[46] Contact lotois n°52 jan/fév/mar 2005
[46] Contact lotois n°52 jan/fév/mar 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°52 de jan/fév/mar 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Lot

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : budget 2005, priorité aux investissements.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Navigation « Cette année, 8,5 millions d’euros seront investis avec 75% de subventions Europe-Etat-Région. Nous espérons que les programmes suivants pourront être réalisés dans les mêmes conditions financières, compte tenu des engagements pris par nos partenaires financiers ». Gérard Miquel 14 l’amont de Saint-Cirq dès 2006 Le projet d’extension de la navigation prend réellement forme. Dès 2006, le tronçon Cénevières- Crégols profitera de ces importants travaux dont l’intérêt est multiple : environnemental, patrimonial, touristique et économique. Le schéma adopté par le Conseil général prévoit, à terme, la réhabilitation de trois tronçons de navigation : Luzech (aval), Crégols-Larnagol, Cajarc (amont) — Faycelles, soit au total 85 km de rivière et 23 barrages, qui s’ajouteront aux 65 km et 14 barrages déjà réouverts. L’autorisation de programme votée en septembre 2004 après ajustement représente 25 millions d’euros pour un coût d’objectif travaux de 21 millions d’euros HT. contact lotois janvier 2005 ı L'extension de la navigation sur le Lot se fera en plusieurs phases. Le taux des subventions s’élève à 75% (60% Europe-Etat et 15% Région). Il reste donc 25% à la charge du Département. Très rares sont aujourd’hui les projets qui peuvent bénéficier d’un tel taux de subventions. A signaler que la disponibilité des crédits Etat-Europe a imposé un découpage sur trois ans, dans le meilleur des cas, au lieu de deux prévus initialement. Après la réalisation d’études très détaillées visant à assurer le plus grand respect de l’environnement, le projet va pouvoir entrer dans sa phase active. Les travaux vont démarrer cette année par le tronçon Saint-Cirq-Lapopie — Cénevières. en ∫ref… Le futur Hôtel du Département devient chaque jour un peu plus réalité. Un impact économique réel La Chambre de commerce et d’industrie du Lot est très attentive à l’évolution de la navigation sur le Lot dont elle fut l’une des chevilles ouvrières dès le début des années 90. Reflet de la saison touristique 2004, le bilan du tourisme fluvial n’aura pas battu les records. Au reflux de l’activité touristique générale en France, sont venus s’ajouter les problèmes de crues qui ont réduit sensiblement la période de navigation. Malgré tout, les chiffres collectés par la CCI expriment clairement le poids de cet important atout économique. Six bateaux à passagers (soit un total de 445 places) ont transporté près de 40 000 passagers pour un chiffre d’affaires de près de 300 000 €. En ce qui concerne les bateaux habitables, le chiffre d’affaires direct est évalué à un peu plus d’un million d’euros répartis sur 45 bateaux, chacun ayant été loué en moyenne pendant 14 semaines. La dépense moyenne de chaque plaisancier est évaluée à 21 € par jour. Les dépenses effectuées auraient ainsi généré un chiffre d’affaires de 485 000 €. Au total, le chiffre d’affaires global engendré par les locations, les entrées payantes et autres dépenses effectuées par la clientèle de ces bateaux à passagers et bateaux habitables est estimé à 2,22 millions d’euros pour l’année 2004. L'Hôtel du Département livré fin 2006 C’est le plus gros chantier de la décennie dans le Lot. L’Hôtel du Département qui abritera l’essentiel des services du Conseil général basés à Cahors est en pleine construction à Regourd. Si quelques difficultés en sous-sol ont un peu freiné le chantier, aujourd’hui, les entreprises ont mis les bouchées doubles pour respecter les délais. Un chantier exemplaire en matière de sécurité comme a tenu à le souligner le respon-
A Douelle Jacques Guénin surfe sur la vague La remise en navigation de la rivière Lot, au-delà de l’impact environnemental indéniable et de l’image touristique du département, a des répercussions concrètes sur l’économie du Lot. Jacques Guénin, loueur de bateaux depuis 15 saisons à Douelle, mesure au plus près cette évolution positive. sable indépendant SPS (Sécurité, Protection, Santé). Même si plus d’une cinquantaine d’ouvriers se côtoient en permanence sur le chantier, aucun signe d’agitation ou de fébrilité ne transparaît alors que les corps des bâtiments montent à la vitesse « grand V ». Ainsi, sur le bâtiment B, on peut déjà imaginer l’organisation des locaux. Deux grandes grues émergent de cette butte qui accueillera dans moins de deux ans cette Maison des Lotois. 26 millions d’euros sont consacrés à ce projet. Le prix à payer pour que l’institution départementale puisse gagner en efficacité et relever les défis de la décentralisation. Il a navigué sur les plus grands océans. Mais c’est à Douelle que Jacques Guénin a décidé de jeter l’ancre, avec femme et enfants. Depuis 1990, soit depuis le tout début de la remise en navigation de la rivière Lot, ce nordiste défend les intérêts de la société anglaise Crown Blue Line. Pour lui, l’impact de la navigation est indéniable, palpable, concret. « En 2004, et malgré un lancement tardif de la saison dû aux crues hivernales, nous avons enregistré 271 semaines complètes de location. A raison, environ, de cinq personnes par bateau, cela fait du monde sur la rivière. Le pouvoir d’achat de mes clients, dont 70% viennent de l’étranger, est élevé, voire très élevé : les locations coûtent entre 1000 € et 4 130 € pour une semaine. Certains de mes clients ne salissent pas une seule fois la vaisselle du bateau : ils mangent midi et soir au restaurant. Ils achètent aussi du vin, des produits gastronomiques, visitent Pech Merle, etc. Globalement, ce sont de très bons clients pour l’économie lotoise. A cela, et outre les quatre emplois permanents et six emplois saisonniers que compte ma société, il faut ajouter les effets induits non négligeables. Ainsi, pour ma seule entreprise, j’aurai laissé en 2004 plus de 6 000 € chez le blanchisseur. Nous avons acheté 12 000 litres de gazole… » Ils reviennent « En matière de tourisme fluvial, les rivières sont aujourd’hui prisées. Et le Lot a une cote d’amour très importante alors que certaines autres régions subissent une baisse de fréquentation. Il faut savoir que dès le mois de janvier, 60 à 70% des bateaux sont réservés. Ailleurs, à la même ı ıJacques Guénin et Erika, son épouse : « Nos clients apprécient beaucoup le Lot ». ı période, le taux de remplissage n’est que de 50% environ. La plupart des clients viennent pour la première fois : sans la navigation, ils n’auraient pas mis les pieds dans le Lot. Un nombre non négligeable d’entre eux revient en location. Actuellement, il nous manque des bateaux pour répondre à la demande. Mais nous devons prendre en considération les caprices de la rivière. Cela en fait aussi son charme : le Lot reste une rivière sauvage, authentique, elle vit. Je suis bien évidemment très favorable au prolongement du réseau navigable. Actuellement, sur une semaine, les clients naviguent en moyenne pendant 24 heures. Ils en demandent un peu plus. Avec l’extension à venir, la capacité sera portée à 30 heures : c’est exactement ce qui convient. Cela contribuera à développer plus encore la navigation et profitera donc à l’ensemble de l’économie lotoise ». « Le chantier est bien engagé. L’Hôtel du Département qui ouvrira fin 2006 permettra de bien accueillir nos concitoyens et d’améliorer considérablement les conditions de travail des agents du Conseil général, aujourd’hui éclatés sur de trop nombreux sites ». Gérard Miquel 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :