[46] Contact lotois n°52 jan/fév/mar 2005
[46] Contact lotois n°52 jan/fév/mar 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°52 de jan/fév/mar 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Lot

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : budget 2005, priorité aux investissements.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 Solidarité, de nouvelles compétences pour le conseil général Jeunes en difficulté des solutions existent Pierre, 22 ans En situation d’échec scolaire, de rupture familiale, de plus en plus de jeunes de 18 à 25 ans vivent dans la précarité et, faute de moyens, ne peuvent assurer leur ordinaire. Le FAJ (Fonds d’aide aux jeunes) permet ponctuellement de remettre ces jeunes sur les rails. La nouvelle loi donne maintenant au Conseil général la responsabilité de la gestion de ce fonds. La décentralisation de ce dispositif est à mettre en parallèle avec le transfert du RMI au Département. Ce fonds visait, en 1989, à compléter pour les 18-25 ans le dispositif de lutte contre les exclusions dont la mesure « phare », le RMI, n’était accessible qu’à compter de l’âge de 25 ans. Depuis, le FAJ a fait ses preuves. Il s’agit de redonner confiance et espoir aux jeunes en difficulté et qui ont la volonté de s’en sortir. Cela passe par diverses mesures : la première, en ∫ref… Logement : simplifier les procédures contact lotois janvier 2005 l’essentielle, pouvoir manger à sa faim. Mais c’est aussi quand la situation s’améliore et que le jeune envisage une insertion professionnelle, plusieurs aides pour favoriser la réussite du projet : prise en charge des frais pédagogiques, aide à la mobilité… Devant la précarité grandissante de cette population, cet outil financier est considéré comme majeur. Le Conseil général envisage aujourd’hui d’aller plus loin. A l’étude, une véritable politique globale d’insertion professionnelle qui prendrait en compte les besoins financiers du jeune et lui permettrait la réalisation de son projet. Cette aide financière, versée mensuellement pendant quelques mois, serait accompagnée d’un suivi par la Mission Locale. ı l’écoute avant tout ı Pierre a quitté son île natale en 2002 pour la métropole. Depuis il a pris à bras le corps sa destinée et ses pas l’ont conduit à la porte de la Mission Locale. « J’attendais au départ une écoute », confie-t-il, « je l’ai trouvée et peu à peu j’ai pu élaborer un projet professionnel ». Pour cela, Pierre a été aidé, ponctuellement, quand le besoin s’en faisait sentir. D’abord par le prêt d’une mobylette, en attendant, un peu plus tard, de pouvoir passer le permis de conduire. Il a bénéficié également d’une aide à la subsistance pour manger à sa faim et entretenir son appartement. Après plusieurs CES (Contrat emploi solidarité), il a trouvé sa voie : la mécanique automobile. « Ce dispositif d’aides m’a permis à chaque fois de franchir un palier vers plus d’autonomie », dit-il avec un grand sourire. Aujourd’hui, il entreprend, en candidat libre, un CAP de mécanique. L’avenir lui paraît plus souriant… La décentralisation nouvelle génération renforce le rôle des départements dans le domaine de la solidarité. Depuis le 1er janvier dernier, la loi transfère aux départements la gestion des Fonds de solidarité logement (FSL) tout en étendant la compétence de ces fonds aux aides pour les impayés d’énergie, d’eau et de services téléphoniques. Dans ce domaine, plusieurs fonds existaient, parfois très complexes. Aussi, dans une volonté de simplification, le Département va mettre en place un fonds unique regroupant l’ensemble des fonds existants et gérer directement ce dispositif.
Najet, 23 ans adupain surla planche ! Najet veut être assistante sociale. Sa situation familiale et financière ne lui permettait pas de payer le coût de la formation. Entrée dans le dispositif du FAJ avec un projet solide, elle a obtenu une aide pour ses frais de déplacements et le coût de sa pré-formation d’assistante sociale. « Reçue au concours en juin dernier, j’ai intégré cette année l’école pour obtenir mon diplôme en trois ans ». Karine, 24 ans de la volonté à revendre… Après plusieurs expériences dans le secteur de l’hôtellerie, Karine ne trouvait pas, faute de diplômes, un véritable emploi. Le FAJ lui a permis de pouvoir bénéficier d’une aide à la subsistance et d’assurer son quotidien. Aujourd’hui, plus sûre d’elle, elle s’oriente vers une formation d’assistante médico-psychologique : « j’ai vraiment envie de m’occuper des autres », confie-t-elle. Cette formation est cependant tributaire d’une embauche dans une structure médicale : maison de retraite, IME ou autre… Pour donner un petit coup de pouce à Karine dans sa recherche, s’adresser à la Mission Locale de Cahors. Quand j’avais ton âge ı ı Le Conseil général jeunes mène actuellement, via les collégiens lotois, une action très intéressante auprès des maisons de retraite. Sur le thème : « Quand j’avais ton âge », les collégiens réalisent des interviews des résidents. En juin prochain, l’ensemble des ces entretiens sera rassemblé dans un ouvrage d’une centaine de pages, illustré de photos. A noter que de nombreux services Logement un fonds unique Catherine Bousquet est conseillère en économie sociale et familiale au centre médico-social de Figeac. Elle a pour mission de guider les familles dans la gestion de leur vie quotidienne et instruit en cas de besoin les demandes d’aides financières concernant le logement. « Le logement est un maillon essentiel de l’insertion », explique-t-elle. La loi de décentralisation confie au Conseil général l’accompagnement financier et social des familles ou personnes seules rencontrant des problèmes liés au logement. Aujourd’hui, un fonds unique réunit les aides à l’accès au logement comprenant éventuellement la prise en charge de la caution mais aussi le maintien dans les lieux en cas de dettes de loyers, et les impayés d’énergie, d’eau ou de téléphone. du Conseil général sont associés à cette initiative : la solidarité départementale, la communication et les archives départementales. Cet ouvrage est un beau prétexte pour créer un lien intergénérationnel : les rencontres entre collégiens et pensionnaires de maisons de retraite sont très enrichissantes. Les photos sont consultables sur le site internet du Conseil général www.lot.fr. « Cette approche plus rapide, plus globale et surtout plus équitable devrait faciliter l’accès à ces aides pour les personnes en situation de précarité. Au-delà de l’aspect financier, la conseillère en économie sociale et familiale aide les personnes à développer leur autonomie dans la gestion du logement. Elle apporte des conseils notamment en matière d’économie d’énergie et d’organisation de la vie quotidienne ». ı ı Catherine Bousquet. en ∫ref… « Le problème de logement social est ı important. Nous devons être très vigilants sur ce dossier. Nous avons inscrit au budget des crédits importants destinés aux logements à loyers modérés et très modérés. Je m’inquiète par ailleurs de l’arrivée dans le département de sociétés immobilières qui lancent des logements défiscalisés, avec des loyers élevés, dans le seul but de faire des profits. La qualité architecturale risque d’en pâtir fortement si nous n’y prenons garde ». Gérard Miquel 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :