[46] Contact lotois n°65 avr/mai/jun 2008
[46] Contact lotois n°65 avr/mai/jun 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°65 de avr/mai/jun 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Lot

  • Format : (277 x 392) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : interview de Gérard Miquel.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 Les nouveaux élus Canton de Catus Serge Rigal, 51 ans - Technicien à la Chambre d’agriculture (élevage caprin) 2 enfants ı « J’adore le travail en équipe » Elu conseiller municipal en 1995 sur la commune de Saint-Médard, Serge Rigal a pris du grade en 2001 (adjoint au maire) et s’est tout naturellement retrouvé sur le fauteuil de maire lorsqu’en 2006, le 1 er magistrat a démissionné. Celui qui est par ailleurs vice-président de la communauté de communes de Catus avoue qu’il s’intéresse à tout : « tous les sujets me passionnent : l’environnement, le développement économique, la solidarité ». C’est d’ailleurs dans ce domaine qu’il devra exercer ses talents puisque, aussitôt élu, Serge Rigal est nommé vice-président en charge de l’insertion. A ce titre, l’élu du canton de Catus aura la responsabilité de la création d’un outil départemental (un EPIC - Etablissement public industriel et commercial-) dédié à la réinsertion des bénéficiaires du RMI. L’un des projets phare du mandat. « J’adore travailler en équipe : partager les différences, les richesses et les compétences de chacun, participer à une dynamique », assure, enthousiaste, l’élu qui avoue une passion simple : la randonnée. Ses terrains de prédilection : les Pyrénées, l’Aveyron et… le Lot, bien évidemment. contact lotois avril 2008 ı ı ı « Tout m’intéresse, je suis un éclectique » Canton de Saint-Céré Pierre Destic, 65 ans - Chef d’entreprise retraité marié, 3 enfants, 9 petits-enfants. Comme bon nombre d’élus, c’est par le sas du monde associatif et sportif en particulier que Pierre Destic est entré dans la vie publique. En 1995, l’homme est élu maire de Saint-Céré. Un an après il devient président de la communauté de communes. « Je considère qu’il peut y avoir une bonne complémentarité entre la communauté de communes et l’échelon départemental. Il faudra peut-être un jour réformer et harmoniser les échelons pour leur donner encore plus d’efficacité », considère Pierre Destic. « Je partage pleinement les propos du président du Conseil général quand il estime que les emplois marchands participent au développement social et culturel d’un territoire. Je n’ai aucune ambition politique. Ce qui m’intéresse, c’est le développement local, l’économie et les finances. Je compte m’investir dans ces domaines en tant que conseiller général ». Ses passions ? « Je suis très éclectique. J’aime beaucoup le sport mais en ce moment, ce qui m’intéresse, par exemple, c’est la place des jeunes dans la société. Ce sujet me semble primordial, actuellement ». Ils ont quitté l’Assem∫lée départementale André Boyer, Conseiller général du canton de Saint-Céré élu en 1982 SénateurL.-Georges Foissac, Conseiller général du canton de Labastide- Murat élu en 2001 Maire de Labastide-Murat Claude Galtié, Conseiller général du canton de Latronquière élu en 2001 Jean-Pierre Labro, Conseiller général du canton de Catus élu en 1992 Maire de Labastide-du-Vert Raymond Lacan, Conseiller général du canton de Lalbenque élu en 1988 Raymond Sasia, Conseiller général du canton de Bretenoux élu en 1994
ı ı Canton de Bretenoux Al∫ert Salle, 60 ans - Electrotechnicien. Marié, 4 enfants « La même motivation » La troisième fois aura été la bonne. Trois fois candidat aux élections cantonales, Albert Salle fait son entrée à l’Assemblée départementale en cette année 2008. « C’est un aboutissement qui me fait plaisir », sourit-il. Après une carrière dans le privé comme électrotechnicien, Albert Salle avait déjà pris du champ pour se consacrer à 100% à sa fonction de maire de Biars-sur-Cère. « Je suis conseiller municipal depuis 1977, j’y ai fait mes classes sur les bancs des élus et je suis devenu maire de la dixième ville du département en 1989 ». Le développement économique et les infrastructures routières sont ses sujets de prédilection. « Je vais continuer à travailler avec la même motivation pour ce poumon économique qu’est le nord du département ». Canton de Lal∫enque Jacques Pouget, 60 ans - Professeur des écoles retraité. marié, 2 enfants, 4 petits-enfants « Organiser le territoire pour ∫ien accueillir » Après un long engagement dans le monde associatif, Jacques Pouget s’est mis au service de sa commune en 1989, par la grande porte, avec le titre de maire. Vice-président de la communauté de communes puis président de cette même structure en 2001, président du centre de gestion de la fonction publique territoriale la même année, Jacques Pouget connaît les rouages. Il compte mettre à profit ce nouveau mandat pour mener à bien les projets de son territoire et en particulier ceux destinés à accueillir les populations nouvelles : « En dix ans, nous sommes passés sur la commune de Lalbenque de 800 à 1 500 habitants. Nous appartenons aujourd’hui à la deuxième couronne extérieure de l’agglomération toulousaine. Cela nécessite, en particulier, une prise en compte des besoins de la petite enfance et des aînés. La mobilisation doit se faire aussi autour de la plate-forme économique du Sycala, avec une convergence des moyens de communication : l’A20, la 820 (ex RN20) et le rail », estime Jacques Pouget, qui avoue se passionner, à titre personnel, pour l’accompagnement de deux entreprises familiales ainsi que pour les voyages, ı quand sa vie publique lui en laisse le loisir. Autant dire que ce n’est pas fréquent. ı ı Canton de Latronquière) Jean-Claude Calméjane, 58 ans - Chef d’entreprise retraité - Marié, 3 enfants « Désenclaver nos territoires » Une institution aux compétences élargies, un nouveau bâtiment, et un autre président à la tête de l’Assemblée départementale : Jean-Claude Calméjane retrouve le Conseil général qui, en quelques années, a beaucoup évolué. Déjà conseiller général de 1994 à 2001, il avait dû s’éloigner des responsabilités départementales suite à un accident de la circulation. « C’est important que les électeurs m’aient renouvelé leur confiance », explique-t-il. PDG en retraite d’une entreprise de travaux publics familiale (il a créé la Stap en 1971 et son fils a repris les rênes de cette société de 50 salariés), Jean-Claude Calméjane entame son quatrième mandat comme maire de Montet-et-Bouxal. « Ce qui me tient particulièrement à cœur, c’est le désenclavement de nos territoires, et le maintien des personnes âgées à leur domicile ». Canton de La∫astide-Murat Aurélien Pradié, 22 ans - Chef d’entreprise - Célibataire. « J’ai une dou∫le responsa∫ilité » Chez lui, la politique, c’est tout sauf héréditaire : il est le seul dans sa famille à se passionner pour la chose publique. « Je suis une exception familiale », constate le benjamin de l’Assemblée départementale. Une passion née sous l’ère Chirac, lors des élections présidentielles. Il a alors 17 ans lorsqu’il s’investit chez les jeunes UMP. Après une campagne de terrain, Aurélien Pradié a décroché le siège de Conseiller général : « Avec la volonté, on peut arriver à beaucoup de choses. C’est une leçon que je ne vais pas manquer de retenir », estime-t-il aujourd’hui. « Je considère que j’ai une double responsabilité en entrant au Conseil général : je représente mon canton mais aussi la jeunesse. Je dois faire la démonstration que la jeunesse peut apporter un plus au sein d’une assemblée départementale. Je vais travailler en ce sens là. ı ı ı Je souhaite m’investir plus particulièrement sur les dossiers économiques, la santé et la jeunesse ». Aurélien Pradié, qui poursuit ses études en Droit public, est passionné par la photographie et par le jogging. 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :