[46] Contact lotois n°63 oct/nov/déc 2007
[46] Contact lotois n°63 oct/nov/déc 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°63 de oct/nov/déc 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Lot

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : la souris gagne du terrain.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
ı 12 Technologies ADSL, très haut débit, téléphonie : l’état des lieux Le réseau ADSL au maximum de son déploiement Il y a trois ans, seulement 35% de la population lotoise pouvait accéder à l’Internet haut débit (ADSL). Pour réduire cette fracture numérique et accélérer le déploiement d’une technologie devenue indispensable, le Conseil général du Lot a donc signé avec France Télécom une convention de partenariat. C’était en mai 2004. Ce partenariat a pris fin en décembre 2006. Depuis cette date, les 126 centraux téléphoniques du Lot sont équipés pour délivrer l’ADSL. Et entre 85 à 90% de la population est susceptible de recevoir le haut débit. En deux ans et demi, le Lot a donc comblé son retard. Mais en l'état actuel de la technologie et de la réglementation, ce pourcentage ne peut augmenter : des contraintes techniques empêchent encore certains foyers (ceux éloignés par exemple de plus de 7 km du central téléphonique) d’avoir accès à l’ADSL. Le Lot, département rural à l’habitat dispersé, pâtit de sa géographie. contact lotois octo∫re 2007 ı En France, une fois que la totalité des centraux seront équipés, seules 2% des lignes n’auront pas accès à l’ADSL. Dans le Lot, elles sont entre 10 et 15% (ces zones blanches sont éparpillées sur le territoire mais concernent principalement 70 communes couvertes à moins de 50%). Téléphonie mobile : 27 relais opérationnels Le Wifi, la solution sans fil Pour compenser ce handicap, d’autres solutions techniques existent, notamment le Wifi (Internet sans fil qui circule via des antennes). Depuis 2006, une vingtaine de projets de réseaux locaux se mettent donc en place à travers le Lot (le premier est celui de Sauliac-sur-Célé – lire ci contre), notamment grâce aux communes et aux communautés de communes. La Région Midi-Pyrénées est moteur dans le financement de la plupart de ces projets. Le Conseil général les accompagne à travers des subventions, ou en prêtant gratuitement les pylônes qu’il a construits pour la télé- ıphonie mobile (lire ci-dessous) : ce sera ainsi le cas à Carnac-Rouffiac pour le projet Wifi de la communauté de communes de Montcuq. La fibre optique, pérenne pour l’avenir Parallèlement, le Conseil général du Lot a opté pour être l’acteur du déploiement d’une technologie d’avenir : le très haut débit. Plus de fil téléphonique classique, c’est la fibre optique qui est utilisée. Car pour faire face aux nouveaux besoins, l’ADSL n’est pas pérenne : les fils s’avéreront un jour trop petits. Avec la fibre optique, le débit est illimité, et circule à la vitesse de la lumière. « Engagé fin 2004, le programme du Conseil général visant à installer de nouveaux relais de téléphonie mobile dans le département touche à sa fin (avec un budget de 4 millions d’ €) : 27 nouveaux relais ont été équipés pour combler les zones où le téléphone portable ne « passait » pas (soit 34 bourgs de plus de 200 habitants). Le dernier relais construit, celui de Gindou qui couvre également Montcléra, sera mis en service avant la fin de l’année. ı
Pour commencer, priorité est donnée à l’équipement en très haut débit des grandes zones d’activités économiques du Lot (Cahors, Cressensac près du futur aérodrome Brive-Cressensac, Cambes-Figeac). Et au passage de la fibre, d’autres zones d’activités en profiteront : Gourdon, Mercuès, Souillac… Pour ce programme, le Conseil général a dégagé un budget de 8,6 millions d’ € (financés à 30% par la Région et à 12% par l’Europe). Pour limiter les coûts, le projet prévoit d’utiliser les réseaux déjà existants le long de l'autoroute A20 et du réseau de transport électrique. Et pour les raccorder, le Conseil général anticipe : des fourreaux souterrains ont déjà été posés, à l’occasion de travaux récents sur la route de Mercuès, dans la traversée d’Espère, sur la déviation de Figeac, le long du boulevard Gambetta à Cahors… D’autres tranchées seront bientôt creusées. La première partie de ce réseau qui sera à disposition des opérateurs devrait fonctionner fin 2008, et la desserte des trois grandes zones d'activité départementales devrait être opérationnelle fin 2010. ıJean-Jacques Raffy, vice-président du Conseil général, en charge de l’aménagement du territoire. www.semlda.fr La société d’économie mixte (SEM) Lot développement aménagement créée à l’initiative du Conseil général a ouvert récemment son site. Un site évolutif où l’on découvre les différents domaines d’intervention de la SEM. ı l’exemple vient de la vallée du Célé ıPremier village en France à s’être équipé du Wifi, Sauliac-sur-Célé tire un bilan très positif de cette initiative. Sauliac, son vieux village, superbe, suspendu à la falaise. Ses berges sur le Célé, ses sentiers, ses campings, sa centaine d’habitants, une densité de trois habitants au kilomètre carré et… son Wifi ! Les habitants commençaient à douter de l’arrivée de cette technologie, d’autant plus que la faible densité de population plaçait les villages de la vallée sous le seuil d’éligibilité. Bravant la défaite promise, Sauliac, avec l’aide de la Région, a fait réaliser une étude. Verdict : 90% des foyers souhaitaient avoir accès à l’Internet haut débit. Un véritable plébiscite. TDF acceptait que son relais puisse être utilisé afin d’y installer le Wifi (cette première convention s’est étendue à toute la France), la municipalité trouvait les « Pour rompre avec l’isolement » « Dans le Lot, en matière d’aménagement du territoire, nous sommes pénalisés à double titre : le département est peu peuplé et cette population est dispersée. Dans le domaine des TIC (techn0logies de l’information et de la communication) nous sommes confrontés à cette réalité. Ainsi, nous avons du mal à attirer les opérateurs dans les endroits les plus reculés du département pour l’installation du réseau haut débit. Alors, il faut imaginer des solutions. ı Le Wifi a permis à Sauliac-sur-Célé de raccrocher le train des technologies de l’information. 45 000 € nécessaires (Europe, Etat, Région, Département). En février dernier, ce réseau unique en France a été inauguré. Pas moins de 30 foyers (dont certains à Monteils, hameau dépendant de Marcilhacsur-Célé) réclamaient aussitôt le haut débit. Propriétaires de chambres d’hôtes, les deux campings, agriculteurs, retraités, artisans se sont ainsi abonnés. « La technologie évoluera ; il y aura, à l’avenir, sûrement, d’autres outils pour permettre de communiquer, mais avec ce que nous avons mis en place nous contribuons à fixer la population », explique René Magne, maire qui peut compter sur un fervent adepte de cette technologie : Ronald Brus, Hollandais, propriétaire de chambres d’hôtes et ancien pilote de ligne. C’est le « Monsieur Wifi » de la commune, symbole de la plus-value qu’apportent les populations nouvelles en milieu rural. La réalisation de Sauliac, avec le concours de la Région et du Département, correspond parfaitement aux besoins exprimés sur le terrain. Aujourd’hui, toutes les catégories socioprofessionnelles veulent accéder à l’Internet. L’éducation, aussi, de plus en plus, fait appel aux nouvelles technologies. Nous devons pouvoir répondre présent. Cela devient vital ». 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :