[46] Contact lotois n°52 jan/fév/mar 2005
[46] Contact lotois n°52 jan/fév/mar 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°52 de jan/fév/mar 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Lot

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : budget 2005, priorité aux investissements.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Routes Cap au nord Priorité numéro 1 du Conseil général du Lot dans le domaine routier : le nord du département. La liaison du bassin Saint-Céréen à l’autoroute A20 mobilise aujourd’hui d’importants crédits. en ∫ref… « Nous appliquons un schéma « d’itinéraires » qui constitue l’épine dorsale de notre projet routier. Nous concentrons actuellement nos efforts sur le nord du département : le contournement de Puybrun est arrêté. Après quoi nous nous attaquerons à Vayrac, Les-Quatre-Routes, Condat. Nous avons rencontré les élus de la Corrèze pour qu’ils nous confirment le prolongement de l’itinéraire dans ce département ». Gérard Miquel 12 contact lotois janvier 2005 ı ıLa route Puybrun-Bétaille a fait l’objet d’importants travaux pour améliorer la sécurité. ı Pour la seule année 2004, plus d’un million d’euros auront été consommés afin de « recalibrer » les 3,5 kilomètres de la section Puybrun-Bétaille. La chaussée est aujourd’hui portée à 6,5 mètres avec deux accotements de 1,75 mètre de façon à lui donner les mêmes caractéristiques que le reste de l’itinéraire déjà réalisé. Cette même portion a fait l’objet d’une amélioration sensible de la sécurité par la création de deux tourne-à-gauche. La technique mise en œuvre pour le revêtement définitif de la chaussée s’appelle « ECF » (enrobé coulé à froid). Aujourd’hui cette technique constitue le meilleur compromis possible, en zone semi-urbaine, entre le souci de limiter les nuisances sonores, le souci d’offrir une bonne adhérence en tous temps et d’autre part le souci financier. Déviation de Puybrun Le premier semestre 2005 sera marqué par le lancement de l’enquête d’utilité publique. Après quoi, si les conclusions sont favorables, le préfet signera la déclaration d’utilité publique (D.U.P) alors que les acquisitions foncières suivront dans la foulée (certaines sont déjà en cours de négociation). Les travaux commenceront alors en 2006. Viendront ensuite les déviations de Vayrac, Les-Quatre- Routes et enfin Bétaille à plus long terme. « Cela devient très urgent : il en va de la survie de l’économie du nord du département. Les entreprises attendent ça depuis très longtemps », assure Christian Delrieu, conseiller général de Vayrac. La communauté de communes qu’il préside ne s’y est pas trompée : elle a lancé une prospective sur les dix prochaines années afin d’élaborer un projet d’aménagement du territoire. Première décision concrète : la création d’une zone d’activité de 15 hectares, intercommunale, entre Bétaille et Puybrun : quand la route devient moteur pour l’économie. Le réflecteur, mode d’emploi Principales opérations de voirie 2005 Aménagement du carrefour RD 811/RD 207 à la sortie du pont de Pescadoires (700 000 €) Aménagement du carrefour RD 8/RD23 à Luzech (280 000 €) Aménagement de la RD 811 entre Cahors et Mercuès (1 100 000 €) Construction d’un giratoire face au centre Leclerc à Pradines (RD 8) (370 000 €) Rectification de la RD 911 dans la Côte de Cavaniès entre Cahors et Arcambal (900 000 €) Réparation du pont de Larnagol sur la RD 143 (700 000 €) Aménagement de la RD 653 dans la Côte de Lavitarelle à Montet-et-Bouxal (1 000 000 €) Aménagement de la RD 653 à Calviac (liaison Sousceyrac-Cantal) (2 400 000 €) Aménagement des RD 43 et RD 255 à Lanzac (540 000 €) Aménagement de la RD 23 entre Lacave et Meyronne (740 000 €) A l’initiative du Conseil général jeunes, un réflecteur a été distribué aux collégiens des 26 établissements publics et privés du département. Sorte de catadioptre que l’on peut accrocher facilement grâce à son mousqueton à la ceinture ou au cartable, il réfléchit la lumière des phares des voitures et permet de mieux être vu, et de plus loin, par les automobilistes. Idéal pour être utilisé le matin ou le soir en période hivernale, cet outil améliore la sécurité du piéton au bord de la route, à l’attente du car, au point d’arrêt ou sur le cheminement. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Puy L'Évêque 1 Gourdon Martel Souillac Payrac Salviac St Germain Cazals du Bel Air Luzech Montcuq 2 Catus Cahors Sud Castelnau Montratier 9 Cahors 4 3 5 10 Labastide Murat Lalbenque Lauzès Gramat St Gery Vayrac Livernon 6 Bretenoux Cajarc Limogne en Quercy St Céré Lacapelle Marival Figeac Ouest Sousceyrac Latronquière 7 8 Figeac Est
Collèges Figeac, les petits plats dans les grandsı Plus de 2,5 millions d’euros viennent d’être consacrés au collège de Figeac. Aujourd’hui, les élèves bénéficient d’un self-service et de cuisines entièrement neufs. Témoignages des principaux intéressés : collégiens et cuisinier. Alain Battut, chef cuisinier « Cela fait 33 ans que j’exerce ce métier au collège de Figeac. J’ai connu l’inauguration de l’établissement avec une cuisine neuve. C’était le premier self dans le département : un événement. Entre les deux cuisines : une révolution technologique. Le Conseil général nous a acheté un matériel de très bon niveau qui va nous permettre de travailler dans de bonnes conditions et d’offrir une qualité d’hygiène irréprochable. Avant d’en arriver là, il a fallu que l’on s’arme de patience : faire de la cuisine dans les Algecoce n’est pas toujours aisé puis nous avons eu des contretemps lors de l’installation dans les nouvelles cuisines. Heureusement, nous sommes une équipe très solidaire ce qui nous a permis de faire face. Avec ces nouveaux équipements, on constate que les enfants sont moins stressés, ils prennent plus de plaisir pour déjeuner. Nous pourrons, grâce aux équipements, soigner davantage la qualité et la présentation des mets. La seule frustration, et elle est de taille, se situe en ∫ref… Les travaux dans les collèges en 2005 Cahors Olivier de Magny : réfection de la SEGPA : 590 000 €. Début des travaux : en mai Saint-Céré : extension du collège : 940 000 €. Début des travaux : février ı ıau niveau des contraintes budgétaires. Il faut gérer vraiment au plus juste pour offrir un repas correct aux enfants : un véritable pari. Le matériel dont nous disposons participera à améliorer plus encore cette gestion qui passera à terme, j’en suis convaincu, par l’informatique ». Chaque jour, les quatre agents du service préparent 430 repas environ, dont 20 ou 30 pour les adultes. Avec une capacité de 220 places (contre 150 pour l’ancienne cantine), ces nouveaux locaux se caractérisent par leur aspect lumineux, sobre, très propre. Sûr, ces installations vieilliront bien. Il est également prévu un budget pour des études sur le collège Gambetta à Cahors afin de traiter la partie ancienne et pour l’extension du collège de Luzech. … et à l’IUFM Restauration des cuisines de l’IUFM à Cahors (formation des professeurs d’école et DESS patrimoine) : 900 000 €. Début des travaux : avril ı ı Norma Drouin et Jean-Baptiste Mazoué (classe de 4 e) La patience des élèves a payé « Pendant les travaux, c’était dur, d’autant plus que nous avons dû patienter à cause de retards. Pendant une semaine, nous avons même mangé des sandwichs et en plus il faisait froid dans les locaux provisoires ! Alors, aujourd’hui, tout paraît bien mieux : les locaux sont agréables et surtout les profs ne mangent pas dans la même salle que nous. Nous préférons nettement. C’est bien mieux que l’on mange entre nous. Quant au self-service, ce n’est pas une nouveauté pour nous. Nous avions l’habitude avec la précédente cantine ». En ce qui concerne la qualité culinaire, les deux collégiens attendent que la cuisine puisse tourner à son régime de croisière pour se prononcer. Tout devrait s’arranger avec le retour des frites au menu hebdomadaire. « Nous avons instauré un programme pluriannuel qui nous permet une bonne lisibilité. Les investissements pour les collèges sont très conséquents. A terme, certains établissements vont faire peau neuve. Nous investissons aussi pour équiper les collèges en nouvelles technologies. Nous définissons actuellement avec l’Inspection académique un vaste programme d’équipement pédagogique qui placera nos jeunes dans les meilleurs conditions de réussite possible ». Gérard Miquel 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :