[46] Contact lotois n°68 jan/fév/mar 2009
[46] Contact lotois n°68 jan/fév/mar 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°68 de jan/fév/mar 2009

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Lot

  • Format : (277 x 392) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : le nord du Lot s'active.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 Biars-sur-Cère Techniques et Formages pousse les murs Cette chaudronnerie de pointe construit un nouveau bâtiment grâce à un accompagnement financier innovant. 40 employés en 2004, 54 aujourd’hui, une dizaine de plus dans quelques années : Techniques et Formages à Biars-sur-Cère est une société en pleine progression. Si bien que cette chaudronnerie de haute précision commençait à se sentir à l’étroit dans ses locaux datant pour les plus anciens de 1965. Et au point de ne plus pouvoir répondre à toutes les commandes et de devoir louer des locaux à Puybrun, Bretenoux, Brive, et même des tentes transformées en sites de stockage… Un nouveau bâtiment de 5 000 m2 est donc en construction depuis quelques mois sur la zone d’activités de Biars. « Nous gardons nos bâtiments actuels pour doubler notre site de production et nous rapatrions toute notre activité ici », explique le PDG Michel Labaigt qui Le Conseil général soutient le projet de Thiot Ingénierie (à hauteur de 30 000 €). Spécialiste de lanceurs de laboratoire et de chambres de confinement d’explosion, cette société, locataire à Saint-Michel-Loubéjou, achète un bâtiment à Puybrun pour regrouper dans le Lot l’ensemble de ses activités. contact lotois février 2009 mène là un véritable projet poussé par toute l’entreprise. Au 1 er mars, les nouvelles unités de fabrication seront fin prêtes et une commande pour le secteur de l’armement pourra être immédiatement honorée. Les clients de Techniques et Formages sont aussi des entreprises ferroviaires (cabines de trains, structures de tramways, portes de locomotives), aéronautiques ou tout simplement de vénérables institutions : les ascenseurs de la Tour Eiffel ont été fabriqués à Biars. L’intervention de CoLoDor Pour son nouveau bâtiment, Techniques et Formages a bénéficié de l’accompagnement de CoLoDor (Corrèze Lot Dordogne) : cette société chargée de porter l'immobilier d'entreprises a été créée par LDA (Lot Développement Aménagement), la société d’économie mixte initiée par le Conseil général, et d’autres partenaires (1). L’investissement de plus de 4 millions d’ € HT est ainsi supporté par CoLoDor, l’entreprise remboursant via une location vente. « Sans cela, les banques ne nous auraient pas suivis », remarque Michel Labaigt. Haut-Quercy : le parc d'activités sur la piste d’envol Le Conseil général du Lot, la communauté d'agglomération de Brive et les communautés de communes des pays de Martel, Souillac et Haut - Quercy Dordogne se sont donné pour ambition de créer, à proximité du futur aéroport de Brive - ı Le Conseil général, aux côtés d’autres collectivités, a répondu présent pour soutenir ce projet de développement économique, à travers une subvention de 100 000 € dans le cadre de ses aides à l’immobilier d’entreprise. Grâce aux nouveaux locaux, Techniques et Formages, qui n’a que deux ou trois concurrents en France, peut envisager l’avenir avec sérénité : « Nous aurons de nouvelles capacités techniques pour fabriquer des pièces plus grandes ». (1) AT ingénierie et groupe Caisse d’Epargne Souillac, une zone d'activités qui soit une vitrine économique à la fois pour les collectivités et les entreprises du territoire. Pour concevoir cet aménagement de référence, le recrutement d'une équipe de maîtrise d'œuvre, délégué à LDA (Lot Développement Aménagement), vient d’être lancé. La réalisation du Parc sera toutefois progressive et adaptée aux moyens financiers des différents partenaires.
ı Un nouveau bâtiment de 5 000 m² est en construction, avec à la clé de nouvelles embauches. La communauté de communes Cère et Dordogne a reçu 14 000 € de subvention du Conseil général pour un bâtiment industriel à Biars destiné à Hydrau-Elect. Cette aide intervient dans le cadre de la reprise, par deux salariés, de cette société spécialisée dans les automatismes et les processus industriels hydrauliques. ı ıDanielle Deviers, vice-présidente du Conseil général chargée du développement économique et du désenclavement Calviac Anthony devient agriculteur le jour de ses 23 ans En ce début janvier, le givre a blanchi la forêt du Ségala. A Calviac, Anthony Peyral franchit une étape, le jour même de ses 23 ans : il s’installe comme agriculteur, après six mois de démarches. Associé à son père Claude, il se lance dans l’élevage de limousines (une centaine de vaches, sur 72 hectares), et commercialisera des veaux estampillés du label « élevés sous la mère ». « C’est le meilleur moyen de valoriser notre production », estime-t-il. Après un bac professionnel agricole à Aurillac, lui qui tout petit déjà suivait son grandpère sur l’exploitation, adore le contact des animaux. Durant son temps libre, il bichonne d’ailleurs ses deux chevaux de trait avec lesquels il concourt depuis l’âge de 17 ans. « J’étais le plus jeune au concours de Sousceyrac », raconte-t-il. S’installer avec la conjoncture actuelle dans le ı Aider les entreprises à se développer « Malgré la crise actuelle, il est important pour le Conseil général de continuer à aider les entreprises à se développer. Les différents outils que nous avons maintenant mis en place dans le Lot (CoLoDor, aides en Recherche et Développement, etc.) permettent à des entreprises de pointe comme Techniques et Formages ou Thiot Ingénierie de se déployer sur de nouveaux marchés, de rester performantes et concurrentielles. Leurs activités restent sur place, les emplois qualifiés aussi, et cela incite Le Conseil général attribue 9 000 € à Jauzac (menuiseries, charpente…) pour un nouveau bâtiment à Girac afin de développer une activité de recyclage de copeaux et de sciures pour le chauffage. secteur agricole inquiète quelque peu Anthony, « mais on s’en sortira », philosophe son père. Et voir six jeunes agriculteurs qui se sont lancés récemment à Calviac donne du courage. A chaque fois, le projet est une reprise d’une exploitation familiale. « Il est difficile de démarrer de zéro », remarque ainsi Anthony. Accompagné par le Département Le Conseil général donne donc un coup de pouce aux jeunes agriculteurs lotois qui, comme Anthony, s’installent en choisissant notamment des productions qui permettent de générer une certaine valeur ajoutée : un moyen de garantir un revenu plus sûr à ces jeunes et de ne pas les contraindre à agrandir leur exploitation à tout crin. ı Anthony Peyral se lance avec son père dans l’élevage de vaches limousines. les jeunes à vivre dans le Lot après leurs études, ce qui est un enjeu important pour un département rural comme le nôtre. L’activité économique déjà existante et importante dans le nord du Lot sera bientôt confortée par le Parc d’activités du Haut-Quercy. Nous aurons alors une grande zone d’activités qui ira de Saint-Céré à Cressensac, ce qui apportera du dynamisme dans de nombreux secteurs et bénéficiera au département. » 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :