[46] Contact lotois n°63 oct/nov/déc 2007
[46] Contact lotois n°63 oct/nov/déc 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°63 de oct/nov/déc 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Lot

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : la souris gagne du terrain.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
politique 20 Les surprises de la rentrée ! Les six premiers mois de l'année 2007 ont été riches en débats, en événements, en émotion autour de ces deux moments forts de démocratie qu'ont été les élections présidentielles et législatives. L'importante participation a montré que les Français avaient des attentes et des espoirs forts vis-à-vis de ces scrutins. Qu’il s’agisse de la relance de l’emploi, du financement de la sécurité sociale et des retraites, de la répartition des revenus et des prélèvements, de la protection face à la mondialisation... pour ne citer que ces quelques thèmes. Ils se sont prononcés en faveur de Nicolas Sarkozy qui affirmait haut et fort que « le rêve français, c’est une France où la réussite est au service de la solidarité » … 120 jours plus tard, où en sommes-nous ? Depuis le 3 septembre, GDF est privatisé avec des risques de flambée des prix du gaz pour les consommateurs. La politique fiscale se fait en faveur des plus privilégiés : 27 milliards d’euros sont prévus pour les plus riches, le plan de lutte contre la pauvreté n’accorde pour sa part que 280 millions d’euros aux plus précaires. La TVA « sociale » ou tout autre projet identique est toujours à l’ordre du jour et ne manquera pas de fragiliser encore plus le pouvoir d’achat. L’avenir est aux projets ! 2007/2013 est la nouvelle période de mise en œuvre des contrats de projets Etat/Régions, appelés autrefois contrats de plan. L’Etat s’est fixé des objectifs plus resserrés autour de trois axes : compétitivité, développement durable, cohésion sociale et territoriale. Le contrat de projet Etat/Région Midi- Pyrénées signé le 8 mars 2007 a comme objectifs de grands projets basés sur la promotion de l’emploi par la compétitivité du tissu économique et le capital humain, l’accroissement du potentiel de la recherche et de l’enseignement supérieur, le développement du réseau ferroviaire régional et national, la valorisation des atouts environnementaux, patrimoniaux et culturels de notre région, mais également le développement d’un volet territorial en s’appuyant sur les initiatives locales au moyen de conventionnements. contact lotois octo∫re 2007 La franchise maladie va amputer l’accès des citoyens aux soins les plus élémentaires, alors que la gauche avait instauré la couverture maladie universelle (CMU) pour tous en 2001. Ainsi, après avoir fait campagne autour du « rassemblement du peuple français », Nicolas Sarkozy mène au nom de son gouvernement une politique sans concession qui détruit les solidarités collectives. Faute de gagner plus en travaillant plus, les Français vont déjà devoir payer plus. La valse des étiquettes se poursuit et beaucoup s'inquiètent de la baisse de leur pouvoir d'achat. La vie de nos concitoyens se dégrade et ils nous en font part régulièrement dans nos déplacements sur le terrain. Les Lotoises et les Lotois constatent notamment une nette augmentation des dépenses obligatoires que sont l’énergie, le logement, le prix du carburant, l’alimentation, les frais médicaux. Ces personnes, qui pourtant pour la plupart occupent un emploi, expriment toujours autant d’inquiétudes sur les difficultés « à boucler les fins de mois », à assurer les dépenses du quotidien. Inquiétude également sur la dégradation du service éducatif qui s’exprime fortement à l’heure de cette rentrée scolaire. Le département du Lot ne manque pas de projets qui s’inscrivent dans cette démarche tant en matière économique que touristique : l’objectif est de mobiliser le plus de financements possibles (Etat, Région, Europe). Le Conseil général du Lot a fait le choix de soutenir l’activité économique au travers des zones d’activités : Cahors Sud et le nord du Lot avec la création récente du syndicat mixte du parc d’activités du Haut Quercy, d’investir dans le développement du très haut débit, de relever le défi touristique du site de Rocamadour en initiant la création d’un syndicat mixte du grand site de Rocamadour. Le Département soutient aussi des projets structurants à l’échelle des communes et des communautés de communes, par le biais du fonds d’aménagement et d’intervention économique (FAIE). En 2007 la décision a été prise de moduler cette aide Alors que le Conseil général investit plus de 7% du budget départemental soit 15,7 millions d’euros dans les collèges, le gouvernement lui, supprime 5 000 postes à l’échelon national pour cette rentrée 2007. Ce qui entraîne des classes surchargées particulièrement en secteur urbain. Dans cet esprit de logique comptable, l’Education nationale prévoit déjà 9 000 suppressions de postes pour 2008. N’ayant pas su se « débarrasser » de la charge financière de la médecine scolaire au moment des débats sur l’acte II de la décentralisation comme il l’a su faire pour le RMI (Revenu Minimum d’Insertion), les TOS (Techniciens et Ouvriers de Services) ou les routes nationales, le gouvernement a réduit également son champ d’action en diminuant les budgets alloués à ce secteur aboutissant ainsi à une grave insuffisance de personnel de santé dans les établissements scolaires. Néanmoins, malgré ce contexte de rentrée difficile, notre Assemblée poursuit avec détermination ses actions. Notre priorité, c’est d’exercer toutes nos compétences qui sont de plus en plus importantes du fait de la décentralisation, avec toujours cet objectif majeur de qualité de service. Les Elus de la Majorité Départementale. aux communes en fonction de leur effort fiscal. Autrement dit, est pris en compte pour chaque commune l’effort qui est demandé aux administrés pour financer les équipements, au travers de l’impôt ménage. La moyenne lotoise de l’effort fiscal retenue en se basant sur les chiffres de l’administration centrale pour 2006 est de 1,10. Sur les 340 communes, 162 ont un effort fiscal d’au moins 1,10. L’objectif est d’aider davantage les communes qui font participer leurs habitants à l’effort d’équipement en relevant l’impôt ménage. La réforme des bases de calcul de la taxe foncière et de la taxe d’habitation, que d’aucuns appellent de leurs vœux depuis longtemps, devra bien finir par aboutir pour arriver à plus d’équité. Le Groupe S.E.
Conseillère municipale, présidente des Amis du vieux Souillac, guide à ses heures,… Georgette Delpech possède l’énergie d’une jeune femme de 20 ans. Seule différence : elle compte 83 printemps mais ne le sait pas vraiment. Oh, elle a bien eu le palpitant qui faisait des siennes, mais bah, elle ne s’arrête pas à ce genre de détail, pas le temps, trop occupée. Et puis elle l’avoue : « Je ne suis pas du genre à me poser les fesses sur un fauteuil ! » Georgette, donc, est très occupée. Il faut dire qu’avec 300 adhérents, l’association des Amis du vieux Souillac mobilise la présidente. En se consacrant au passé, Georgette réalise un rêve de jeunesse : elle aurait aimé être professeur d’histoire. Mais, à l’époque, les évènements lui ont imposé une autre voie. Dès l’âge de 17 ans, elle était standardiste aux Télécommunications. C’était cette époque épique où l’appelant transitait par un standard manuel. L’époque où la toute jeune standardiste n’hésitait pas à dérouter quelques informations de première main pour la résistance locale, l’époque où elle a vu débouler les Waffen SS qui ont sévi deux jours plus tard à Oradoursur-Glane. Voyage à l’Ile Maurice Après 43 ans de bons et loyaux services aux Télécommunications, Georgette a restitué à sa ville tout le bonheur qu’elle y avait puisé. heureux d’être lotois Le cœur de Georgette Delpech palpite pour Souillac ı ı A l’office du tourisme elle s’est mise dans la peau d’une guide. « J’ai effectué jusqu’à 4 ou 5 visites par jour ! », assure-t-elle comme un champion égrène ses records. Pas une rue, pas un détail de l’histoire locale ne lui échappe. Elle aime redonner vie au passé prestigieux de cette ville. Depuis 28 ans Georgette occupe un fauteuil de conseillère municipale. « Aux prochaines élections, j’arrête. Faut bien laisser la place aux jeunes ». En revanche, elle n’est pas disposée à lâcher la présidence des Amis du vieux Souillac. Ici bat son cœur. Des projets ? La Souillagaise, bonne cuisinière, en a plein la tête. Elle envisage même de partir en 2008 à l’Ile Maurice, pour fêter les 40 ans de l’indépendance. Elle n’est qu’octogénaire et, c’est bien connu, les voyages forment la jeunesse. « J’aime, j’aime pas » Un peu : Je n’aime rien un peu, je suis entière Beaucoup : Avoir des gens autour de moi, faire la cuisine La passion pour Souillac anime toujours Georgette Delpech. Pas du tout : Le mensonge A la folie : Ma ville, le Quercy 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :