[42] Loire magazine n°98 mar/avr 2013
[42] Loire magazine n°98 mar/avr 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°98 de mar/avr 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Loire

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : tout pour la musique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
Loisirs MUSÉE DES SAPEURS-POMPIERS Une visite tout feu tout flamme Vous brûlez d’impatience de visiter le Musée des Sapeurs-Pompiers de la Loire ? Ses portes rouvrent le 16 mars à Firminy, laissant entrevoir des véhicules toujours aussi flamboyants. De quoi attiser votre curiosité… Véritable mémoire vivante de l’histoire des soldats du feu, le Musée des Sapeurs-Pompiers de la Loire vous invite à découvrir sa collection de camions, de pompes à bras, de maquettes et d’ustensiles… dépoussiérés et lustrés après quelques mois de repos hivernal. 26 Un hangar où le rouge est roi Doté de 137 véhicules, le musée en expose 47 dans son immense hall. Déambuler parmi ces engins, c’est aussi remonter le temps : les véhicules motorisés succèdent à la pompe à vapeur et même à l’attelage hippomobile. « La plus grosse évolution des camions et matériels de pompiers date des années 1990. Quand j’ai commençé dans le métier, on avait encore les dévidoirs à bobine derrière les camions ! », se souvient avec nostalgie le Commandant Despréaux, président du musée. Ainsi, en quelques mètres, vous parcourez deux siècles de progrès techniques. Les premiers appareils de réanimation en témoignent, tout comme les pompes à bras qu’il fallait à l’origine remplir à l’aide de seaux en toile ! Petits matériels de bric et de broc Casques, tuyaux, vêtements et pièces de jonction de diverses époques nous plongent dans l’univers quotidien des soldats du feu. Dans cette salle consacrée aux petits matériels, un pan de mur est dédié aux événements du 11 septembre 2001, en souvenir des nombreux pompiers qui Cette pompe à vapeur Thirion date de 1895. Le Musée des Sapeurs-Pompiers de la Loire est le deuxième de France par son importance. ont péri ce jour-là. « Nous avons exposé la tenue et le casque que les pompiers de New York nous ont envoyés », souligne le Commandant Despréaux. Une affaire de passionnés Créé en 2004, le musée est entièrement géré par des bénévoles. Son président, lui-même pompier de carrière, est un passionné. Il consacre son temps libre à faire évoluer le musée. Cette année, une salle vidéo verra le jour et des écriteaux rendront plus ludique la visite de la salle consacrée au secours aux personnes. « Le fonds du musée augmente chaque année et notre collection s’enrichit principalement grâce à des dons. » Avec entre autres les Plus d’infos Musée des Sapeurs-Pompiers de la Loire 10 rue de l’Abattoir à Firminy Tél. : 04 77 10 06 86 http://musee-pompier-loire.pagesperso-orange.fr Ouvert jusqu’en octobre les samedis, dimanches et jours fériés de 14 h à 18h. maquettes de Pierre Sardine, ancien pompier originaire de Sainte-Agathe-la- Bouteresse, dont la réplique de la caserne de Dieppe en 1921 est d’une incroyable précision. Aujourd’hui encore, à 90 ans, il réalise de petits véhicules à l’aide de papier journal, de carton et de pièces de récupération ! n Véronique Bailly LE SAVIEZ-VOUS ? Le métier de sapeur-pompier date de Napoléon En 1810, un incendie ravagea l’ambassade d’Autriche à Paris lors d’une fête en l’honneur du mariage de Napoléon I er et Marie-Louise de Habsbourg. Marqué par ce tragique accident, où périt la belle-sœur de l’ambassadeur, l’empereur créa le premier bataillon de sapeurs chargé des pompes à incendies de la Ville de Paris. La capitale est depuis dotée d’une particularité unique au monde : un corps de pompiers militaires. Loire Magazine n n°98 - Mars - Avril 2013
UNE feMME, UN PRODUIT Fabienne Peillard au sommet des traditions Pas moins de 945 mètres d’altitude et des années de traditions artisanales. Depuis le 1 er avril 2012, Fabienne Peillard, 40 ans, fait tout pour se montrer à la hauteur de son père, Pierre Vray. Elle est désormais à la tête de la charcuterie familiale des Monts du Forez, une entreprise à taille humaine qu’elle gère avec son époux Sylvain. Si les infrastructures sont modernes, avec deux laboratoires, le mode de fabrication reste traditionnel. « Nous utilisons des boyaux naturels, ne mettons pas de colorant et notre séchage a lieu exclusivement à l’air libre. » Des produits 100% locaux avec une viande issue des porcs élevés dans les montagnes avoisinantes. Au fil des années, elle s’est adaptée à sa clientèle : « Les gens veulent du saucisson moelleux donc, une fois sec, on le glisse dans une cave pour qu’il conserve une certaine humidité. » L’affinage est d’ailleurs l’une des recettes de son succès. « Plus une rosette, un jésus ou un jambon sec ont de l’âge, plus ils sont goûteux. Là vous voyez, les rosettes que je suis en train de vendre ont un an d’affinage. » Ses pâtés de campagne sont aussi très appréciés, de même que ses boudins d’herbe et crème, notamment sur les marchés de Feurs et Montbrison. Sans oublier le saucisson à la fourme, autre spécialité de la maison. « Les clients l’aiment bien en apéritif. Et puis on est à côté de la laiterie, dans le pays de la fourme. » n À VOS PAPILLES Une rubrique d’Émilie Couturier À Pierre-sur-Haute, Fabienne Peillard est connue pour ses charcuteries artisanales de qualité. Saucissons, jambons, boudins et pâtés n’ont plus de secret pour cette fille de charcutier. Fabienne Peillard produit chaque saison près de 18 tonnes de saucissons. Saucissons de Pierre-sur-Haute - Lieu-dit « Dizangue » - 42990 Sauvain - Tél. : 04 77 76 84 94 Pour 8 personnes Temps de préparation : 20 min Temps de cuisson : 6 min 8 Cuisinez comme un grand chef ! Croustillant de fruits de saison par Régis Semet, Maître Restaurateur Restaurant Le Nouveau Siècle à Saint-André d’Apchon 27 Ingrédients Fruits de saison (clémentine, ananas, mangue…) Les tuiles : 130 g de sucre en poudre 40 g d’amandes effilées 40 g de farine 40 g de jus d’orange 40 g de beurre fondu La crème diplomate : 500 ml de lait 4 jaunes d’œufs 100 g de sucre en poudre 60 g de farine tamisée 1 gousse de vanille 100 ml de crème chantilly Les tuiles : 1. Mélanger le sucre avec les amandes, le jus d’orange et la farine. Ajouter le beurre fondu tiède. 2. Laisser reposer au réfrigérateur 15 min. 3. Réaliser des petits monticules sur un papier de cuisson. Cuire environ 6 min. à 200 °C. La crème diplomate* : 1. Mélanger les jaunes d’œufs avec le sucre jusqu'à obtention d’une couleur blanchâtre. Ajouter la farine. 2. Mélanger de nouveau puis ajouter le lait bouillant et la vanille en remuant. Cuire jusqu'à épaississement. 3. Refroidir totalement la crème pâtissière au réfrigérateur. 4. Ajouter la crème chantilly. Le dressage : 1. Monter en couches successives une tuile, de la crème diplomate et des fruits de saison. 2. Vous pouvez ajouter un peu de sucre glace et du coulis de fruits. * Cette opération peut être réalisée la veille. Loire Magazine n n°98 - Mars - Avril 2013



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :