[46] Contact lotois n°46 jui/aoû/sep 2003
[46] Contact lotois n°46 jui/aoû/sep 2003
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°46 de jui/aoû/sep 2003

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Lot

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 22

  • Taille du fichier PDF : 1,2 Mo

  • Dans ce numéro : chaud l'été culturel.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
festivals directeur artistique, Patrick Jourdain, directeur et Patrice Gouron le régisseur. Un supplément d’âme qui atteint véritablement son apogée le soir de chaque représentation. La première partie n’est jamais celle que l’on croit : elle se joue bien avant, en coulisses. Festival de Saint-Céré et du Haut-Quercy Du 25 juillet au 16 août Depuis l’été 2002, le Festival de Saint-Céré et le Festival du Haut-Quercy conjuguent leurs efforts pour plus de complémentarité. Il manquait à chacun les spécificités de l’autre et la programmation s’est ainsi étoffée du savoir-faire de tous. Ce rapprochement permet un rayonnement plus intense du festival sur le territoire, harmonise les propositions et touche un large public. Le spectateur est le grand gagnant de cette collaboration judicieuse. ı Patrice Gouron a aussi en charge la conception des décors. le plus grand nombre de manifestations dans les domaines les plus divers. A côté d’un grand nombre de petites manifestations d’excellente qualité, quelques manifestations ont une reconnaissance extradépartementale voire nationale ; nous travaillons au développement et à la qualité de ces « grands festivals » qui sont notre carte de visite dans l’hexagone. Cette richesse elle est due à la qualité des porteurs de projets mais elle ne peut s'exprimer que par la mobilisation de centaines de bénévoles, d’amateurs, que nous devons aider « Assier dans tous ses états » pour vous mettre dans tous les vôtres Depuis 17 ans, au cœur du Lot, dans le petit village d’Assier, le festival « Assier dans tous ses états » pose chaque année un regard neuf et passionné sur la création artistique contemporaine, musique, théâtre, arts plastiques ou danse. Un festival sans frontière où la musique traditionnelle côtoie le jazz, où la chanson et la fanfare s’imbriquent, où les contes sortent des mémoires. à mieux se structurer, à se professionnaliser sans toutefois qu’ils perdent leur âme et leur enthousiasme. » Dans le domaine culturel, et au poste que vous occupez, quel est votre rêve ? « Notre Lot possède une forte image touristique et est largement reconnu pour sa « Assier se veut un festival où les gens se rencontrent et se parlent », confie Jean- Marc Padovani, directeur artistique de la manifestation. Dans la cour du château, au jardin Martigoutte ou sur la place du village, le festival se veut profondément ancré dans la vie locale et offre à ses visiteurs originalité et convivialité. Festival « Assier dans tous ses états » Du 10 au 13 juillet Les trois coups résonnent à Figeac Pour la troisième année consécutive les Tréteaux de France installent leur chapiteau au cœur de la ville de Figeac. Autour d’une création, La Puce à l’Oreille de Georges Feydeau, Marcel Maréchal et ses comédiens ouvrent tambour battant le Festival Théâtral. Un festival ouvert à tous qui n’offre pas seulement du spectacle mais qui permet d’approcher de plus près le théâtre d’hier et d’aujourd’hui. Bibliothèque spécialisée, ateliers d’écritures, lectures d’œuvres émailleront les allées du festival pour un autre regard. Comme par le passé, plusieurs compagnies régionales apportent leur touche particulière. Les Lotois reconnaîtront L’œil du silence, d’Anne Sicco ou l’Oboubambulle : les visiteurs apprécieront. A noter également la présence de Marie- Christine Barrault pour un récital, hommage à Roger Vadim, et de Philippe Caubère pour l’adaptation de l’œuvre d’Alain Moncoucquiol « Recouvre-le de lumière » à la mémoire de Nimeno II. Festival Théâtral de Figeac Du 24 juillet au 2 août gastronomie et son vin ; c’est une terre où il fait bon vivre et où il fait bon séjourner. Notre carte de visite est belle ; je fais le rêve qu’il s’y inscrive notre richesse culturelle le faisant connaître à tous comme une terre riche de sa culture qui va de la préhistoire à l’art contemporain qui représentent parmi tous les pôles culturels deux pôles majeurs de notre territoire. Et si ce rêve se réalise peu à peu c’est par la volonté de notre assemblée qui, à la différence de beaucoup d’autres, n’a pas négligé la culture malgré les contraintes et la rigueur budgétaire ; il appartient de lui en rendre grâce. » 15
16 Rencontres cinéma de Gindou, l’amitié en partage Sous le ciel étoilé de la campagne lotoise, l’écran blanc déchire l’horizon. Il ne fait pas encore tout à fait nuit mais bientôt le premier tour de manivelle ouvrira la porte du voyage. Gindou vivra pour huit jours et autant de nuits les yeux grands ouverts sur le monde. ı contact lotois juillet 2003 A l’affiche, cette année, l’Algérie et ses contrastes. Pour un coup de pouce à ce pays qui n’en finit pas de construire son histoire, si intimement mêlée à la nôtre. Une histoire faite d’amour, de haine parfois, d’incompréhension souvent. Les bénévoles des Rencontres Cinéma de Gindou ont parié sur l’homme. Inlassablement ils remettent sur le métier l’ouvrage entrepris il y a 19 ans. Les Art’zimutés ont rendez-vous Art’zimut fait le pari d’offrir une approche culturelle différente plus proche du territoire et de l’humain. « Selon la sensibilité de chacun, les ingrédients sont sur la table, le plat est à préparer soi-même », invite Marc Guiochet, président d’Art’zimut. Au menu, fédérer des hommes, des actions, des idées autour de formes artistiques ou d’artistes qui n’hésitent pas à croiser leurs projets avec d’autres disciplines comme par exemple les sciences humaines. ı Le charme de Gindou : son écran en plain air. Le cinéma, vecteur de paix entre les peuples Mieux se connaître, confronter les cultures, marier les goûts, Gindou œuvre avec sincérité pour le rapprochement des peuples à travers le 7 e art. Le village vit aux rythmes des projections et des traditions pour un véritable échange transméditerranéen. Le cinémobile, l’écran en plein air, les chapiteaux, tout concourt à s’imprégner de l’esprit du festival tourné vers la convivialité et le partage. Il n’est pas rare que les tchatches (discussions autour des films) soient l’objet de débats passionnés et passionnants. La programmation 2003 propose plus de 80 films, avec un hommage particulier au cinéaste algérien MohamedChouikh. Acteur dans les premières grandes réalisations algériennes, réalisateur par la suite, Pour ce faire, dix stages vont se dérouler sur le territoire de la communauté de Communes entre Cère et Dordogne, ouverts à tous publics de tous âges et de tous horizons. Des stages qui, plus que des lieux de formation, veulent jeter les bases de rencontres inattendues alliant convivialité et transversalité. Art’zimut du 4 au 10 août ı



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :