[46] Contact lotois n°50 jui/aoû/sep 2004
[46] Contact lotois n°50 jui/aoû/sep 2004
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°50 de jui/aoû/sep 2004

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Lot

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 22

  • Taille du fichier PDF : 3,9 Mo

  • Dans ce numéro : le Lot grandeur nature.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Telle ses estampes nées de pleins et de creux gravés dans la plaque de cuivre, l’artiste Anne Turlais est toute en relief. La force et la douceur. Le verbe coloré et le silence. Les noirs et les blancs. Cernée par cinq garçons dans cette famille qui comptait huit enfants, Anne Turlais qui rêvait de conduire un tracteur, n’a pas trouvé sa place sur la modeste exploitation familiale, en Limousin. Qu’importe, à l’âge de dix-huit ans, après le baccalauréat, elle prend son sac à dos. Direction le Lot. Sans une hésitation. « Ma meilleure amie de l’internat de mon lycée, en Haute-Vienne, me montra un jour une photo avec des moutons et une cazelle, elle habitait Bretenoux. Je suis tombée amoureuse de cette photo. Terriblement amoureuse. Je me suis dit qu’un jour je rejoindrai cette image. Je me suis retrouvée à Saint-Chels, ouvrière agricole, pendant un an, chez l’ancien maire. J’ai adoré mais j’ai eu quelques problèmes de dos ». Une passion a alors refait surface : la peinture. « j’ai peint mon premier tableau à l’âge de quatorze ans. C’était pour mon grand-père. J’adorais mon grand-père. Lorsque j’ai su qu’il avait un cancer je lui ai offert mon tableau. Il l’a accompagné jusqu’au bout ». A l’école de l’humilité Après s’être replongée à corps perdu dans la peinture et une première exposition à Figeac, Anne décide de monter à Paris pour apprendre le métier d’imprimeur, un métier d’homme. Imprimeur de gravures, d’estampes. Les clients sont des artistes, parfois de grands artistes. Pendant deux ans, Anne s’applique et apprend vite. Elle achète une presse et s’installe à son compte. Tout en réalisant ses propres œuvres, soit peintes soit gravées, elle imprime pour d’autres artistes. « J’adore créer mais je prends aussi beaucoup de plaisir à travailler pour d’autres artistes. En tant qu’ouvrière agricole ou salariée dans une imprimerie j’ai été à l’école de heureux d’être lotois Anne Turlais, toute en relief ı « J’aime, j’aime pas » Un peu : les grandes villes, Paris. ∫eaucoup : des livres philosophiques, sur la spiritualité. Pas du tout : dire du mal de son voisin. A la folie : les champs de coquelicots. ı Anne Turlais dans son atelier de gravure à Saint-Cirq-Lapopie. l’humilité ». Le séjour parisien a duré dix ans. La force du Lot l’aimante une nouvelle fois. Cette fois-ci elle est revenue avec un petit Joseph, aujourd’hui âgé de cinq ans, sa plus belle œuvre, sa force, son énergie. Un atelier peinture à Saint-Chels, un atelier gravure et une galerie à Saint-Cirq-Lapopie, Anne trace sa voie sur le difficile chemin de la reconnaissance. Elle commence aujourd’hui à récolter les fruits de son talent. L’artothèque départementale du Conseil général vient de lui acheter des œuvres. Elle expose à Toulouse et à Paris, a des projets sur Bordeaux et Londres. Anne grave ainsi de son empreinte la diversité artistique lotoise. Un département qu’elle adore : ses habitants, ses voisins, ses paysages, ses falaises, ses lumières, ses rivières, ses galets, ses chemins, ses hivers. Tout. Ses petits riens aussi. « Mes auteurs favoris : la philosophe Simone Weil et Plotin ». 19
ıAndré Bargues, Président de l’ADDA du Lot, Conseiller général. 20 du vendredi 9 au dimanche 11 juillet « Assier dans tous ses états » ı du mardi 13 au dimanche 18 juillet — Souillac Festival de Jazz Sim Copans contact lotois juillet 2004 ı « L’ADDA du Lot, au service des organisateurs » « L’agenda culturel que nous publions à nouveau cette année confirme la richesse et la diversité des manifestations départementales. D’une part nous Ici, pas de tête d'affiche, pas de couverture de magazine, pas de cachet astronomique, mais l'envie de donner aux musiciens de jazz et d'ailleurs, la possibilité de montrer leur travail, l'envie de cultiver la différence. Une façon d’apprendre, loin des modes et des faux-semblants, que c'est sur scène, devant lui, que se joue le véritable enjeu de la création contemporaine : le spectacle vivant. Tel. 05 65 40 42 42 — www.festival-assier.com Le plus ancien festival de jazz de la région (29 e édition) a su conserver intacte sa fraîcheur, sa jeunesse. Cette année la voix hongroise de Gabor Winaud répondra ı aux incantations de Dhafer Youssef, la trompette sarde de Paolo Fresu dialoguera avec celle du maître Enrico Rava. La seule présence de SteveColeman et sa Mystic Rhytm Society mérite le détour. Tel. 05 65 37 81 56 — www.souillacenjazz.net ı ı ı du mercredi 14 au dimanche 18 juillet Cahors Blues Festival Cette édition dédiée au président fondateur Gérard Tertre, décédé l’an passé, s’installera pour la première fois le long des quais, autour du foyer Valentré. Parmi les nombreuses vedettes attendues, le roi incontesté du piano : Mister Boogie-Woogie, Walter Trout, l'américain fou qui déchaîne sa guitare et le public, Michelle White, la propre fille de Tony Joe White, l'immense Otis Grand qui revient à Cahors après 12 ans d’absence. Tel. 05 65 35 99 99 — www.cahorsbluesfestival.com constatons la bonne santé des « valeurs sûres » en matière de festivals. Aucun gros festival ne flanche, bien au contraire, ils continuent à s’épanouir. ı Par ailleurs, on voit émerger de nouvelles manifestations d’un réel intérêt et d’un niveau qualitatif irréprochable, tel que « Musiques en Bouriane ». ıdu jeudi 22 au dimanche 25 juillet Africajarc Boubacar Traoré, Keziah Jones, Geoffrey Oryema, Rokia Traoré, Orchestre Baobab… Vous en voulez d’autres ? Le festival Africajarc est aussi généreux en nombre d’artistes qu’est généreuse l’Afrique. Cajarc s’est hissé parmi les principaux festivals lotois. Plusieurs milliers de spectateurs assistent à cette grande fête du partage, de l’échange. Pour mener à bien cette aventure hors du commun, pas moins de 200 bénévoles se mobilisent pour faire de ce festival une grande fête. Tel. 06 30 09 29 43 — africajarc.free.fr du lundi 2 au vendredi 6 août Rencontres de violoncelle de Bélaye Le village de Bélaye accueille depuis 16 ans, sous la houlette de Roland Pidoux, violoncelliste, des instrumentistes en séminaire. Des musiciens qui aiment partager leur art puisque ce séminaire est public et permet aux auditeurs d’entrer plus avant dans l’intimité d’une œuvre et du travail de l’interprète. Tel. 05 65 29 18 75 Bien évidemment l’ADDA et le Conseil général participent à leur succès mais sans les centaines de bénévoles qui s’investissent, notre aide serait caduque. ı Tous ces bénévoles, tous ces organisateurs doivent savoir que l’ADDA du Lot est à leur côté pour les aider, que nous sommes là lorsqu’ils ont un projet. ı



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :