[40] XLandes n°24 déc 12/jan 2013
[40] XLandes n°24 déc 12/jan 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°24 de déc 12/jan 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Landes

  • Format : (220 x 285) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : les médiathèques à l'heure numérique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 Dossier Déplacements Mutualisez vos déplacements Depuis cinq ans, le Conseil général favorise le covoiturage, ce mode de déplacement plus écologique, moins coûteux et créateur de convivialité. Un panneau carré bordé de bleu avec au centre un pictogramme représentant un véhicule occupé par quatre personnes. Que signifie cette signalétique ? La réponse : une aire de covoiturage. Il en existe actuellement 12 dans le département dont quatre réalisées par le Conseil général (Soustons, Parentis-en Born, Aire-sur l’Adour, Saint-Vincent-de-Paul, Labenne, Mées, Angoumé, Tartas, Saint-Pierre-du- Mont…). Le Conseil général finance l’aménagement des aires jusqu’à 27% du montant hors taxe des travaux, ceux-ci plafonnés à 50 000 euros. Site internet dédié Covoituragelandes.org. Le site internet dédié, lancé en 2008 par le Département, permet de mettre en relation les personnes, quels que soient leurs projets, du déplacement ponctuel aux trajets quotidiens domicile/travail. Il suffit d’ouvrir un compte, gratuit, pour consulter les annonces ou en déposer. Cette année, on enregistre déjà plus de 540 nouveaux comptes pour presqu’autant d’annonces déposées. « On compte aujourd’hui plus de 1 600 annonces actives dont 1 330 pour des trajets réguliers », précise Valérie Clavé, coordinatrice de projets développement durable au Conseil général. Grâce à cette plateforme d’échanges, on peut consulter les possibilités offertes de covoiturage dans les communes du département et optimiser les sorties culture et loisirs via la rubrique « covoiturage événementiel » qui recense les manifestations phares du département. Surtout, il est possible de calculer les économies réalisées pour tout déplacement et de partager ainsi les frais. Très pédagogique, le site s’adresse également aux entreprises. L’onglet « employeurs partenaires » compte aujourd’hui des dizaines d’organismes et d’entreprises engagés dans Il existe aujourd’hui douze aires de covoiturage dans le département la promotion du covoiturage auprès de leurs agents ou salariés comme le Centre hospitalier de Dax Côte d’Argent, la Sécurité sociale ou encore Solarezo. Plan climat en vue Le volet covoiturage s’inscrira dans le futur Plan climat énergie territorial aujourd’hui à l’étude. Obligation du Grenelle II pour les conseils généraux, le Plan climat de la collectivité départementale aboutira au second semestre 2013. En attendant, le chiffre des adeptes du covoiturage continue sa progression. La formule séduit audelà des économies réalisées ou de la réduction des pollutions, car le covoiturage est un vecteur de convivialité qui permet de créer des liens, de mettre un peu d’humain dans les déplacements routiers. C’est en tout cas l’avis des « covoitureurs » dont certains en font un mode de vie jusqu’à s’organiser pour faire les courses ensemble au supermarché ou emmener les enfants à leurs activités sportives et culturelles. Les personnes n’ayant pas accès à Internet peuvent organiser leur covoiturage via le numéro Indigo : 0 820 820 138 (0,12 euro TTC par minute depuis un poste fixe). andes magazine N°24 DÉCEMBRE 2012. JANVIER 2013 - www.landes.org
Dossier Déplacements 17 Le vélo pour tous De la pratique de loisir à la pratique quotidienne, il n’y a qu’un tour de roue. Le Département des Landes enrichit chaque année son linéaire de voies vertes et de pistes cyclables avec de nouveaux enjeux à la clé. Depuis longtemps, le Département favorise la réalisation d’itinéraires cyclables. En 2006, l’adoption du schéma départemental des pistes cyclables a marqué un tournant afin de poursuivre cet effort, d’en régler les principes et de préciser les attributions d’aides départementales pour créer de nouveaux rubans cyclables. « Cet élan pour développer la pratique cyclable sur le territoire s’est déployé autour de trois critères d’éligibilité : la création d’un maillage continu, la desserte des équipements structurants tels les établissements scolaires, les équipements sportifs, les centres-bourgs, et la réalisation de linéaires cyclables en site propre afin de sécuriser la pratique du vélo », expose Frédérique Lémont, directrice de l’Environnement au Conseil général. Aujourd’hui, le vélo n’est plus seulement un moyen de locomotion permettant des pratiques de loisirs et touristiques mais tend à devenir une alternative aux déplacements routiers. Outre ses vertus, déclinées sur le plan environnemental et sanitaire, il s'offre une nouvelle dynamique avec une pratique favorisée au quotidien. « Notre priorité est de permettre aux habitants des territoires d’être les premiers utilisateurs du réseau cyclable. C’est une solution de déplacement et c’est pourquoi nous soutenons une logique de développement pour relier les services intercommunaux, communaux, les équipements… », affirme Lionel Causse, conseiller général en charge de l’environnement. D’autres défis à relever Par le biais de son schéma départemental, le Conseil général apporte appui, animation et financements aux communautés de communes et Après le littoral, les itinéraires cyclables vont aussi se développer à l’intérieur des terres communautés d’agglomération. Les subventions comprises entre 20 et 30% du montant des travaux, sont destinées à créer les axes complémentaires aux itinéraires cyclables existants. « Nous privilégions actuellement les lignes Est-Ouest et les projets de l’intérieur. Parallèlement, nous avons bénéficié dans le cadre du schéma régional porté par le GIP Littoral de fonds importants pour la création de pistes Nord-Sud. Les aides croisées de l’Union européenne, de l’État, du Conseil régional et du Conseil général ont contribué à apporter jusqu’à 80% des financements pour ces nouveaux itinéraires », explique Lionel Causse. Jusqu’à présent, ces financements ont permis de développer les infrastructures littorales. Toutefois, côté Landes intérieures, des projets émergent notamment autour du Parc national des Landes de Gascogne, de la Communauté de communes du Marsan ou encore du Pays morcenais. « La future programmation de l’Union européenne pour 2013-2020 représente un enjeu important pour la promotion du cyclable dans l’intérieur de nos territoires. Les nouvelles orientations sont discutées à l’échelon régional pour la mise en œuvre du futur plan », ajoute-il. « Nous avons une autre étape en vue avec la constitution d’un réseau de professionnels (loueurs, réparateurs) capables d’apporter des services aux cyclistes près des axes cyclables » conclut Frédérique Lémont. Les itinéraires cyclables landais seront alors structurés efficacement pour tous les usages. LEXIQUE VOIE VERTE OU PISTE CYCLABLE ? L’une est ouverte à plusieurs types de pratiques non motorisées. Ainsi, peut-on y croiser vélos, rollers, piétons, poussettes, fauteuils roulants… L’autre est dédiée aux seuls vélos. Les deux sont en site propre, c'està-dire qu’elles bénéficient d’un espace spécifique séparé de la route. andes magazine N°24 DÉCEMBRE 2012. JANVIER 2013 - www.landes.org



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :