[42] Loire magazine n°121 jan/fév 2017
[42] Loire magazine n°121 jan/fév 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°121 de jan/fév 2017

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Loire

  • Format : (206 x 280) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : aux côtés des communes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
EN ACTION À VOS CÔTÉS PARCE QUE L’ALIMENTATION EST PRIMORDIALE POUR LA SANTÉ, LE DÉPARTEMENT MET EN ŒUVRE UNE POLITIQUE D’APPROVISIONNEMENT EN PRODUITS BIO ET LOCAUX DANS LES MAISONS DE RETRAITE DE LA LOIRE. REPORTAGE À L’EHPAD DE CHAZELLES-SUR-LYON, QUI A PRIS LES DEVANTS. Du bio dans les EHPAD 20 LOIRE MAGAZINE Les personnes âgées voient souvent leur appétit diminuer et leur perception du goût peut changer, notamment avec la fatigue, les médicaments ou l’anxiété. Frais, goûteux et sains, les produits biologiques disposent de toutes les vertus pour redonner le plaisir de manger. Les Français en consomment de plus en plus et un nombre croissant de structures d’accueil en proposent à leurs résidents. Parce que c’est bon pour la santé comme pour les papilles, le Département de la Loire soutient cette démarche  : après avoir introduit les produits bio et locaux dans les restaurants scolaires de tous les collèges publics de la Loire, il élargit cette année son dispositif aux établissements sociaux et médico-sociaux. « Les structures volontaires seront accompagnées en tenant compte des particularités des publics accueillis », souligne Jérôme Reyne, directeur de l’autonomie. Dans le même temps, les agriculteurs
1. Proximité. Les producteurs livrent eux-mêmes leurs produits locaux à l’Ehpad de Chazelles-sur-Lyon. Une démarche que le Département souhaite étendre à de nombreuses maisons de retraite de la Loire, ainsi que dans des foyers pour enfants et structures d’accueil pour personnes handicapées. 3. Alimentation saine. Fromages, fruits, légumes… Selon l’Agence française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique, sur le plan national, 58% des établissements de restauration collective proposent à ce jour des produits bio à leurs convives, contre 4% en 2006. ligériens désireux de s’investir dans ces circuits courts seront aidés par la collectivité. LE LOCAL GAGNE DU TERRAIN À l’Ehpad de Chazelles-sur-Lyon, le chef cuisinier Nicolas Mure a été précurseur  : il s’approvisionne déjà en produits locaux et en partie bio depuis six ans. « J’aime choisir mes produits, connaître mes fournisseurs, satisfaire le palais des résidents. Il faut chasser l’étiquette « jambon-purée » qui colle à la peau des maisons de retraite. » Poireaux, navets, pommes du Pilat, carottes, pommes de terre… Cinq producteurs voisins approvisionnent régulièrement l’établissement. « L’un d’eux, basé à moins de deux kilomètres, nous livre tous les jours en salade verte et le pain vient de la boulangerie du coin ! » Une façon aussi de soutenir l’emploi et l’économie locale, et de diversifier son alimentation en mangeant au rythme des saisons. 1 3 C’EST BON POUR LA SANTÉ Dans l’ombre du corps médical, huit toques se relaient derrière des fourneaux pour nourrir les résidents de la maison de retraite et de l’hôpital local qui l’héberge. Salade d’endives, émincé de volaille, printanière de légumes, pêche au sirop. « Ici, c’est très bon ! » se réjouit une dame. Servis à table, près de 150 pensionnaires savourent les bons plats mitonnés par l’équipe. « On tient compte de leurs avis pour répondre au mieux à leurs attentes », souligne Nicolas Mure. Entouré de médecins et d’une diététicienne, le chef cuisinier est convaincu que bien manger, c’est déjà un soin. Exempts de composés chimiques, les produits biologiques auraient notamment des teneurs supérieures en matière sèche et en micronutriments. Et si le pilier de la santé était une alimentation saine, comme le proclamait Hippocrate ? n + D’INFOS À VOS CÔTÉS 2. Saveurs. Le chef cuisinier Nicolas Mure et son équipe sont souvent félicités par les résidents pour les bons plats qu’ils mitonnent. 4. Réduction des déchets. Grâce à un approvisionnement en produits frais et de qualité, les cuisiniers ont constaté une nette diminution des déchets lors de la préparation des repas. www.loire.fr 2 4 JANVIER - FÉVRIER 2017 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :