[42] Loire magazine n°129 mai/jun 2018
[42] Loire magazine n°129 mai/jun 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°129 de mai/jun 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Loire

  • Format : (206 x 280) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : fleurir la Loire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
LA LOIRE ET VOUS 38 LOIRE MAGAZINE PORTRAIT L’aventure Ninkasi Christophe Fargier IL AIME BRASSER LA BIÈRE, MAIS AUSSI LES GENS ET LA MUSIQUE… LE FONDATEUR DU NINKASI S’EST HISSÉ EN VINGT ANS DANS LE TOP DIX DES BRASSERIES FRANÇAISES GRÂCE À UN CONCEPT INNOVANT  : ESPRIT INDUSTRIEL, BIÈRES ET BURGERS MAISON, CONCERTS EN ENTRÉE LIBRE. EN 2019, CE STÉPHANOIS ESPÈRE OUVRIR DEUX SITES DANS LA LOIRE. lors d’un voyage aux États-Unis, alors qu’il tout juste bachelier, que Christophe Fargier découvre le phénomène des microbrasseries C’est et des « craft beers », ces bières artisanales au goût prononcé. De là va naître l’idée d’importer ce concept en France… qui débouchera quelques années plus tard sur la création de l’enseigne Ninkasi. Aîné d’une fratrie de sept enfants, Christophe grandit à Saint-Étienne en développant très jeune une fibre entrepreneuriale. « Une famille nombreuse, c’est un stimulant, ça vous apprend à faire les choses par vous-même ! » Le jeune homme, féru de musique et de lieux underground, opte pour des études de commerce. Diplôme en poche, il retourne un an aux États-Unis pour peaufiner son projet avec son ami Kurt Huffman, rencontré à Portland. Un job dans une brasserie et une formation à Chicago lui apprennent le métier. Les deux compères fabriquent Toute l’histoire du Ninkasi est liée à mes racines stéphanoises. leurs premières bières dans un garage, avant de débarquer à Lyon, des rêves plein la tête. En septembre 1997, ils inaugurent le Ninkasi Gerland dans une ancienne usine de transports. « On voulait proposer un lieu de vie sur notre site fabrication de bière, en conservant son esprit industriel, avec des concerts en entrée libre et une restauration simple, mais de qualité », explique le patron de ce qui est devenu une chaîne de 14 cafés-concerts implantés à Lyon et alentour. « C’était très avant-gardiste ! Tant sur les bières et sur la musique que sur les burgers à composer soi-même, avec un approvisionnement en filières courtes. » Mais la première année est rude. Le métro lyonnais n’est pas encore arrivé jusqu’à Gerland, et les clients ne sont pas habitués aux bières de caractère. Ce qui sauve le Ninkasi ? La Coupe du monde 98 ! « Les bus déposaient les supporters juste devant la brasserie, très proche du stade. Ça nous a fait connaître et nous avons réussi à fidéliser une partie d’entre eux. » C’est le début d’une success story, avec une recette « bière - burgers - musique » qui tourne à plein régime. Énorme bosseur, malgré sa vie de père de famille, Christophe Fargier n’a pas peur de prendre des risques. L’entreprise ouvre en 2000 une salle de concert de 700 places  : le Kao. Un défi de taille qui, à force de créativité, parvient à trouver son modèle économique. De nouveaux établissements Ninkasi commencent aussi à fleurir en centre-ville. En 2012, la fabrique de bière s’installe à Tarare. Et quatre ans plus tard, le chiffre d’affaires du Ninkasi lui permet d’entrer dans le top 10 des brasseries françaises. Avec plusieurs centaines de concerts par an, le volet culturel a largement contribué à la notoriété de la marque. Son credo  : favoriser la diversité et la découverte de nouveaux talents. Une large place est ainsi faite aux artistes régionaux, avec une programmation éclectique, qui va du pop-rock à l’électro en passant par le hip-hop, la world music ou même le jazz. « La musique crée des émotions fortes, elle permet de s’ouvrir aux autres. Le Ninkasi se démarque aussi par sa capacité à mettre en relation le public et les artistes », insiste son fondateur. La société, qui a célébré ses 20 ans en 2017, veut désormais étendre rapidement son réseau en Auvergne-Rhône-Alpes, notamment à Grenoble, Clermont-Ferrand… et bien sûr Saint-Étienne ! « Toute l’histoire du Ninkasi est liée à mes racines stéphanoises, à la dimension populaire et sans chichis de cette ville », confie Christophe Fargier, 48 ans. Après une première expérience qui s’était soldée par la fermeture de l’établissement place Jean Jaurès en 2011, il revient avec un concept de franchise bien rodé. « Cette fois, nous sommes prêts. On espère ouvrir au printemps prochain un site de 450 m² dans un ancien bâtiment de Sam Outillage, rue des Aciéries. » L’enseigne étudie aussi un projet d’implantation à Andrézieux-Bouthéon, qui pourrait se concrétiser prochainement à côté de L’Envol Stadium, et un autre, à moyen terme, au sein de l’îlot Foch-Sully à Roanne. Des « melting spots » très attendus dans la Loire !
E n 5 dates 1969 Naissance à Saint-Étienne 1997 Ouverture du 1er Ninkasi à Lyon (Gerland) 2000 Création de la salle de spectacle Kao 2017 20 ans du Ninkasi, 14 sites 2019 Une ouverture de site prévue à Saint-Étienne et une autre à l’étude à Andrézieux-Bouthéon



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :