[46] Contact lotois n°55 oct/nov/déc 2005
[46] Contact lotois n°55 oct/nov/déc 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°55 de oct/nov/déc 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Lot

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : l'énonomie prend de la vitesse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Paroles de 4 « Comment se passe le prêt à la Bibliothèque départementale de prêt ? Avez-vous un fonds régional ? » F.L.-D., Lille (Nord), transmis par Internet La Bibliothèque départementale de prêt (BDP) n’est pas ouverte au public. Mais les prêts aux lecteurs sont effectués via les bibliothèques et les différents points de lecture du Lot (dépôts renouvelés trois fois par an). A ce titre, la création de bibliothèque est aidée financièrement par le Conseil général. Quand il n’existe pas de bibliothèque publique, le prêt est effectué directement dans les quatre bibliobus en circulation (de manière mensuelle, bimestrielle ou trimestrielle). La BDP dispose d’un fonds local rassemblant des ouvrages traitant spécifiquement du Lot : des livres récents achetés en librairie mais aussi des livres anciens acquis auprès de librairies d’occasions. Ces ouvrages sont prêtés dans les mêmes conditions que les autres documents. A noter que le service des Archives départementales dispose également de certains ouvrages anciens traitant du département. Renseignement au 0565358110. Quand les poubelles débordenT « Comment fait-on pour déposer nos déchets et trier correctement quand les containers débordent à ce point ? Je pense qu’il est urgent de prendre en considération la fréquence des ramassages et le nombre de containers à mettre à notre disposition, cette situation se rencontre aussi bien l’été que l’hiver. (…) Il serait dommage que notre département soit souillé par cette pollution visuelle et très odorante lorsqu’on circule à proximité. Cela n’incite pas à trier (…), le coût très important se retrouve sur nos impôts. contact lotois octo∫re 2005 13 » B. P., Nadaillac-de-Rouge Depuis 1995 et le Plan départemental d’élimination des déchets ménagers et assimilés, le Conseil général soutient financièrement le Syded (Syndicat départemental d’élimination des déchets) et les collectivités pour la mise en œuvre des équipements de collecte et de traitement. L’achat de containers (recyclables et autres déchets) a 17 21 constitué un effort important pour les collectivités avec le souci de rationaliser les emplacements et le nombre dans le but de limiter le coût des déchets ménagers. Toutefois, la densité de population dans certaines zones reste une préoccupation d’organisation, plus encore lorsque la population augmente en été. C’est pourquoi les collectivités adaptent le nombre de containers et la fréquence d’enlèvement au cas par cas. Des améliorations sont encore à faire mais ces dépenses doivent être réparties dans le temps ; on en profite souvent pour cacher les containers derrière les haies, des murets voire en les enterrant. Cependant, il est impératif d’envisager des solutions alternatives comme le compostage à domicile qui permet de réduire le volume des déchets et donc le coût. 8000 composteurs individuels ont déjà été distribués et une nouvelle opération a été décidée par le Syded. Les sacs réutilisables (à la place des sacs plastiques) et les déchetteries sont aussi des moyens de limiter le volume de nos poubelles. Pas de floTTemenT pour le dossier navigaTion « Je suis une « touriste » lotoise de la navigabilité sur le Lot. Il est très agréable de passer plusieurs jours sur un bateau et de découvrir notre ravissant département depuis la rivière. Je déplore un peu que très peu de Lotois connaissent la rivière elle-même. A l’heure des travaux d’extension sur le Lot, et de l’énorme investissement réalisé par le Conseil général pour ces travaux, je suis étonnée : les tronçons actuellement navigables sont un peu laissés pour compte ! Depuis cinq ans, la plupart des pontons ont disparu, les panneaux ne sont plus visibles, les écluses qui ont très mal vécu la crue sont très difficiles à manœuvrer. Le fond du Lot a changé depuis la réalisation des cartes fluviales, qui ne sont pas mises à jour, et l’échouage est fréquent… » Mme D., Cahors La section actuellement naviguée n’est bien sûr pas délaissée. Les accostages aux abords des écluses viennent d’être entièrement refaits pour garantir un meilleur confort d’usage aux plaisanciers. L’équipe du service assure l’entretien des mécanismes aux écluses qui ont finalement peu souffert de la crue de 2003. Leur fonctionne- > Retrouvez-les dans les articles de votre Contact lotois n°55
Lotois ment ne présente pas aujourd’hui de dégradation généralisée. Il est par contre réel que des ennuis mécaniques graves en 2005 interdisent l’emploi d’une barge flottante, ce qui génère cette année un développement anormal de la végétation aux emplacements des haltes. Par ailleurs, des panneaux d’information sont manquants car régulièrement dégradés mais une campagne de réhabilitation est en cours. La rivière Lot est exigeante et oblige à souvent intervenir selon des ordres de priorité. Le suivi systématique de toute la signalisation réglementaire (panneaux, bouées, niveaux en biefs) est réalisé en priorité. Les aires de camping-car squaTTées « Le Lot est un joli département et nous avions décidé mon mari et moi-même de le traverser avec notre camping-car au mois d’août. Les mairies ayant la gentillesse dans certains villages et villes de mettre à notre disposition des aires spéciales, des points d’eau et de vidange (ceci moyennant finance ce qui est tout à fait normal), cela nous permet de visiter des endroits superbes. Mais dans le Lot, pas question de s’arrêter dans ces endroits car ils sont squattés par les gens du voyage. » Roselyne Marchandise, Livron-sur-Drôme (26), transmis par Internet. L’installation de bornes (eau, vidange, électricité) destinées aux touristes qui découvrent le Lot en camping-car est, bien entendu, primordiale pour assurer un bon accueil mais aussi pour protéger l’environnement. Les communes ont, depuis quelques années, fait un effort remarquable dans ce sens et l’appui financier du Conseil général est souvent décisif tant il est important que l’offre touristique soit la plus complète possible. L’utilisation de ces équipements par les gens du voyage, même ponctuellement, est un problème fréquemment rencontré par les municipalités. Le manque d’aménagement d’aires spécifiques à la charge des communes n’est toutefois pas singulier au seul département du Lot. Ecrivez-nous Vous souhaitez vous exprimer, vous avez une idée, une suggestion, vous voulez réagir ? Adressez vos courriers à : Conseil général du Lot, Contact lotois, Place Chapou BP 291 - 46005 Cahors Cedex 9 ou par e-mail : communication@cg46.fr ı ıDésenclavement routier : la mo∫ilisation édito Le programme de désenclavement routier départemental vient d’essuyer deux volte-face inattendues : le désengagement du Département de la Corrèze pour la réalisation de la déviation de Turenne permettant le désenclavement du Nord du Lot et le non aboutissement de la concertation que le Conseil général avait engagée avec l’Etat pour le classement dans le réseau des routes nationales de la RD 802 dans le prolongement logique de la RN 122 (Figeac/Maurs). Sur ce dernier point, je garde l’espoir que la logique d’itinéraire l’emportera et que le gouvernement reviendra sur sa décision. Concernant le bassin d’activité Bretenoux-Biars-Saint-Céré, la volonté et la nécessité d’optimiser les conditions de circulation en direction de l’A20 ont conduit les élus du Lot à se rassembler en séance extraordinaire afin d’opter pour un itinéraire de remplacement. La liaison 100% lotoise « Vayrac – Saint-Michel-de- Bannières – la RD 96 vers Martel avec un raccordement sur la RN 140 » a obtenu l’adhésion de l’assemblée et les premières procédures réglementaires concernant sa réalisation seront engagées très prochainement. Au travers des réunions publiques « Lot 2020 », vous avez été nombreux à nous exprimer votre volonté de voir le territoire se développer harmonieusement, devenir plus attractif encore. Par notre réactivité et notre engagement dans les projets qui accompagnent votre quotidien, le Conseil général du Lot s’attache à remplir cet objectif. Gérard Miquel Président du Conseil général du Lot 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :