[46] Contact lotois n°69 avr/mai/jun 2009
[46] Contact lotois n°69 avr/mai/jun 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°69 de avr/mai/jun 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Lot

  • Format : (277 x 392) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,7 Mo

  • Dans ce numéro : lot 2020, les nouvelles solidarités.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
expression démocratique groupes politiques Quel avenir pour les Départements ? Dans le cadre du rapport Balladur sur la réforme des Collectivités locales - rendu en mars 2009 - l’avenir des Départements semble fortement compromis… Ceux-ci seraient, entre autres, trop dépensiers et pas en phase avec les besoins des citoyens… Comment accepter de telles contre-vérités ? Si le niveau de dépenses des Collectivités territoriales a effectivement augmenté, cela s’explique par la politique incohérente de l’État qui se défausse de plus en plus de ses compétences sans en compenser la charge financière (le RMI, l’APA en sont de parfaites illustrations), Peut-on objectivement dire que les Conseils généraux, qui sont les partenaires discrets et efficaces de notre vie quotidienne, ne sont pas en phase avec leurs concitoyens : les futures mamans sont suivies par le service de la Protection Maternelle et Infantile, les enfants sont accompagnés dans les structures de garde, les élèves grandissent dans La réforme des collectivités locales qui fait peur Vouloir remédier à l’empilement ou au millefeuille de collectivités locales, estce opportun aujourd’hui ? À l’heure où le pays traverse une crise, toute idée de changement peut effrayer. Pourtant, l’ambition est là de repenser notre organisation des territoires caractérisée par plusieurs strates de compétences, par un découpage ancien qui n’a plus sa justification aujourd’hui. Il faut être un initié pour démêler l’enchevêtrement des rôles de chacun, et arriver à mobiliser tous les moyens mis à disposition. Si les habitants sont attachés aux territoires, au caractère identitaire qu’ils peuvent conférer, il n’en demeure pas moins que les limites de ces derniers ont évolué au gré des flux migratoires, des bassins économiques et bassins de vie, de 24 Contact lotois mai 2OO9 www.lot.fr les collèges… Il y a les routes, la solidarité avec les personnes fragiles, les prestations pour nos Anciens, les aides aux communes, les Espaces Naturels Sensibles, la gestion des déchets, le patrimoine, la lecture publique… Le Département c’est la solidarité territoriale et humaine, c’est la proximité. La France a effectivement besoin d’une réelle réforme de son modèle d’actions publiques, nous y sommes d’ailleurs favorables mais il convient de la mener de manière cohérente et concertée : Il faut développer et rééquilibrer durablement les territoires. L’État doit garantir l’égalité entre les citoyens et les territoires et non organiser leur mise en concurrence. Il faut repenser l’organisation territoriale et le développement des services publics, mais sur la base de la satisfaction des besoins et des droits fondamentaux, la construction de projets et de coopérations volontaires, sans l’attractivité de certains au détriment d’autres. En conséquence, repenser l’organisation territoriale prend tout son sens. Des régions ou des départements pourraient se regrouper sur la base du volontariat, voire d’un référendum. Peut-on imaginer un rapprochement du couple région/département en proposant dans une même élection la désignation de conseillers siégeant à la région et au département ? La question mérite d’être posée. Tout l’enjeu est de clarifier les compétences ainsi que de veiller à préserver un élu de proximité. Il apparaît qu’aujourd’hui le département est l’échelon pertinent particulièrement en matière sociale. Dès lors, comment simplifier ? Opérer une soustraction dans les collectivités, ou limiter les domaines d’intervention de certaines collectivieffacer les échelons communaux et départementaux. Il faut assurer de nouveaux moyens financiers aux Collectivités. Cela suppose des impôts justes, progressifs et efficaces et donc une réforme globale de la fiscalité. Les dotations doivent mieux remplir leurs rôles de justice sociale et de développement économique. En effet, habitants, salariés, acteurs économiques, tous ont besoin des Collectivités territoriales, de leurs services, de leurs investissements. Cette remise en cause des Conseils généraux est lourde de conséquences. Si elle s’alignait sur les préconisations du rapport Balladur, cela entraînerait une limitation de la démocratie locale et une concentration des pouvoirs dans des sphères éloignées des citoyens et de leurs préoccupations. Il n’a d’ailleurs échappé à personne que cette volonté centralisatrice vise à bâillonner les Collectivités territoriales qui s’opposent actuellement, dans leur majorité, à la politique anti-sociale du Président de la République. n Les Elus de la Majorité départementale tés ? Pour le citoyen, la commune représente le premier lien avec le territoire, le plus proche, le plus à même de répondre aux considérations quotidiennes. Pour ces raisons, les communes, et surtout leurs structures de coopération que sont les intercommunalités, constituent la base du renouveau organisationnel des territoires. En effet, l’intercommunalité, que d’aucuns souhaitent voir se développer par des regroupements plus en adéquation avec les réalités de terrain, offre un espace pertinent de mise en œuvre de politiques territoriales. Nombre d’obstacles s’annoncent déjà à cette réforme où les intérêts sont nombreux et divers ; une concertation large sera nécessaire. Mais n’oublions pas que nous agissons pour nos administrés et que veulent-ils ? Plus de logique, de simplification, d’efficacité, moins de gaspillage, de perte de temps… Sommesnous alors capables de nous remettre en question ? n Groupe SE - DVD
église Saint-Sauveur à Figeac SOS vitraux patrimoine Le Conseil général du Lot lance un appel à contributions auprès des communes et des associations de sauvegarde du patrimoine pour photographier les milliers de vitraux qui ornent les quelque 900 églises du Lot. L’immense majorité des vitraux date de la fin du XIX e siècle. Mais les techniques utilisées à cette époque posent aujourd’hui de sérieux problèmes : les plombs utilisés pour le montage des vitraux, trop fins, se cassent ou se déchaussent, entraînant la chute des verres colorés. Afin de mesurer l’ampleur de ce phénomène, les bonnes volontés sont mises à contribution. Les photographies, mises en ligne sur www.patrimoine-lot.com, serviront à élaborer un projet en vue de la restauration des vitraux anciens et la création de nouvelles verrières dans les édifices qui le méritent. Renseignements : 05 65 53 43 11. le Lot et vous Contact lotois mai 2OO9 www.lot.fr 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :