[46] Contact lotois n°58 jui/aoû/sep 2006
[46] Contact lotois n°58 jui/aoû/sep 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°58 de jui/aoû/sep 2006

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Lot

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : le Lot, un festival de festivals.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 Exposition Marc Petit « Je veux exprimer le ∫eau, sans fard » Pour son retour aux sources, le sculpteur lotois Marc Petit signe deux très belles expositions ; l’une au musée départemental Rignault à ı Saint-Cirq-Lapopie, l’autre au musée Henri-Martin à Cahors. Interview. Il a le verbe fleuri et la voix chaude des gens d’ici. Le regard profond et malicieux, aussi. En côtoyant Marc Petit on pourrait imaginer que les sculptures qu’il enfante dans son vaste atelier limousin sont des personnages gais et légers. Faux : les œuvres de Marc Petit, essentiellement des bronzes, expriment en apparence une souffrance, une torture figée. Le poids de la douleur qui pèse sur les épaules de ce monde. Ainsi sculpte Marc Petit. Comme s’il allait puiser au fond de lui-même un territoire enfoui, hérissé de douleurs. Ce n’est pourtant pas de souffrance dont il est question mais de vérité. Pourquoi une expression aussi douloureuse dans vos sculptures ? Mes sculptures parlent du beau. Je n’ai pas dit « le joli ». Il y a une grande nuance entre les deux. Pour moi, le beau, c’est ce que l’on est contact lotois juillet 2006 le matin au réveil, sans fard, sans maquillage, tel que l’on existe, peut-être avec la « gueule » un peu ravagée du matin, mais c’est ça la beauté humaine. Vos sculptures font aussi référence au temps qui passe avec son lot d’angoisses. On peut effectivement y voir le temps, la mort, notre condition humaine de mortel. Une condition qui ne me fait pas particulièrement plaisir mais il faut bien se rendre à l’évidence. Et puis, pour qu’il y ait du sens à notre existence, il faut un terme. A 14 ans, mes premières sculptures Vous avez grandi à Cahors. Que représente pour vous cette ville, le Lot ? J’ai ici toute ma famille, tous mes souvenirs. Si je vis à Limoges, j’ai joué au hand-ball à Cahors jusqu’à l’âge de 31 ans, j’ai joué aussi… dans une banda ! Je ne connais peutêtre pas par cœur chaque pierre mais au moins chaque bistrot (sourire) ! Cahors, c’est mes amis, des vrais, tous mes souvenirs d’enfance. Comment avez-vous découvert la sculpture ? C’est à l’âge de 14 ans que j’ai réalisé mon premier modelage, avec de l’argile, sur le balcon de notre maison. Je me voyais déjà comme Michel-Ange à sculpter sur du marbre. Mais j’ai vite compris que c’est avec le modelage qu’il fallait faire ses premières armes. J’ai quitté Cahors à l’âge de 21 ans. Existe-t-il un lien entre le Lot et vos sculptures ? Oui. Ma terre, je devrais dire ma pierre, c’est le Lot. Cette pierre est à l’origine de mes sculptures. Ces sculptures sont comme ces
ı « Je cherche à exprimer le beau, pas le joli ». moutons qui cherchent un brin d’herbe. Ce sont des sculptures de l’économie. Je pense aux paysans du Lot pour qui la terre est dure à travailler. A mon père aussi qui travaillait dans une carrière à Crayssac. Je me souviens de cette chaleur si particulière qui sortait de la pierre de la carrière. Vous vivez aujourd’hui à Limoges. C’est un retour dans le Lot par la grande porte. Je suis vraiment très heureux d’exposer dans le Lot, dans deux beaux lieux : le musée Henri- Martin à Cahors et le musée départemental Rignault à Saint-Cirq-Lapopie. Heureux et ému. Je n’y viens pas sans une pensée pour ma mère. J’aurais aimé qu’elle voit ça. Cette exposition est pour moi aussi l’occasion de retrouver avec beaucoup de plaisir tous mes amis. Je le répète : ma vie, c’est ici. ı Deux lieux à découvrir jusqu’au 18 septem∫re L’exposition Marc Petit est à découvrir au musée départemental Rignault, à Saint-Cirq-Lapopie, tous les jours sauf mardi, de 10 h à 12 h 30 et de 14 h 30 à 19h. Tél. 0565312322 et au musée Henri-Martin Cahors, tous les jours sauf mardi, de 11 h à 18 h ; les dimanches et jours fériés de 14 h à 18h. Tél. 05 65 20 88 66. ı ı Un artiste reconnu L’exposition « sculptures et dessins » est présentée jusqu’au 18 septembre. Droits d’entrée valables pour les deux expositions, plein tarif : 3 €, tarif réduit : 1,50 €. ı Né le 27 juin 1961 à Saint-Céré, Marc Petit vit en Haute-Vienne, à côté de Limoges. Lauréat de la fondation de France (1989) et de la fondation Charles Oulmont (1993), Marc Petit a déjà participé à un nombre conséquent d’expositions personnelles, tant en France qu’à l’étranger (Belgique, Allemagne, Espagne, Suisse) et d’expositions collectives, là aussi dans de nombreux pays européens. Le Conseil régional d’Aquitaine, le musée Jean-Jaurès et le musée Goya de Castres ou le musée Rapin de Villeneuve-sur-Lot ont acquis des sculptures de l’artiste lotois. 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :