. Gérer un appartement, faire la cuisine, le ménage, c’est un bon apprentissage pour entrer dans la vie active », constate Camille. En offrant ce service, la Mission locale ne propose pas qu’un toit : elle donne aussi un coup de pouce pour mettre un pied dans la vie active. Preuve de l’intérêt d’un tel dispositif : le taux d’occupation des 15 logements dédiés à Camille ne paye qu’un loyer très modéré. Elle est accompagnée par Evelyne Galvan (à droite) de la Mission Locale. 540 000 prévention cette initiative (dont 12 à Cahors, 2 à Figeac et 1 à Souillac) avoisine les 100%. Parmi les 38 jeunes accueillis en 2011, 24 étaient des garçons, 14 des filles et parmi eux, 6 couples, pour une durée moyenne d’occupation de cinq mois et demi. La Mission locale propose des contrats de courte durée afin de permettre au plus grand nombre de pouvoir bénéficier de cette initiative. Mais force est de constater qu’avec la crise, les jeunes resteraient volontiers plus longtemps dans leur appartement : ils ont de plus en plus de mal à trouver des ressources financières suffisantes et régulières et donc à pouvoir assumer seuls le coût d’un logement plus conventionnel. C’est le montant en euros consacré par le Conseil général aux missions de prévention en faveur des jeunes, via les centres sociaux de Cahors, Figeac et Pradines. Par ailleurs, le Conseil général consacre 247 600 € à la Mission locale. 43 500 € sont destinés à la politique d’insertion des jeunes par le logement. dossier + d’infos L’offre de logements de la Mission locale s’inscrit dans une offre de services plus large de cet organisme. Elle comprend l’accès à l’emploi, à l’orientation, à la formation, à la mobilité, à la santé, aux ressources financières qui concourent à offrir aux jeunes demandeurs d’emploi lotois de 16 à 25 ans un accès à l’autonomie de façon durable. Mission locale Lot, 66 bd Gambetta à Cahors. Tél. : 05 65 20 42 60 Contact lotois juillet 2012 www.lot.fr 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :