[41] Loir & Cher le mag n°74 déc 12/jan-fév 2013
[41] Loir & Cher le mag n°74 déc 12/jan-fév 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°74 de déc 12/jan-fév 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de Loir-et-Cher

  • Format : (210 x 260) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 6 Mo

  • Dans ce numéro : les visages de la solidarité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
À DEUX VOIX Regards croisés sur la solidarité N. Derré Une nouvelle rubrique À deux voix voit le jour. Son principe ? Un élu du Conseil général dialogue avec un citoyen loir-et-chérien. Monique Gibotteau, 2 e vice-présidente du Département, rencontre Mathieu Dumas, chef d’entreprise. Extraits. Loir&Cher info : Pourquoi vous êtes-vous investis dans le domaine du social ? Mathieu Dumas : Après mes études de commerce, je voulais créer mon activité dans un secteur porteur d’avenir. Les services à la personne sont en fort développement et, pour des raisons familiales, j’avais la volonté d’être présent auprès des personnes en difficulté. Monique Gibotteau : L’exemple de Mathieu montre qu’on peut suivre un parcours de formation dans un autre domaine que le social et se tourner vers des métiers où l’humain est une priorité. La solidarité ne s’improvise pas mais elle se nourrit d’expériences et de parcours divers. Dans le social, plus qu’ailleurs, soyons ouverts, audacieux et créatifs ! LCI : Comme partout en France, nous sommes confrontés au vieillissement de la population et aux problèmes de dépendance. Comment agir pour le « bien vieillir » ? M. G. : Face au grand défi sociétal du vieillissement, nous devons proposer des solutions réalistes, variées et adaptées. Cela passe d’abord par le maintien à domicile, premier choix des personnes âgées. Il faut moderniser et sécuriser le maintien à domicile avec des outils domotiques de pointe même si, et j’insiste, la domotique ne remplacera jamais l’humain ! Un appartement témoin ouvrira ainsi fin janvier à Blois. Parallèlement, il faut proposer des offres diversifiées d’hébergement en institution, accueil jour/nuit, accueil temporaire… véritables alternatives au maintien à domicile/Monique Gibotteau Cadre supérieure de santé, spécialisée en bloc opératoire instrumentation et gérontologie, Monique Gibotteau est élue conseillère générale depuis 2006 dans le canton de Vendôme 2. Elle est la 2 e vice-présidente du Conseil général, chargée des solidarités et de l’action sociale. Tél. 02 54 58 70 54 et monique.gibotteau@cg41.fr Mathieu Dumas À 26 ans, Mathieu Dumas dirige une entreprise de services à la personne – Un Monde de services (ménage, repassage, garde d’enfants, etc.) – qui emploie 25 salariés. Natif de Blois, il a suivi des études à Tours avant de travailler dans le prêt-à-porter au Mans. Tél. 02 54 70 70 54 et www.unmondedeservices.com 18/Loir & Cher info/n°74 décembre 2012
N. Derré À DEUX VOIX...M. D. : Les nouvelles technologies offrent une multitude d’applications pour participer au bien vieillir. Je pense à l’équipement des foyers de personnes âgées avec des tablettes numériques, grâce auxquelles on entretient le contact avec la famille éloignée. On pourrait utiliser les services à la personne pour former à l’utilisation de ces outils. LCI : On parle peu de la solitude des personnes âgées. Que faire pour lutter contre ce fléau ? M. D. : Le rapprochement intergénérationnel est une des clés de la solidarité. Un concept me plaît beaucoup : la cohabitation entre les jeunes qui ont du mal à se loger et les personnes âgées qui ont de la place dans leur maison. Chacun pourrait trouver une réponse à ses difficultés. M. G. : Le vrai drame de la vieillesse, c’est la solitude : on meurt de solitude ! L’isolement existe aussi bien à domicile qu’en institution. Il faut donc encourager les personnes à sortir de chez elles et les résidents à quitter leur chambre. Comme je le dis souvent, les EHPAD 1 doivent ouvrir leurs portes et la ville doit entrer dans les EHPAD ! Beaucoup d’associations dont je salue l’action vont à la rencontre des gens chez eux et, c’était mon souhait, les postes d’animateur se sont généralisés en institution. LCI : Le secteur des services à la personne présente un fort potentiel de développement en termes de création d’emplois. Comment valoriser ces métiers ? M. G. : En Loir-et-Cher, les services à la personne représentent près de 3 000 emplois de proximité non délocalisables, c’est un puissant levier économique. Les allocations sociales, comme l'APA 2, sont reversées directement à l’activité économique par le biais, notamment, des services à la personne. Ce secteur, encore jeune, doit maintenant progresser sur les conditions de travail et la hausse des salaires. Il faut aussi encourager l’échange des bonnes pratiques, c’est l’objectif du Salon des services à la personne que j’ai initié et qui se tient tous les deux ans à Blois. M. D. : Ces métiers ont des horaires compliqués et beaucoup de déplacements. Nous avons besoin d'innovation dans les services à la personne. Monique Gibotteau Pour mes recrutements, j’offre la possibilité au salarié de choisir ses jours d’intervention et son secteur géographique. Tout le monde s’y retrouve. Ceux qui se sentent bien restent fidèles à l’entreprise et les clients ont le temps de créer une relation de confiance avec la personne qui travaille chez eux. En fait, tout tourne autour de la qualité des rapports humains ! Propos recueillis par Monique Buron 1 - EHPAD : établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes. 2 - Allocation personnalisée d'autonomie (voir aussi en p.11). Retrouvez l’entretien intégral et d’autres images sur www.le-loir-et-cher.fr rubrique le mag. Loir & Cher info/n°74 décembre 2012/19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :