[46] Contact lotois n°67 oct/nov/déc 2008
[46] Contact lotois n°67 oct/nov/déc 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°67 de oct/nov/déc 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Lot

  • Format : (277 x 392) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : le laboratoire départemental d'analyses à votre service.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
P.Sheandell/Photoalto social Enfance en danger Mise en place d’une cellule départementale Un protocole mettant en place la cellule départementale de l’enfance en danger a été signé le 15 septembre dernier entre le président du Conseil général, la préfète, le procureur de la République, le directeur de la Protection judiciaire de la jeunesse et l’inspecteur d’Académie. Cette cellule départementale est chargée de recueillir les informations préoccupantes, puis d’évaluer et de traiter les situations. C’est le président du Conseil général qui la pilote. À charge pour les autres partenaires de lui apporter leur concours et de lui transmettre toutes les informations utiles. En 2007, la loi a redéfini les missions du Conseil général concernant l’aide sociale à l’enfance. Sont ainsi rappelés les principes généraux de la protection de l’enfance et le rôle du Conseil général. Dans le Lot, c’est une véritable instance de concertation et de pilotage qui voit le jour pour mettre en œuvre la politique de la protection de l’enfance en danger. L’an dernier, le Conseil général a repéré 298 enfants dans le Lot connaissant des situations familiales risquant de compromettre leur bonne évolution. 44 étaient en danger réel tandis que 254 connaissaient des situations particulièrement préoccupantes. Difficultés d’ordre éducatif, troubles de la santé psychique des parents, absence de sécurité, mais aussi violences physiques, violences psychologiques ou abus sexuels dans les cas extrêmes… Autant de cas mettant les mineurs en danger et pour lesquels le Conseil général intervient. 6 ıAndré Mellinger, vice-président du Conseil général chargé des affaires sociales. contact lotois octo∫re 2008 ı Les conseils de TilT Le Conseil général emploie, au sein de ses services, des conseiller(e)s en économie sociale et familiale. Budget, logement, maîtrise de l’énergie, vie quotidienne, endettement : sur tous ces domaines, ils ou elles sont présents sur tout le département pour des informations, des conseils et des accompagnements. Retrouvez-les dans chaque Contact lotois, à travers la rubrique « les conseils de Tilt ». Les déchets électroniques débordent En France le volume des déchets électroniques jetés chaque année est estimé à 1,8 tonne. Chacun d’entre nous produit ainsi 14 kilos par an soit 4% du volume des déchets totaux. Face à ce chiffre qui devrait doubler d’ici douze ans, tant la durée de vie des appareils se raccourcit (quatre ans pour un ordinateur, pas plus de deux ans pour un téléphone portable), une question s’impose : Que faites-vous de ces appareils contenant des substances dangereuses pour l’environnement (plomb, mercure, amiante, fluide frigorigène…) ? Pour vous aider à y répondre, un décret relatif au traitement des déchets d’équipements électriques et électroniques a donné naissance à l’Eco participation ou Eco taxe.• Qu’es aco ? : Elle est fixée par l’organisme chargé du recyclage en fonction du volume et de la nature du produit à recycler. Par exemple : 10 centimes d’euro pour un téléphone portable et 30 centimes pour un ordinateur portable. Ce supplément n’est pas une taxe ! Le produit de la collecte est entièrement reversé aux organismes s’occupant du circuit et ne va en aucun cas dans la poche de l’État ou du constructeur. Le fabricant répercute le coût, l’affichage le rend visible. « L’enfance en danger commence par l’absentéisme » « De par son implantation sur l’ensemble du territoire, le Conseil général est en première ligne sur ce sujet. Que ce soient les partenaires institutionnels ou associatifs, des liens étroits doivent être tissés et entretenus avec tous ceux qui travaillent au plus près des enfants, sur le terrain.• Concrètement : Tous les produits marqués d’un logo informent le consommateur qu’ils ne doivent pas être jetés avec les ordures ménagères. Des solutions s’offrent à vous : - Les enseignes qui vendent ce type de produit ont l’obligation de reprendre votre ancien appareil quand vous en achetez un neuf. - Apportez votre article dans une déchetterie agréée pour le tri sélectif. Ce procédé est entièrement gratuit.• Dans quel but ? : Même si le recyclage des matières premières est visé, l’objectif est de parvenir à 75% de réemploi. Les appareils trop anciens (ceux dont les pièces détachées sont difficiles à trouver ou ceux irréparables) sont dépecés pour être recyclés. Si on ne peut qu’encourager le recyclage, il faut rappeler que les meilleurs déchets sont ceux que l’on ne produit pas. Pour tout renseignement : SYDED du Lot, les Matalines 46150 Catus 05 65 21 54 30 - www.syded-lot.fr www.ademe.fr www.eco-systemes.com 0 825 886 879 (n°indigo) Pour joindre un(e) conseiller(e) en économie sociale et familiale contactez la direction de la Solidarité départementale, service social territorial au 05 65 53 40 00. Nous avons l’obligation d’agir efficacement : le Lot lui aussi est confronté à des problèmes de consommations addictives chez les jeunes (alcool, cannabis). L’absentéisme à l’école est souvent révélateur de situations difficiles. Dans ce contexte, l’aide à la parentalité est primordiale ».
Investir:oui gaspiller:non ı Un Faire mieux, sans plus de moyens, dans le cadre d’une démarche de développement durable : telle est l’ambition que souhaite faire partager le Conseil général du Lot aux communautés de communes, dans le cadre de la constitution de Schémas de cohérence des aménagements, équipements et services (SCAES). « L’argent public devient rare : il faut savoir optimiser les investissements », insiste Gérard Miquel, Président du Conseil général. « Nous ne pouvons plus nous offrir des équipements neufs et quasi identiques à quelques kilomètres l’un de l’autre : là trois centres de secours, ici deux écoles, presque côte à côte. Lorsque j’entends parler d’une création d’école de plus d’un million d’euros pour un village de 300 habitants, cela interroge et doit nous imposer une réflexion collective et cohérente. Cela ne nous interdira développement dura∫le ı aménagement cohérent de notre territoire est nécessaire pour un développement durable et harmonieux de Lot. pas d’avoir des projets. Au contraire, nous gagnerons en efficacité ». Aussi, ces schémas doivent être la concrétisation d’un partenariat renforcé entre les communautés de communes et le Conseil général, avec un ordre de priorité et une prise en compte de toutes les dimensions du développement durable à l’échelle d’un bassin de vie. Ces schémas apporteront des réponses cohérentes aux besoins quotidiens, en particulier en matière d’énergie, d’aménagements et d’équipements structurants. En aucun cas, ils ne viennent entraver les pouvoirs des communes ou des communautés de communes. Afin de sensibiliser les partenaires à ces schémas, Gérard Miquel et Jean-Jacques Raffy, vice-président en charge de l’aménagement, ont entamé en septembre une série de rencontres sur le terrain. Des rencontres destinées à bien s’accorder sur le sens de ces SCAES, sur l’opportunité à saisir dans un souci de cohérence et de gestion maîtrisée des finances publiques. Ces SCAES seront tout naturellement tournés vers l’habitat, l’urbanisme, les espaces publics, et les équipements ou les télécommunications. Mais ils peuvent aussi favoriser le social, la culture, le patrimoine, les routes et les transports, l’environnement ou l’économie. Tout ce qui touchera à notre quotidien, à l’harmonie de notre département, pourra ainsi s’imaginer, se dessiner et se concrétiser à travers ces schémas portés collectivement. 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :