[46] Contact lotois n°58 jui/aoû/sep 2006
[46] Contact lotois n°58 jui/aoû/sep 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°58 de jui/aoû/sep 2006

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Lot

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : le Lot, un festival de festivals.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
ı ıAndré Bargues, Conseiller général Président de l’ADDA du Lot. 16 Du 16 au 22 juillet Cahors ∫lues 25 ans et une cure de jouvence ıPour fêter ses 25 ans, le festival de blues de Cahors revient au cœur de la ville et innove. Les « Boulevard du blues » sont en effet de retour alors que le centre de gravité se déplace. Des quais, il déplace sa grande scène à la cité Bessières. Une première. Depuis le décès du père fondateur et charismatique Gérard Tertre, le festival avait baissé d’un bémol. Aujourd’hui la machine est relancée avec, à sa tête, deux présidents : Jean-Pierre Lémozit et Bernard Vollant. Si la vieille garde, à l’image de Jacques Périé, est toujours active, quelques jeunes ont renforcé l’effectif. « Nous allons tout mettre en œuvre pour retrouver la convivialité et l’esprit du festival. Une politique tarifaire très abordable et le retour du festival au cœur de la ville devrait y contribuer », estime Jean- Pierre Lemozit qui a connu les débuts du festival alors qu’il tenait la brasserie Gambetta. C’était l’époque, en 1982, où Cahors blues se contact lotois juillet 2006 « Il faut combattre le formatage » « Je constate au fil des ans qu’un problème de transmission des savoirs grandit au sein des organisateurs des manifestations. Hormis pour quelques festivals, il y a un problème de bénévolat et de budget. Les raisons en sont simples : les modes de vie ı limitait au périmètre restreint du théâtre municipal, où le Gascon Guy Laffite était de la fête. Depuis, les James Brown, B.B King, Liz Mac Comb, Nina Simone, Eddy Mitchell, Ray Charles ou, entre autres, Dee Dee Bridgewater sont passés au pied de la statue Gambetta et ont fréquenté l’Espace Caviole. Même si c’est plus dur pour les bénévoles, parce que plus exigeant, plus professionnel, même si « la bande à Tertre » s’est un peu éparpillée, Cahors blues demeure. Et l’on sent poindre cette année, un appétit nouveau, une ambition saine : recoller à l’esprit du blues et de la fête, au public, tout simplement. Durant ces quatre jours les quelque quatre-vingt bénévoles vont se retrousser les manches, avec la complicité retrouvée des cafetiers de la ville. Tél. 05 65 53 20 65 www.cahorsbluesfestival.com ı changent. Les centres d’intérêt évoluent. La télé, Internet et la voiture grignotent sur l’espace occupé jusqu’ici par les manifestations locales, au détriment du lien social. La question est de savoir comment faire pour attirer les gens, Du 18 au 23 juillet Souillac en jazz Le jazz, le jour comme la nuit C’est un véritable « all-star band » qui sera à l’affiche du 31 e festival Souillac en jazz. Au pied de l’abbatiale Sainte-Marie, Michel Portal (clarinettiste) fêtera ses cinquante ans de carrière en compagnie de son « dauphin » Louis Sclavis, et avec comme invités le pianiste Bojan Z et le bassiste Bruno Chevillon. Tout aussi prometteuse est la rencontre entre le saxo d’Archie Sheppet les voix des Gnawa de Tanger. Sans parler de la performance du « pape de la contrebasse » Riccardo del Fra dans les grottes de Lacave : tous ces musiciens, qui ont déjà fait les beaux soirs des précédentes éditions de « Souillac en jazz », seront à nouveau présents cette année. « Il reviennent à chaque fois dans un contexte différent, avec un nouveau projet », remarque Robert Peyrillou, directeur artistique d’un festival fidèle aux artistes. Une fidélité qui paye. « Les musiciens savent comment ça se pour les faire décrocher de la télé, pour rompre avec le formatage des esprits et la société de consommation. Je pense que cela passe par de la créativité, de l’imagination. Certains s’y aventurent avec succès. L’ADDA (Association départementale pour ı
ı passe, ils connaissent notre réputation ». Outre ces talents reconnus, le festival défriche toujours et encore, à la recherche d’une expression du jazz d’aujourd’hui : telle la chanteuse bénino-bretonne Mina Agossi, révélation 2005 aux Victoires du Jazz. La particularité de « Souillac en jazz », c’est aussi de la musique gratuite et libre dans les rues, sur les places, au marché… Côté animations, une table ronde (78 tours du côté des labels), un stage de danse, des ateliers de création pour les enfants, deux films au cinéma, du gospel au cloître, une randonnée en musique. Et une innovation : un barnum sera installé sur la place Sim-Copans où les concerts du soir seront présentés chaque après-midi. Sans parler des après concerts au Black-Bar et au Pub, avec leurs bœufs devenus légendaires. Tél. 05 65 37 81 56, www.souillacenjazz.net le développement des arts) mène un travail d’accompagnement en amont afin de répondre à ces évolutions, en s’intéressant par exemple au jeune public pour lui montrer qu’il existe une autre offre que celle qui est formatée ». ı Africajarc, sa grande scène, ses vedettes, son bar de nuit, ses couleurs, son marché, ses conférences, ses expos, ses spectacles gratuits dans les rues, ses 250 bénévoles, ses 8000 repas servis, ses 25 000 visiteurs : Africajarc. Pour cette édition 2006, alors que Souad Massi envoûtera la foule, Léopold Sédar Senghor, le grand Léopold Sédar Senghor, le père de la « négritude », l’ami de Georges Pompidou, se révèlera. Tiens, Pompidou… Cajarc. Quel meilleur écrin qu’un festival africain à Cajarc pour accueillir une grande exposition sur le poète et penseur décédé en 2001 et qui aurait fêté ses 100 ans cette année ? L’exposition se compose pour partie de la collection privée de Léopold Sédar Senghor. Picasso, Chagall, Soulages, Hartung et autres Zao Wo-ki. C’est dire la confiance accordée par Gérard Bosio, délégataire des œuvres de l’exprésident du Sénégal, au festival Africajarc qui prend là véritablement du galon. Homme d’exception, totalement atypique, ı Du 27 au 30 juillet Africajarc Souad, Senghor, et les autres ı Visages francophones, visages du Maroc ı ıSenghor obtint les plus hautes distinctions politiques (tant en France qu’au Sénégal) et… poétiques ! Il fut par ailleurs, et entre autres, le fondateur de l’Organisation de l’Union Africaine (OUA) ; un grand homme pétri d’humanisme. C’est ce Senghor-là que les fidèles d’Africajarc pourront découvrir ou redécouvrir. Cette grande exposition, unique, conforte Africajarc dans ce rôle de festival des arts africains. La musique et les stars africaines qui viennent ici ne sont qu’une des mille et une belles facettes de ce qui est considéré aujourd’hui comme le plus imposant festival de ce genre dans l’Hexagone. Comme pour introduire cette tonalité très poétique à l’édition 2006, le chanteur Idir sera de retour. C’est lui qui donnera le coup d’envoi du festival, lors de la soirée d’ouverture. Tél. 05 65 40 72 89 www.africajarc.com Après le Cambodge, le Mali et la Slovénie, le festival Visages Francophones de Cahors s’ouvre cette année à l’un des pays les plus francophile de la planète : le Maroc. Durant une semaine, près de 100 artistes marocains exprimeront leurs talents dans des domaines aussi variés que la musique, théâtre, danse, arts plastiques, photographie, artisanat, gastronomie, littérature, cinéma,... Il s’agira de montrer, dans toute la ville, un Maroc moderne et créatif, un Maroc jeune, fier de son identité, nourri de sa propre et abondante culture, et riche d’une population aux facettes multiples. En confiant la présidence de l’association à Anne Tertre, Visages francophones devrait trouver cette année sa vitesse de croisière, renforcer un peu plus l’implication des Cadurciens dans cette belle opportunité d’échanges et de partage avec cette nation si proche de la nôtre. Visages francophones, visages du Maroc, du 26 septembre au 1 er octobre, à Cahors. Tél. 05 65 20 88 60 - www.mairie-cahors.fr 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :