[46] Contact lotois n°64 jan/fév/mar 2008
[46] Contact lotois n°64 jan/fév/mar 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°64 de jan/fév/mar 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Lot

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : économie : des aides concrètes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
investissements 8 Un ∫udget 2008 fermement encadré et Cela devient malheureusement une habitude : la construction d’un budget de Conseil général est de plus en plus contraint : d’un côté l’Etat restreint ses contributions, de l’autre les dépenses deviennent pratiquement incompressibles. Sachant que le Département veut, coûte que coûte, préserver une réelle capacité d’investissement, le budget 2008 voté le 1 er février dernier a nécessité une belle dose de rigueur et d’ingéniosité. contact lotois février 2008 L’impact de la Décentralisation L’Etat, donc, a sérieusement limité l’augmentation des dotations qu’il apporte aux collectivités, conséquence directe d’un affichage de baisse d’impôts au niveau national. Facile à comprendre : si l’Etat décide de percevoir moins, il doit trouver les solutions pour donner moins. C’est donc avec une manne sérieusement écornée que les Conseils généraux doivent se débrouiller, et cela vaut plus encore pour les départements pauvres. Le Lot n’échappe pas à la règle. Sans entrer dans les méandres excessivement complexes des finances publiques, disons que le nouveau « Pacte de stabilité », affiché aujourd’hui par l’Etat, a des allures de vache maigre. Ainsi, les participations et leurs compensations dues aux collectivités suivent péniblement. L’enveloppe globale n’augmente qu’en proportion de l’inflation. Cette situation est bien moins favorable que celle affichée précédemment dans l’ancien « Contrat de croissance et de solidarité ». La réalité des besoins liés en particulier à l’impact de la Décentralisation ne trouve pas son compte dans un tel contexte. Ainsi, sur les transferts des routes et des collèges, le Conseil général n’a pas son mot à dire et doit se contenter de ce que lui apportent les calculs nationaux. Et, considérant le contexte économique actuel, on voit mal le Conseil général, pour se donner un peu d’air, se lancer dans une augmentation conséquente des impôts (seulement de 1,93% en 2008) qui sont, à la source, injustement répartis, ou bien dans une fuite en avant, via des emprunts à tout va. Il en va de même pour d’autres concours de l’Etat. L’écrêtement, par exemple, de la compensation du foncier non bâti ou de celle concernant la taxe professionnelle a été cette année une très mauvaise surprise. Le manque à gagner représente l’équivalent d’un point de fiscalité ! Budget primitif 2008 : 224,6 millions d’euros Action sociale (35,29%) Politique financière (6,12%) Aménagement du territoire (13,43%)• dont tourisme : 4,5 M € • économie et développement local : 6,3 M € • sécurité : 5,1 M € • environnement - patrimoine : 6 M € • sport - culture : 2,8 M € • télécommunications et TIC : 3,7 M € Enseignement (7,59%)• dont transports scolaires : 8 M € 17 M € 30,2 M € 36,9 M € 13,7 M € 47,5 M € 79,3 M € ıEconomiser et économiser encore Tout ceci mis bout à bout, le Département n’a plus qu’une seule solution : économiser encore et encore afin de se préserver une marge de manœuvre significative pour l’investissement. Les économies sont donc à rechercher dans le fonctionnement de la collectivité. La construction de son nouveau bâtiment, outil plus rationnel à Cahors-Regourd, en fait partie. Une meilleure gestion des moyens s’impose comme une règle de conduite absolue. Ainsi, dans le domaine social, l’application de mesures de rigueur a permis de limiter la pro-• dont aides aux personnes âgées : 30,9 M € • aides aux personnes handicapées : 18 M € • développement social : 15 M € • enfance et jeunesse : 12,6 M € Fonctionnement et moyens de la collectivité (21,16%)• dont frais de personnel : 37,9 M € Voirie (16,41%)• dont travaux programmés : 30,2 M € • entretien routier : 5,7 M €
volontariste ı gression de l’un des budgets les plus importants de la collectivité. Rigueur et maîtrise des dépenses guident donc le budget. En serrant la ceinture, ici et ailleurs, les programmes d’investissement peuvent se poursuivre. Cela vaut pour la voirie et les collèges : les deux domaines où le Conseil général réalise depuis plusieurs années des efforts très importants. Les investissements portent aussi sur le domaine économique (lire notre dossier page 11). Enfin, la vie associative, chair de notre département, sera soutenue tout autant que les années écoulées : « rigueur » ne signifie pas « diète ». Les ressources du Département Comme on peut le constater sur ce camembert, le Département est très dépendant des concours de l’Etat (dotations de compensation de nombreuses mesures d’exonérations prises au niveau national, auxquelles s’ajoutent celles concernant la décentralisation et les dotations classiques de fonctionnement). Si ceux-ci diminuent, stagnent ou n’augmentent que trop faiblement par rapport aux charges croissantes, les ressources du Département s’en trouvent fragilisées. La fiscalité directe ne représente que le quart des ressources totales. Les principaux investissements Voirie. Les travaux de la déviation de Figeac (39 millions d’ €) se poursuivront cette année, jusqu’en 2010. Plus au nord, à Puybrun, après quelques retards bien indépendants de la volonté du Conseil général, les travaux de la déviation débutent bien cette année. Il en coûtera au final 10millions d’ €. En 2008 le Conseil général procédera à l’acquisition des terrains pour les déviations sur Vayrac et Gourdon. Parmi les travaux de l’année, à noter la rectification de virages sur la RD 803 entre Baladou et « Le Pigeon ». Divers Recettes d’action sociale Emprunts 13% L’augmentation de la fiscalité décidée par le Conseil général du Lot pour l’année 2008 correspond en moyenne à 4,07 € par habitant (1,93%), soit une somme moins élevée que le prix du paquet de cigarettes le moins cher (4,90 €). Collèges. Pas moins de 2,7 millions d’euros seront consacrés cette année à la rénovation de la partie ancienne du collège Gambetta de Cahors. Si chaque établissement bénéficie de travaux d’entretien réguliers, les principaux autres chantiers de l’année concernent en particulier l’extension du collège de Luzech avec un début de travaux en fin d’année (320000 € en 2008 pour un coût total d’opération de 4,7 M €), la rénovation du gymnase de Souillac (214000 €), la restructuration des ateliers de la SEGPA de Prayssac (250000 €) ou la reconstruction des logements de fonction de Castelnau-Montratier (152 000 €). Nouveauté : une programmation sur quatre ans baptisée « économie d’énergies », d’un montant de 2,15 millions d’ €. Il s’agit essentiellement d’isolation de façades et/ou de remplacement de menuiseries extérieures. Les établissements de Bagnac, Cajarc, Gramat et de Salviac profiteront cette année de ce programme. L’autre grand volet en faveur des collèges concerne l’informatisation. Un nouveau plan quinquennal sera lancé cette année. En 2008, 270 000 € (hors câblage et installation) permettront l’acquisition d’environ 300 ordinateurs. Pour mémoire, l’investissement réalisé sur les collèges en 2007 s’élève à 3,65 M € et se décline en une trentaine d’opérations. Projets. Pour la maison du Département de Saint-Céré, le démarrage du chantier est programmé pour le dernier trimestre et les études d’avant-projet du centre départemental de l’Enfance seront terminées en 2008. ı 1% 7% 40% 26% 8% 5% Fiscalité directe Fiscalité indirecte Subventions Dotations de l’Etat 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :