[46] Contact lotois n°66 jui/aoû/sep 2008
[46] Contact lotois n°66 jui/aoû/sep 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°66 de jui/aoû/sep 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Lot

  • Format : (277 x 392) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 6,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'été au fil de l'eau?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 Le C’est une exposition lumineuse sur un peintre lotois d’adoption : le musée Rignault à Saint- Cirq-Lapopie et le musée de Cahors Henri – Martin présentent « Henri Martin, du rêve au quotidien », jusqu’au 8 octobre 2008. Henri Martin (1860-1943), à la fois paysagiste, portraitiste et décorateur, a débuté par une peinture académique, est passé par le symbolisme, pour définitivement choisir le pointillisme (proche de l’impressionnisme) au tournant du XX e siècle. Claude Juskiewenski, spécialiste de l’artiste, explique ce parcours par le souci permanent du peintre de « piéger la lumière ». « Ce fils d’ébéniste toulousain, qui était entré aux Beaux-Arts, a reçu une bourse qui lui a permis de s’installer à Paris. Mais il était en manque de luminosité. Pendant plusieurs années, il a cherché à s’établir dans le Midi. Il avait « sa » maison idéale en tête. Il a alors mobilisé ses amis pour la lui trouver. On lui a présenté Marquayrol à Labastide-du- Vert. La vue, la pergola, le pigeonnier, la vigne, tout cet ensemble correspondait au « cahier des charges » qu’il s’était fixé : il a acheté cette contact lotois juillet 2008 Lot Exposition à Cahors et Saint-Cirq-Lapopie La lumière d’Henri Martin ı demeure en 1900. Dans le Lot, il a retrouvé la lumière », explique Claude Juskiewenski. « Henri Martin demeurait généralement à Marquayrol de mars à novembre. De son atelier, il avait une vue très large sur les alentours. Il partait le matin avec son attirail de peintre. Et les habitants du village défilaient devant son chevalet. Son inspiration se renouvelait à chaque saison et selon les différentes lumières de la journée ». En 1912, Henri Martin s’est également établi à Saint-Cirq-Lapopie. Son changement de style est-il lié au Lot ? « Dès 1889, la peinture d’Henri Martin devient plus claire, remarque Claude Juskiewenski. Malgré des sujets toujours historiques et académiques, il commence peu à peu à peindre en pointillé ; petit à petit, il ose. Pendant une dizaine d’années, il cherche, il construit son style pour mieux piéger la lumière. Il passe par une période symboliste intermédiaire, faisant la part belle aux allégories et aux Glissez à Pradines et Cajarc Pradines Sports Nautiques organise un week-end portes ouvertes les 5 et 6 juillet à la halte nautique de Pradines. Au programme : des initiations gratuites afin de faire découvrir au plus grand nombre (les jeunes et les femmes en particulier) la pratique du ski nautique ; et des animations au bord de l’eau. Renseignements : 06 76 54 40 87 http://psnlot.sport.fr formes évanescentes. Son installation dans le Lot est l’aboutissement de son évolution. Il était alors âgé de 40 ans, c’est sans doute tardif, on peut lui reprocher d’être un suiveur. Lui a parlé d’une révélation ». Exposition « Henri Martin, du rêve au quotidien », jusqu’au 6 octobre 2008, au musée Rignault à Saint-Cirq-Lapopie et musée de Cahors Henri-Martin. Un billet commun permet de visiter les deux musées : plein tarif 3 € (réduction 1,50 €). Cette exposition est proposée en partenariat : le musée des beaux-arts de Bordeaux présentera cette exposition du 27 octobre 2008 au 26 janvier 2009. Puis le musée de la Chartreuse à Douai du 6 février au 10 mai 2009. À lire aussi : « Quercy Recherche » n°131 disponible en kiosque, avec l’interview complète de Claude Juskiewenski. Autre site de ski nautique sans le Lot : le plan d’eau de Cajarc. Tous les jours de l’été, il est possible de pratiquer (même avec une licence temporaire). Le club nautique de Cajarc a le plus grand nombre de licenciés en Midi-Pyrénées. Tél. 05 65 40 61 14•
ı Entre Douelle et Soturac Un carnet de visite au fil de l’eau « Là une écluse, non loin des vignobles, et tout prêt un bourg fortifié : tous ces éléments qui existent dans la vallée du Lot nous apparaissent aujourd’hui isolés. Mais ils sont tous liés à une histoire : celle de la rivière ». C’est en partant de ce constat que les étudiants du DESS patrimoine de Cahors ont travaillé durant toute l’année scolaire, à la demande du Conseil général, sur l’histoire de la rivière dans la basse vallée du Lot. Paraît donc, en ce début d’été, le fruit de leurs travaux : un carnet de visites entre Douelle et Soturac, avec une douzaine de thématiques proposées, où le lecteur est invité à regarder autour de lui, en des points De Cahors à Soturac La première « véloroute » du département Avec la « véloroute », pédale douce assurée… Une « véloroute », c’est un parcours facile pour des balades tranquilles, en famille ou entre amis, loin des grands axes de circulation. ı ı Navigation sur le Lot : surveillance 7 jours sur 7 Quais inondés, embâcles près des écluses, bouées parties à la dérive… Avec les fortes pluies du printemps et les crues qui en ont découlé, l’équipe navigation du Conseil général n’a pas été ménagée ces derniers mois. Chargée de la maintenance des écluses et des sites alentours (pour résumer, de la manivelle au débarcadère), cette équipe de cinq personnes sillonne régulièrement les 75 km du précis de son périple au fil de l’eau. « Les contacts que nous avons noués avec les riverains de la rivière et les historiens locaux ont été fructueux », se réjouit Geneviève Teil, responsable du DESS patrimoine. Car une enquête ethnologique a été également menée, en collaboration avec les Archives départementales du Lot, afin de cerner les relations des habitants avec leur rivière. Des extraits de ces entretiens, ainsi que des chants traditionnels ayant trait à la rivière Lot, sortiront sur un CD en septembre prochain. Les enregistrements ont débuté sous la houlette de l’association La Granja.• Renseignements : 05 65 23 46 04 Rien de mieux que la vallée du Lot et du vignoble pour lancer, dès cet été, la première « véloroute » du département, entre Cahors et Soturac. Jalonné et sécurisé, ce tronçon de 80 km, qui épouse les méandres du Lot (la boucle de Parnac, un détour par Notre-Dame de l’Ile à Luzech, etc.), fait la jonction avec la « véloroute » qui serpentait déjà le long de la rivière côté Lot-et-Garonne (entre Fumel et Aiguillon). Au total, ce sont 160 km, au départ de Cahors jusqu’à la confluence de la Garonne, qui feront le bonheur des flâneurs en quête de découvertes. Une carte de ce parcours à travers les deux départements sera d’ailleurs disponible cet été dans les offices de tourisme. Ainsi que trois carnets de route pour la partie lotoise, tronçon navigable du Lot (d’un bout à l’autre, une inspection complète nécessite 5h30). De Larnagol à Luzech, ils interviennent aussi bien pour draguer un amas avec leur barge munie d’une pelle mécanique, que pour entretenir à l’épareuse les abords, ou parfois pour remettre un plaisancier amateur dans le bon sens… La sécurité des dix-sept écluses est assurée 7 jours sur 7. Avec l’arrivée, début 2007, des personnels de l’ex-DDE au sein des services routiers du Conseil général, une mise en commun des moyens a été ı Le Lot ı sorte de topoguides créés avec le concours du Comité départemental du tourisme, qui décrivent une journée de balade avec ses aspects touristiques et pratiques : curiosités, hébergements, ravitaillement et… points de dépannage éventuels pour la bicyclette. Cette « véloroute » le long de la rivière Lot (110 000 € HT, soutenue par l’Europe et la Région) est le premier projet du schéma départemental cyclable mené par le Conseil général du Lot. Prochaines étapes : une « véloroute » le long de la vallée de la Dordogne, avant un tracé nord-sud s’inscrivant dans le trajet cyclable Toulouse-Paris. Autant de projets qui répondent aux attentes exprimées par les Lotois• lors de l’opération « Lot 2020 ». rendue possible. Le week-end, des agents des routes placés en astreinte sont désormais susceptibles d’intervenir, aussi, pour le compte de la navigation. 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :