[44] Loire Atlantique n°118 novembre 2012
[44] Loire Atlantique n°118 novembre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°118 de novembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de Loire-Atlantique

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : la jeunesse s'engage.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
D'hier à demain Révolution de palais Le vieux palais de justice du XIX e siècle a laissé place à un établissement quatre étoiles. Le Radisson blu hotel va écrire une nouvelle page d’un grand monument nantais : l’intransigeant bâtiment néo-classique, symbole de la cité des Ducs de Bretagne, adopte un visage plus contemporain, ouvert sur la ville. Le Radisson blu hotel ouvre ses portes le 19 novembre. Tél. 02 7200 1000 et info.nantes@radissonblu.com V. Joncheray 22• loire-atlantique• noVeMBre 2012• le Magazine du départeMent
Audace et médiatisation. Nantes se souvient de ce lundi 19 décembre 1985, où le palais de justice devenait le théâtre d’une prise d'otages des plus mémorables. Ce jour-là, Georges Courtois, qui comparaît devant la cour d'assises de Loire-Atlantique pour un hold-up dans une banque de Nantes, attire presse et projecteurs. Abdelkarim Khalki, le complice de Georges Courtois, fait irruption dans la salle d'audience, arme au poing. Moustache noire, cigare au bord des lèvres, Georges Courtois brandit un Magnum 357, dénonçant à sa façon « une mascarade judiciaire ». L’aventure s’achèvera 36 heures plus tard à l’aéroport de Château-Bougon. Fermé depuis douze ans Conçu à partir de 1842 par Saint-Félix Seheult et Joseph-Fleury Chenantais, le palais de justice est achevé en 1853. Pendant un siècle et demi, il sera le témoin de la grandeur de la justice, répondant à une volonté autant dogmatique que fonctionnelle : « on doit n’entendre que la Prestige et caractère Il faut s’imaginer le nouveau décor : la cour d’assises et ses boiseries transformée en un restaurant, le fronton ouvert pour apporter la lumière à l’ancienne salle des pas perdus, les 142 chambres (dont 20 suites) habillées de couleurs chaudes… L’édifice comprend également un espace dédié à l'art contemporain, et un centre de remise en forme. « Ce qui nous a séduits, c'est le caractère historique, le charisme du bâtiment », indique Jérôme Beauvois, directeur général adjoint de Cogedim Atlantique. « Il manquait à Nantes un grand hôtel de dimension internationale. » Le Radisson blu hotel emploie désormais 70 personnes, sous la houlette de Cyril Casabo, son directeur, qui ne dissimule pas son plaisir : « C’est une chance unique car le lieu est magique. Un lieu prestigieux, de caractère, qui devient un nouvel atout touristique pour Nantes. » Archives départementales de Loire-Atlantique voix du juge qui interroge, du prévenu qui répond, du témoin qui dépose, de l’avocat qui plaide… » *. Jugé inadapté à la fin des années 1980, le palais est abandonné au profit d'une nouvelle construction. C'est le projet de Jean Nouvel qui est retenu. L'édifice est achevé en 2000, sur l'actuelle Île de Nantes. * fonds INHA, Séheult (Nantes 1771 – Nantes 1840). V. Joncheray Nouvelle vie « Le bâtiment n’étant pas classé, nous aurions pu le raser, mais il nous a semblé que son avenir devait faire l’objet d’une réflexion approfondie pour voir comment il pouvait participer au développement et au rayonnement du territoire. » Philippe Grosvalet, président du Conseil général, prolonge le choix de son prédécesseur Patrick Mareschal, convaincu par les atouts du site. Suite à une étude puis un appel à projets, l’ancien palais de justice a su en 2006 que sa nouvelle vie rimerait avec tourisme, luxe et modernité. La réalisation de ce défi fut confiée à une équipe réunissant l’investisseur AXA Real Estate, l’opérateur Cogedim, le groupe hôtelier Rezidor et sa filiale Radisson Blu, l’architecte Jacques Cholet, et le décorateur Jean-Philippe Nuel. Ouvert sur la ville Avec un potentiel de 30% de clientèle loisirs pour 70% de clientèle affaire, Cyril Casabo table sur un enrichissement du « voyage en Loire-Atlantique », à Nantes en particulier. « Cette destination prend davantage de valeur, le cadre d’exception est aussi un maillon d’une dynamique de ville en pleine mutation. » Cyril Casabo réfute l’idée de palace ultra-luxueux pour une poignée de fortunés. « Nous avons mis un point d’honneur à ouvrir l’établissement sur l’extérieur. Le public pourra y entrer librement, s’y donner rendez-vous, boire un café ou simplement y jeter un œil. Cet hôtel n’est pas un musée, mais bel et bien un lieu de vie. » Revivre la révolution du palais sur loire-atlantique.fr loire-atlantique• noVeMBre 2012• le Magazine du départeMent• 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :