[46] Contact lotois n°52 jan/fév/mar 2005
[46] Contact lotois n°52 jan/fév/mar 2005
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°52 de jan/fév/mar 2005

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Lot

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : budget 2005, priorité aux investissements.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 Interview Gérard Miquel « Delarigueur pour mieux investir » Le Président du Conseil général vient de faire adopter par l'assemblée départementale le premier budget de son mandat. Rigueur et investissement sont les mots d’ordre, dans un contexte pénalisé par la nouvelle phase de décentralisation. Comment se caractérise votre premier budget ? Il est marqué du sceau de la rigueur, indispensable, dans la gestion du fonctionnement. Nous avons une approche plus rigoureuse en matière d’autorisations de programme et de crédits de paiement. Cette approche nous permet de préserver une bonne capacité d’autofinancement pour nos investissements actuels et à venir. contact lotois janvier 2005 ı ıAndré Mellinger, président de la commission des finances. « Un équilibre délicat » « Comme toutes les années, le budget n’aura pas été facile à élaborer. Mais celui-ci, soumis à l’effet « décentralisation » aura été encore plus complexe. Heureusement pour nous, certaines recettes semblent évoluer favorablement, en particulier les droits de mutation qui se Ce budget est également marqué par une nouvelle étape de la décentralisation maintiennent à un bon niveau. Nous espérons que la réforme de la DGF (dotation globale de fonctionnement) permette de maintenir l’effet de péréquation dont nous avons besoin. Pour ce qui est des dépenses, Il faut savoir que sur les 2/3 des 140 millions d’euros du budget de ı « Il Effectivement, c’est la seconde étape de la « Décentralisation Raffarin ». Force est de constater qu’elle ne se caractérise pas par sa lisibilité. Nous sommes très inquiets de la hauteur des transferts financiers indispensables pour exercer nos nouvelles compétences. Ces craintes sont amplifiées par notre expérience en matière de décentralisation du RMI pour lequel nous constatons un retard de paiement des crédits d’Etat. Nous devons faire l’avance, ce qui n’est pas sans poser des difficultés. Comment percevez-vous l’arrivée de nouveaux agents dans le cadre de cette décentralisation ? Le flou demeure aussi en ce qui concerne les transferts des personnels de la DDE et des techniciens de l’Education nationale. fonctionnement, nous n’avons que peu de prise : il s’agit de dépenses obligatoires parmi lesquelles l’action sociale, si importante pour nos concitoyens. Pour le reste, il faut faire preuve de vigilance sinon tout notre budget peut s’en trouver déstabilisé. Son équilibre est fragile en raison faut éviter la fracture du territoire". d’un potentiel fiscal faible, même si nous pouvons nous appuyer sur une activité économique somme toute assez correcte. Mon inquiétude porte sur la réforme de la fiscalité annoncée par le gouvernement. Elle concerne la taxe professionnelle et les dotations de fonctionnement.
ı Nous pensons au stade des premières approches que les besoins en personnel de l’Education nationale sont sous-estimés. Je crains en effet qu’ils soient bien supérieurs à ce qui existe aujourd’hui. Nous ne voudrions pas que cette décentralisation soit pour l’Etat une façon de décentraliser l’impopularité de l’impôt national vers le local. Ceci ne risque-t-il pas de provoquer un peu plus une fracture entre territoires riches et territoires ruraux ? Bien évidemment. C’est pour cette raison que nous demandons un renforcement de la péréquation qui puisse permettre d’éviter que la fracture territoriale s’accentue. La forte régression actuelle en matière de service public n’est pas faite pour nous rassurer. Cette même fracture est perceptible en matière de nouvelles technologies. D’où la nécessité de gérer notre budget avec rigueur afin de préserver la marge de manœuvre pour des investissements indispensables. Nous voulons que nos concitoyens puissent avoir accès à des moyens modernes. Les départements à forte densité de population n’ont, paradoxalement, pas les mêmes contraintes financières : les opérateurs mettent en place les équipements sans le soutien financier des collectivités. Ce n’est malheureusement pas le cas chez nous. Nous avons de quoi être très inquiets si effectivement les compensations de l’Etat, liées à la ruralité, baissent. Les transferts budgétaires liés à la décentralisation ont gonflé notre budget. Mais c’est artificiel : notre marge de manœuvre peut se réduire en même temps si les recettes liées à ces transferts ne suivent pas. Aujourd’hui, il faut vraiment tout pour y arriver et nous voyons se profiler à l’horizon le risque d’un effet ciseaux où les engagements du Département pourraient croître plus que les recettes. Afin de prévenir cette situation, nous devons stabiliser le recours à l’emprunt. Comme dans tous les ménages, il faut Où va l'argent du Département montant glo∫al du ∫udget : 187 906 929 € Action sociale (personnes âgées, personnes handicapées, enfance et jeunesse, développement social) 40% Voirie routière 13% Moyens de la collectivité (personnel, élus, frais d'administration générale, service de la dette) 19% veiller à ne pas se surendetter. De façon prospective, nous devons définir clairement nos priorités, faire des choix. Cela ne doit pas pour autant nous freiner dans nos ambitions pour le Lot. La création d’une SEM à vocation économique est une bonne illustration de cette détermination ». Enseignement (collèges, transports scolaires) 7% Sécurité ı 2% Economie Développement local 4% Culture et sport 1,3% Patrimoine 4,9% Tourisme 5,6% 1% 2% Habitat Environnement Autres 0,2% Pour son premier budget, Gérard Miquel explique, dossier par dossier, ses orientations budgétaires. A découvrir dans les pages suivantes. Routes, collèges, navigation, Hôtel du Département, nouvelles technologies, solidarité : les engagements du Département. 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :