[38] Isère magazine n°7 jan/fév 2017
[38] Isère magazine n°7 jan/fév 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de jan/fév 2017

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Isère

  • Format : (211 x 281) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 8,3 Mo

  • Dans ce numéro : l'Isère prend de la hauteur.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
2 3 4 5 DÉCOUVERTES I ÉCHAPPÉES BELLES 4 > Table d’orientation du Gonçon utranéaure ercor m’altitue panorama de la Chartreuse à Belledonne ialemai e rane oue et la chaîne du Vercors. a te rouge oiar rie m’altitue panorama urlerie aec le mont iguille etleran emont en eette e ec argain aintilaire uouet artreue Un des plus beaux panoramas des lpe  : oit m’orion alpin u ont lanc au ont iguille 6 Photos DR - OT Vienne - Ville de Voreppe - M. Cottaz #07 I JANVIER/FÉVRIER 2017 I ISÈRE MAG > 27 >
> 28 ÉCHAPPÉES BELLES GRANDEUR NATURE UN FROID DE CANARD Rien de tel qu’un bon froid de canard pour observer tranquillement ces oiseaux d’eau venus du grand Nord qui migrent chaque hiver en Isère dans nos lacs et plans d’eau… La nature s’éveille au printemps. Mais c’est justement dans le silence de l’hiver, quand ils dorment d’un il une de leurs spécialités !, que l’on peut le mieux observer les oiseaux d’eau venus du Nord, d’Islande ou de Russie qui viennent se réfugier dans nos lacs et plans d’eau, en quête de températures plus clémentes et de moules zébrées bien fraîches. Fuligule milouin, foulque, canard colvert, grèbe huppé, harlebièvre, sarcelle d’hiver ou cygne tuberculé  : il est possible ainsi d’observer une trentaine d’espèces diérentes. L’Isère fait partie des destinations prisées avec ses nombreux espaces naturels sensibles. La Vallée bleue, sur le Rhône, figure parmi les principaux hot-spots avec plusieurs centaines de spécimens — le port de la base nautique ou la ViaRhôna orent diérents postes d’observation. Sur l’Isère, au sud du département, on pourra les admirer sur les lacs de barrage de Saint-Égrève, de Beauvoir-en-Royans ou à Saint-Hilaire-du-Rosier. > PLONGEUR OU DE SURFACE ? Muni d’une bonne paire de jumelles et de son Guide ornitho, on s’essaiera d’abord à reconnaître les grandes familles d’anatidés — regroupant oies, cygnes et canards. On s’exercera ensuite à distinguer les mles des femelles  : les canes, soucieuses de ne pas se faire repérer sur leurs nids, se font généralement plus discrètes avec un plumage marron. On identifiera ensuite les plongeurs comme le fuligule morillon. Ces volatiles sont capables de faire des apnées jusqu’à 8 ou 10 mètres de profondeur pour aller chercher leur nourriture, tandis que les canards de surface comme le canard colvert doivent basculer leur corps en avant pour s’alimenter — on peut admirer leur postérieur qui dépasse de l’eau ! Pour certains, il faudra patienter jusqu’au crépuscule  : beaucoup de ces oiseaux dorment le jour sur leur remise et attendent > ISÈRE MAG I JANVIER/FÉVRIER 2017 I #07 Photos. chmitt, otolia. Infographie :. ouquet la nuit tombée pour rejoindre leur lieu de gagnage (là où se trouve le garde-manger. Dès janvier toutefois, vous pourrez assister aux premières parades amoureuses de la sarcelle ou du fuligule milouin — connus pour avoir une activité débridée ! ache que l’hiver est aussi la saison des grands rassemblements de cygnes  : le spectacle de ces volatiles majestueux s’envolant et filant au ras de l’eau est une féerie… 1 Par éronique ranger de photos sur www.iseremag.fr e canar colert  : ce canar e surface à la tête verte est le seul à aoir e patte orange e uligule milouin  : ce canar plongeur est surtout actif au crépuscule. On le reconnaît à son cou marron. e uligule morillon  : ce canar plongeur d’eau douce plonge jusqu’à mtre e prooneur e greuppé  : cet oieau aulong cou plonge uu’mtre eprooneur a mouette rieue  : elle per a calotte noire enier il rete une petite trace noire errire l’il e oulue macroule  : reconnaiale on ront et on ec lanc cet oieau’eau n’et pa un canar et n’a pa le patte palmée mai e oigt it loé a arcelle’ier  : cecanar e urace et reconnaiale a tte erte on miroir e la mme couleur (au niveau de l’aile) et à sa taille  : c’et une plu petit canar



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 1[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 2-3[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 4-5[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 6-7[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 8-9[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 10-11[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 12-13[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 14-15[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 16-17[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 18-19[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 20-21[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 22-23[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 24-25[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 26-27[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 28-29[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 30-31[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 32-33[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 34-35[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 36-37[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 38-39[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 40-41[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 42-43[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 44-45[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 46-47[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 48-49[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 50-51[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 52-53[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 54-55[38] Isère magazine numéro 7 jan/fév 2017 Page 56