[42] Loire magazine n°131 sep/oct 2018
[42] Loire magazine n°131 sep/oct 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°131 de sep/oct 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Loire

  • Format : (206 x 280) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : les trésors du pilat.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
LA LOIRE ET VOUS 34 LOIRE MAGAZINE PORTRAIT Un duo nommé Terrenoire Raphaël et Théo Herrerias LAURÉATS 2018 DES INROCKS LAB ET DES INOUÏS DU PRINTEMPS DE BOURGES, CES DEUX FRÈRES STÉPHANOIS BRILLENT AVANT MÊME LA SORTIE DE LEUR PREMIER ALBUM, PRÉVUE EN 2019. UNE MUSIQUE MODERNE, LASCIVE ET ENIVRANTE, QUI NOUS EMBARQUE DANS UNE ODYSSÉE ENTRE LEUR QUARTIER NATAL DE TERRENOIRE ET LEUR « BLACK PARADISO » IMAGINAIRE. Le Silence… Un clip de Raphaël et Théo Herrerias qui commence à faire du bruit ! Grands, les yeux sombres, boucles brunes, un brin mystérieux, ils forment un duo envoûtant, mariant habilement chansons françaises poignantes et musique électronique. Terrenoire  : leur nom de scène est à leur image, à la fois sombre, poétique et authentique. « On n’a pas hésité une seconde sur le nom du groupe. Terrenoire, c’est le quartier de notre enfance, à l’écart du centre-ville de Saint-Étienne. Il y a quelque chose de lyrique et d’énigmatique autour de ce lieu pourtant réel et si commun », expliquentils. Ces jeunes musiciens de 21 et 28 ans portent en eux la fierté ouvrière et les valeurs de simplicité et d’humilité stéphanoises. Ils ont aussi un appétit d’ailleurs. Raphaël chante le récit de leur voyage pour arriver au « Black Paradiso », leur terre d’extase imaginaire. Théo, lui, orchestre leur musique à la machine. « Il est le peintre qui finalise un tableau, l’écrivain qui boucle une histoire », souligne son frère. Le Silence, Je bois tout seul, Allons là-bas… Terrenoire n’a encore sorti qu’une poignée de chansons. Créés dans un train à l’aube ou dans les abîmes de la nuit, ces titres ont soulevé d’emblée un magma d’émotions sur la toile. Permettant au duo d’être sélectionné pour le Printemps de Bourges ! Le groupe a su se faire remarquer, et en quelques mois, les scènes se sont succédé  : Bataclan à Paris, Transbordeur à Villeurbanne, Grande Prairie au festival Paroles et Musiques à Saint-Étienne… « Quand les gens ressentent nos chansons et qu’on atteint l’intensité du live, c’est une joie immense. » Terrenoire a quelque chose d’énigmatique. Difficilement classable, entre pop et électro douce, leur musique est issue de multiples influences… de Sakamoto à Maurice Ravel, en passant par Alain Bashung ou encore Prince. « Nous faisons de la musique tout le temps. Quand on chante, c’est une libération, un acte de beauté, c’est notre Black Paradiso. Un lien entre notre carrière et l’existence. » Gagnants du jury Inrocks Lab pour le prix Nouvelles Scènes Music Machines, Raphaël et Théo ont baigné dès leur plus jeune âge dans les clés de sol et de fa, avec pour mentor un oncle musicien. « Il m’a appris la gratte électrique, je passais mes week-ends à jouer du rock’n’roll, raconte Raphaël. Adolescents, on jouait entre frères, entre amis, en famille. » Très tôt, les inséparables frangins savaient ce qu’ils voulaient faire plus tard. Le secret de leur réussite ? « Le travail. Mais le résultat est tellement beau. Plus  : c’est l’absolu », précisent-ils en chœur. Depuis cette année, Raphaël et Théo ont fait leur trou à Paris. Mais pas leur nid. « La capitale reste un lieu de rencontres. » Le reste du temps, les deux artistes le passent dans la Loire. Ils répètent souvent au Fil, une salle de concert stéphanoise où ils aiment jouer et se préparer. Cet automne, le tandem sort son premier Extended Play, prémisse de leur album, qui sortira l’an prochain. Attachés à leurs racines, les frères Herrerias envisagent de monter un jour un festival au château de la Perrotière, près de Terrenoire. Un lieu qui leur évoque un parfum d’enfance. « Nous y allions en centre aéré », souligne Raphaël. Ensemble, ils empruntent de beaux chemins, inventent leur propre poésie, voguent vers leur Eldorado… et nous embarquent dans leur odyssée musicale.
En 5 dates Fin 2017 Création du groupe Terrenoire 5 avril 2018 Sortie du 1er clip Le Silence 10 avril 2018 1 re partie de Feu Chatterton, au Bataclan 27 avril 2018 Concert au Printemps de Bourges Octobre 2018 1er Extended Play 2019 1er album Le groupe Terrenoire était au Festival Paroles et Musiques avec Eddy de Pretto, Jain et Nekfeu, le 1er juillet dernier à Saint-Étienne. SEPTEMBRE - OCTOBRE 2018 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :