[46] Contact lotois n°49 avr/mai/jun 2004
[46] Contact lotois n°49 avr/mai/jun 2004
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de avr/mai/jun 2004

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Lot

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 22

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : nouvelle assemblée au service du Lot.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Transports (6,7 millions d’euros) En charge des transports publics à l’intérieur du département, l’institution mène une politique ambitieuse en faveur des transports scolaires. Gratuits sur l’ensemble du territoire, ils représentent une part importante de ce budget. Quotidiennement, 12 000 élèves sont transportés gratuitement sur 15000 kilomètres de lignes. Collèges (5,3 millions d’euros) Des travaux sont réalisés en permanence dans les 20 collèges du département. Il s’agit tout autant de bien veiller à l’application des normes strictes d’hygiène et de sécurité, que d’offrir des infrastructures modernes, telles les salles informatiques. Sécurité civile (3 millions d’euros) Le Département est le principal financeur du Service départemental d’incendie et de secours (SDIS). La sécurité des citoyens doit être une priorité. Mais aussi… Environnement (5 millions d’euros) Ces dernières années les missions liées à l’environnement n’ont cessé de prendre de l’importance. Cela vaut tout particulièrement pour le Lot, département sensible et protégé. Préservation de la qualité de l’eau, assainissement, enfouissement électrique, traitement des déchets et espaces naturels sensibles sont autant de domaines dans lesquels le Conseil général s’investit. Nouvelles technologies (3 millions d’euros) Pas d’aménagement du territoire équitable sans offrir à l’ensemble des habitants, où qu’ils demeurent, des services de qualité. Aussi le Conseil général investit sur le haut débit avec une expérimentation Wifi et dans la téléphonie mobile afin d’éliminer les zones dites « blanches ». Interventions économiques (1,2 million d’euros) Même si le Département n’a pas obligation de soutenir l’économie, plusieurs initiatives favorisent les conditions d’accueil et de développement des entreprises que ce soit à travers l’Agence lotoise de développement ou des interventions auprès des différentes collectivités, les structures intercommunales en particulier. Agriculture (1,2 million d’euros) Lorsque l’agriculture tousse, le département s’enrhume. Il est donc indispensable d’être attentif à l’équilibre, très fragile, de l’agriculture lotoise qui n’échappe pas à la loi du marché. Le Département a opté pour un soutien fort en faveur des filières de qualité. Le laboratoire départemental d’analyses, propriété du Conseil général, vient à l’appui de l’agriculture. Tourisme (1,7 million d’euros) La bonne santé de ce pilier de l’économie participe au développement du Lot, avec une bonne répartition sur le territoire. Aussi, le Conseil général apporte une contribution forte au Comité départemental de tourisme. Sport et culture (2 millions d’euros) Au-delà de la bibliothèque départementale de prêt et des musées départementaux, propriétés du Conseil général, l’institution intervient dans le domaine culturel auprès de centaines d’associations. En matière sportive, les comités sportifs sont les interlocuteurs privilégiés du Département. Patrimoine (800 000 euros) Conserver la mémoire du Lot et favoriser la restauration de notre patrimoine. Voici deux axes pour lequel le Département du Lot a un véritable savoir-faire, apprécié tout autant par les Lotois que par les visiteurs qui découvrent notre département. Est-ce de la culture ou du patrimoine ? quel que soit le classement, les Archives départementales, propriété du Département, accueillent chaque année plusieurs milliers de visiteurs. 13
ı ı14 Canton de Cazals André Bargues, 47 ans, musicien, marié, deux enfants. A double titre, ce nouveau conseiller général connaît la musique. Cela fait 21 ans qu’il fait ses gammes au sein du conseil municipal de Marminiac et depuis 30 ans qu’il est musicien et chef d’orchestre. Accordéoniste connu et reconnu, André Bargues sera le seul intermittent du spectacle de l’assemblée départementale. D’ailleurs, ce secrétaire général adjoint du syndicat national des chefs d’orchestre de variétés n’a pas manqué ces derniers mois de se battre contre la précarité des intermittents. Maire de son village depuis 1995 et vice-président de la communauté de communes de Sud-Bouriane, il s’est refusé à faire du porte-à-porte pendant sa campagne. « Mon travail, les électeurs ont pu le juger depuis plusieurs années, sur le terrain. Ce n’est certainement pas au dernier moment que l’on gagne la confiance des gens. L’action doit s’inscrire sur la durée », estime-t-il. Son maître mot : le terrain. « Je ne sais pas faire autrement que de travailler au contact des gens. C’est dans cet esprit que je compte conduire mon mandat. La culture représente bien évidemment mon domaine de prédilection mais tout ce qui touche à la réalité du territoire m’intéresse ». contact lotois mai 2004 ı ı Canton de Sousceyrac Jean-Pierre Boucard, Les nouvea 56 ans, ı commerçantartisan, marié, deux enfants. Ce spécialiste des télécommunications a travaillé en particulier dans le spatial, à Kourou, pendant neuf ans. Changement total de cap et d’orbite en 1990 avec une installation dans le Lot, à Sousceyrac. « Ma femme est originaire du Lot », précise-t-il. De la télécommunication, il passe à la… cuisine ! Armé effectivement d’un CAP de cuisine qu’il obtient d’un coup de cuillère et d’une formation de chef d’entreprise, il fait chauffer la marmite au moulin de Pressouyre, à Sousceyrac. « Il y a beaucoup à faire pour mon canton, en faveur des personnes âgées, du médical et du social en général, du maintien des jeunes au pays… Je vais commencer par découvrir le fonctionnement du Conseil général. C’est tout nouveau pour moi mais je compte apprendre vite. Puis je vais voir où je serai le plus efficace. Mais, naturellement, le social, l’économie agricole, artisanale, commerciale dans notre zone rurale m’intéressent tout particulièrement, y compris notre désenclavement ». Canton de Souillac André Lestrade, 55 ans, chef d’entreprise dans le bâtiment, marié, un enfant Maire de Lacave depuis 1989, André Lestrade milite activement, sur le terrain, pour le parti « de tout le monde ». Membre fondateur de la communauté de communes du pays de Souillac, vice-président du Service départemental d’incendie et de secours (SDIS), vice-président départemental de la fédération des bâtiments et travaux publics, ce chef d’entreprise familiale, créée en 1935 et qui emploie une vingtaine de salariés, croit au terrain : « Je ne suis pas engagé politiquement. J’ai toujours fonctionné avec tout le monde et pour tout le monde. Je souhaite m’impliquer tout particulièrement dans les domaines du tourisme, des transports et de l’économie. Ce qui est certain, c’est que j’ai envie de donner sur le département ». En seulement quinze jours de campagne électorale il a réussi à conquérir la majorité des suffrages, signe, s’il en était besoin, que son travail est reconnu par ses concitoyens. Aujourd’hui, ces nouvelles fonctions viennent lui apporter un nouveau levier pour participer au développement de son canton.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :