[40] XLandes n°24 déc 12/jan 2013
[40] XLandes n°24 déc 12/jan 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°24 de déc 12/jan 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Landes

  • Format : (220 x 285) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : les médiathèques à l'heure numérique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
www.etrejeune.landes.org Lesjeunessesenavant.Landes Faites résonner vos idées ! participez à l’enquête en ligne RC B 403 289 580
3 Édito 3 Une bataille pour l’avenir « Les emplois d’avenir sont une première étape dans la nécessaire bataille contre le chômage, la seule priorité qui vaille. » 150 000 jeunes sortent chaque année sans diplôme du système éducatif. Trois ans après leur sortie, 40% d’entre eux sont encore au chômage. Ce n’est évidemment pas acceptable. Ce sont ces jeunes, qui bénéficieront en priorité des « emplois d’avenir » inscrits dans l’une des premières grandes lois du quinquennat de François Hollande, adoptée par le Parlement le 9 octobre dernier. Ciblés sur les jeunes peu ou pas qualifiés, ces emplois seront proposés pour l’essentiel par les collectivités locales et des associations, sous forme de CDD ou de CDI à temps plein. Accompagnés de dispositifs de formation, ils seront subventionnés par l’État jusqu’à 75% du Smic. Le gouvernement entend créer 150 000 emplois d’avenir d’ici 2014 et 100 000 dès 2013. Le Conseil général prendra sa part en recrutant directement 20 jeunes sur ce dispositif et en aidant une centaine de contrats sur les 450 programmés dans les Landes en 2013. Les emplois d’avenir sont une première étape dans la nécessaire bataille contre le chômage, la seule priorité qui vaille. Pour les jeunes les plus qualifiés, le gouvernement mise sur le « contrat de génération » qui exonérera de cotisations patronales toute embauche d’un jeune réalisée concomitamment au maintien d’un sénior dans l’emploi. Mais au-delà des contrats aidés, indispensables pour lutter en urgence contre un chômage qui s’est accru d’un million de personnes entre 2008 et 2012, il faut aussi agir sur d’autres leviers. Le redressement de notre industrie n’est pas le moindre. L’industrie, qui avait déjà perdu 450 000 emplois entre 2000 et 2008, a encore vu 270 000 postes disparaître entre l’été 2008 et le printemps 2012, soit 8% de ses effectifs. La France figure désormais parmi les pays développés les plus désindustrialisés, aux côtés de la Grèce et du Royaume-Uni. Le poids du secteur manufacturier dans le PIB a fondu comme neige au soleil et le déficit extérieur se creuse de manière inquiétante. Ces constats ont suscité un débat centré sur la question du coût du travail et des moyens de l’abaisser afin de corriger des déséquilibres croissants. Au risque d’occulter les graves problèmes de la compétitivité « hors-coûts », qui pénalisent notre industrie : le caractère peu innovant des produits, le vieillissement de l’outil de production, la faiblesse de certains réseaux de distribution, la formation insuffisante des salariés, l’accès difficile au financement pour les PME et les entreprises intermédiaires, l’improductivité de l’épargne abondante des ménages. S’attaquer à ces chantiers suppose d’en attendre des résultats à long terme. Raison de plus pour les engager sans tarder. Henri Emmanuelli andes magazine N°24 DÉCEMBRE 2012. JANVIER 2013 - www.landes.org



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :