[46] Contact lotois n°59 oct/nov/déc 2006
[46] Contact lotois n°59 oct/nov/déc 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°59 de oct/nov/déc 2006

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Lot

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : solidarité départementale, les pitchounes avant tout.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 A l’écoute du corps Aider l’enfant à s’approprier, investir son corps et ses compétences. Telle est la mission de Nathalie Soulié, psychomotricienne, qui travaille auprès des enfants de 0 à 6 ans. ı Quel est l’agent du Conseil général qui joue pieds nus toute la journée? Réponse: Nathalie Soulié, psychomotricienne. contact lotois ~ octo∫re 2006 ı Effectivement, Nathalie Soulié “joue” toute la journée, pour la bonne cause : pour le développement harmonieux des enfants. Et ceux qui se pressent dans sa salle sont des enfants qui présentent, soit un retard du développement psychomoteur, soit une atteinte réelle du corps (pathologie neuro-motrice par exemple). Ils ont rencontré des difficultés dans leur développement, repérées par un médecin traitant, un pédiatre, la PMI ou la santé scolaire. Les parents ont poussé la porte du CAMSP dans l’espoir de trouver des réponses à leurs inquiétudes croissantes ou interrogations : « Pourquoi mon enfant ne marche pas encore? », « Pour quelle raison ne s’exprime-til pas? » Un bout de chemin avec l’enfant Parmi les spécialistes qui entourent ces enfants, Nathalie Soulié. « La psychomotricité, c’est s’intéresser au corps dans son appartenance au psychisme », résume Nathalie. « Nous avons une approche globale et unitaire de l’enfant, à l’intersection et au regroupement de la motricité, de l’affectivité et de l’intellect. La médiation essentielle est le jeu et le corps lui-même. Les fonctions Les bonnes adresses Il existe deux CAMSP sur le département: • Le CAMSP de Cahors, géré par le Conseil général, qui intervient sur l’ensemble du département, hors secteur de Figeac; 83, rue Victor Hugo à Cahors. Tél. 0565235211 • Le CAMSP de Figeac, une structure associative, pour les cantons de Figeac, Cajarc, Livernon, Lacapelle-Marival, Latronquière; avenue Nayrac à Figeac. Tél. 0565500727 ı « Même s’il s’agit d’un lourd handicap, sont stimulées pour mettre en avant les potentialités et les compétences de l’enfant. Même s’il s’agit d’un lourd handicap, les enfants doivent se sentir mieux dans leur corps ». Chacun des enfants suivis est un cas singulier, avec un projet de soins individualisé. Respecter le rythme propre de l’enfant, ne pas précipiter les choses, attendre que l’enfant soit prêt pour de nouvelles acquisitions est une des qualités d’une psychomotricienne. Nathalie Soulié cite ainsi le cas d’un enfant qui est arrivé à l’âge de 2 ans. Il ne marchait pas encore, manquait de tonus, ne parlait pas, res- Par ailleurs, la Maison départementale des personnes handicapées peut informer, aider et orienter les familles des enfants handicapés. 304, rue Victor Hugo à Cahors. Tél. 0565204900
ı les enfants doivent se sentir mieux dans leur corps ». tait très accroché à sa maman. Il a fallu tout d’abord gagner la confiance de l’enfant, mais aussi de la maman. Peu à peu, sur le tapis, par le jeu, l’enfant a commencé à pouvoir “faire et s’essayer” dans sa motricité, et à y trouver un plaisir sensori-moteur… Les progrès sont arrivés peu à peu, lentement, mais aujourd’hui cet enfant âgé de 4 ans est scolarisé. Il marche, joue avec son corps, a pris de l’assurance, et parle un peu. Patience. Patience. Toujours. « Nous faisons le chemin avec l’enfant, les parents et accompagnons la réalité », conclut cette spécialiste du CAMSP. Le CAMSP pour mieux prévenir le handicap Le Centre d’action médicosociale précoce entoure l’enfant handicapé et sa famille. Ici, au Centre d’action médico-sociale précoce (CAMSP), le personnel doit faire face à ce qui est probablement le plus douloureux dans la vie d’une famille: le handicap d’un enfant. C’est ici que l’on conseille, oriente et accompagne les familles et les enfants handicapés, que l’on aide aussi à mieux gérer la détresse. Le docteur Elisabeth Hautefeuille, pédiatre, est une pionnière du CAMSP. Cela fait bientôt 25 ans qu’à force d’abnégation elle aura réussi à créer cette structure, directement rattachée au Conseil général, via la Protection maternelle et Infantile. Aujourd’hui jeune retraitée du Conseil général, Elisabeth Hautefeuille offre encore son expérience au CAMSP de Cahors. Avec son équipe de spécialistes, elle travaille auprès d’une trentaine d’enfants handicapés. « L’objectif, c’est de déceler le handicap le plus tôt possible. D’où un travail essentiel que nous menons, en collaboration avec le service de néonatologie de Purpan et avec l’hôpital de Cahors. Les grands prématurés, nés à 25 ou 26 semaines (au lieu de 42) présentent un risque élevé de handicap, ce risque diminuant avec l’avancement de la grossesse. Cela signifie que dans le département, une trentaine d’enfants naissent chaque année avec une potentialité à risque. Je ne dis pas que ces enfants seront nécessairement handicapés, mais une vigilance accrue s’impose ». Respecter le monde des enfants « Le CAMSP est un établissement dont le fonctionnement est très souple, la prise en charge n’est pas soumise à entente préalable comme dans d’autres structures. Les parents et les enfants peuvent venir directement ou orientés par leur médecin traitant pour un avis, un bilan ou des soins liés au handicap. Transports, consultations et rééducations sont intégralement pris en charge. Le personnel essaye de se déplacer au plus près de l’enfant, ainsi sa fatigue est moindre et ses parents participent plus facilement. J’insiste: plus tôt on suspecte ou on décèle un trouble du développement, mieux c’est pour l’enfant mais aussi pour les parents qui, face au handicap de leur enfant, doivent être accompagnés ». ı Une équipe de professionnels ı Elisabeth Hautefeuille, pionnière du CAMSP. Le travail du CAMSP repose sur la collaboration de toute une équipe en relation avec les autres acteurs de santé libéraux ou hospitaliers. L’équipe du CAMSP comprend 1 médecin pédiatre, 1médecin directeur, 2 kinésithérapeutes, 1psychomotricienne, 1 éducatrice spécialisée, 1psychologue, 1 pédopsychiatre, 1 secrétaire. 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :