[46] Contact lotois n°62 jui/aoû/sep 2007
[46] Contact lotois n°62 jui/aoû/sep 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°62 de jui/aoû/sep 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Lot

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : l'été à savourer.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 Patrimoine Le Département prend la main Dans le cadre d’une expérimentation de décentralisation, unique en France en matière de patrimoine, le Lot gère, à compter de cette année, les fonds destinés à la rénovation des bâtiments et objets protégés. ı « Un effort considérable » contact lotois juillet 2007 ı C’est un peu l’âme des sanctuaires de Rocamadour. Une âme aujourd’hui meurtrie par le poids des années. La chapelle Notre- Dame de la Vierge à Rocamadour (XVème siècle) souffre. Sa toiture est à bout. Après maints rafistolages, il faut aujourd’hui intervenir. La couverture du XIXème siècle, appuyée à la falaise, essuie des chutes de pierres, collecte l’humidité. Une humidité qui provoque développement des mousses et infiltrations avec au bout du compte la dégradation des décors intérieurs. Sous le sceau de la décentralisation, des travaux vont pouvoir être entrepris dès cette année. 180 000 € seront consacrés à ce véritable sauvetage. Plus de 80% du financement sera alors assuré par le Département. ı « Accepter la décentralisation de la gestion du patrimoine est un événement exceptionnel puisque le Lot est le seul département français à l’avoir fait au terme d’une longue négociation avec les services de l’Etat. Cette politique volontariste, outre l’autonomie qu’elle nous donne, nous permet de conserver un niveau de financement, certes insuffisant, mais supérieur à celui des autres départements. Ceci nous permettra de participer plus encore à la préservation et à la valorisation du patrimoine exceptionnel qui est le nôtre et, par ricochet, au développement touristique du département, qui, il faut le rappeler est l’un des tout premiers secteurs économiques du département. Depuis dix ans que nous travaillons avec détermination en faveur du patrimoine et de la culture, nous avons pu constater l’incidence de cette action sur le secteur économique. Ainsi à l’adage « la culture cela n’a pas de prix mais cela a un coût », nous pouvons rajouter aujourd’hui que, bien gérée, dans le cadre d’une véritable politique culturelle, elle est, outre facteur de lien social, source d’économie. Oui, le Département a fait un effort considérable dans ce domaine mais aujourd’hui nous savons que cela porte ses fruits. » Il y a là tous les ingrédients pour faire de cette chapelle un chantier prioritaire : l’état sanitaire de la toiture, les incidences sur les décorations intérieures, le contexte moteur de Rocamadour en général et de ce bâtiment en particulier, le tout inscrit dans une dynamique du territoire représentée par la création d’un syndicat mixte en charge d’un véritable renouveau de Rocamadour. Même si l’aspect technique reste l’affaire des spécialistes des Bâtiments de France, avec cette décentralisation, le Conseil général sera au plus près du suivi des opérations et c’est le Département qui définira les priorités, puisque tout ne se fera pas en une seule année. Tout autant privilège que lourd fardeau, le Lot compte pas moins de 350 bâtiments classés ou ı ıGérard Amigues, vice-président du Conseil général chargé de la culture et du patrimoine.
ı La chapelle Notre-Dame de la Vierge recevra cette année des soins indispensables. inscrits et 2 250 objets à protéger (tableaux, retables, orfèvreries, plafonds,…). Par an, une centaine d’opérations devrait être programmée. Pour cette année, les efforts devraient porter sur des bâtiments publics, à Gignac, Figeac, Puyl’Evêque, ou privés à Cabrerets, Sauliac, Nadaillacle-Rouge,… Il y a l’embarras du choix ! En toute transparence, les Lotois seront régulièrement informés des choix des bâtiments à restaurer et de l’avancement des travaux. L’Etat a accordé 550 000 € par an pendant quatre ans. Le Département abonde cette somme de 300 000 €. Ce ne sera pas de trop pour faire face à l’exceptionnelle richesse patrimoniale du Lot. Il n’y a pas que les monuments qui méritent attention. Quelque 2 250 objets, tableaux, rétables, plafonds, orfèvrerie, etc, sont classés ou inscrits. Certains se trouvent dans un état nécessitant des travaux importants de restauration. Un important travail a été accompli Le petit patrimoine aidé depuis plus de 30 ans Cazelles, pigeonniers, lavoirs, puits… En trente années d’existence, le fonds Denieul, aujourd’hui alimenté par le Conseil général, a permis la restauration de plus de 500 petits ouvrages qui participent à la richesse patrimoniale et à la réputation du Lot. ı 2 250 objets répertoriés en 2005 par le Conseil général afin de recenser les retables du Lot. Celui de Marcilhac-sur-Célé est l’un des premiers sur la liste. Il devrait faire l’objet de travaux afin de lui redonner tout son lustre. ı Après une période d'abandon liée à la perte de son utilité agricole et rurale, ce patrimoine bénéficie aujourd'hui d'un intérêt particulier et affectif qui pousse ses propriétaires, particuliers ou collectivités, à le restaurer et à le valoriser. Par ailleurs, ce fonds de sauvegarde constitua une première étape de décentralisation des politiques en faveur du patrimoine puisque, créé à l'initiative du préfet Denieul, il est géré depuis 1981 par le Conseil général qui augmente régulièrement sa participation. Pigeonniers et cazelles se retrouvent en tête des dossiers pris en compte, traduisant ainsi la prédominance du patrimoine lié à l'agriculture ; vient ensuite celui consacré à l'eau (lavoirs). Ces trois types de bâti représentent 50% des dossiers. Le reste se répartit à parts égales entre cinq destinations : culturelle, domestique, technique, monumentale et restauration avec savoir-faire abandonné (lauzes). Si les opérations retenues ne revêtent pas toutes un caractère patrimonial exceptionnel, elles ont participé au maintien de ces édifices sur l'ensemble du territoire et à l'image actuelle du Lot, envié pour son patrimoine. ı ı 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :