[38] Isère magazine n°22 sep/oct 2019
[38] Isère magazine n°22 sep/oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°22 de sep/oct 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Isère

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 6,6 Mo

  • Dans ce numéro : cap sur les mobilités de demain.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
36 > ENSEMBLE AUTONOMIE DES EHPAD NOUVELLE GÉNÉRATION A. Berlioz En 2015, le Département de l’Isère a mobilisé 10 millions d’euros supplémentaires pour construire et moderniser des établissements accueillant des personnes âgées dépendantes. Avec ses partenaires et les usagers, il mène aussi une réflexion pour expérimenter de nouvelles formules d’hébergement. Des établissements adaptés à la dépendance mais aussi ouverts vers l’extérieur pour rompre l’isolement. Quitter sa maison pour entrer en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) est toujours un passage délicat. Pour que cette transition se fasse en douceur, de nouveaux concepts ont vu le jour un peu partout en France. En Isère, l’un des derniers exemples en date est l’Ehpad L’Eden de La Côte-Saint-André. Ouvert en avril 2019, cet établissement, qui accueille une centaine de personnes âgées, a été conçu comme un hôtel. « Ici, on est un peu chez soi et on a tout sur place  : un espace de balnéothérapie, un salon de coiffure, une salle de détente et de décompression, un restaurant où sont concoctés de bons petits plats », se réjouit une résidente. Financé à hauteur de 2 millions d’euros par le Département, ce projet a bénéficié du plan engagé en 2015 pour réhabiliter les Ehpad de l’Isère. « Au total, nous avons débloqué 10 millions d’euros supplémentaires pour aider les établissements à se moderniser. Depuis, 23 Ehpad et cinq résidences ont déjà > ISÈRE MAG I SEPTEMBRE/OCTOBRE 2019 I #22 été soutenus pour près de 25 millions d’euros, rappelle Laura Bonnefoy, vice-présidente chargée de la dépendance et des handicaps. Le principal objectif était d’améliorer leur niveau de confort, tout en limitant le prix de séjour, qui plafonne en moyenne à 1 900 euros par mois. » > DE RÉELS LIEUX DE VIES Pour financer leurs projets, les directeurs d’établissement peuvent demander des prêts aux banques et à l’Etat. Le Département peut aussi les aider sous forme de subventions. Grâce à ce plan, un financement correspondant à 20% des dépenses d’investissement pourra leur être attribué, évitant ainsi de faire supporter aux familles les surcoûts engendrés par les travaux. Outre ces aides qui relèvent de ses compétences, le Département mène un travail avec la profession et les usagers pour répondre aux nouveaux besoins. « Même en établissement, les personnes âgées souhaitent conserver une vie sociale. L’une des pistes serait d’ouvrir les Ehpad vers l’extérieur en mettant des salles à disposition des associations, voire en y intégrant des restaurants accessibles à tous et des espaces de travail partagés », poursuit Laura Bonnefoy. Autre enjeu, améliorer la prise en charge de la dépendance et les conditions de travail des salariés. Lors d’une journée organisée par le Département, des start-up iséroises ont présenté aux directeurs des Ehpad des solutions à la pointe de l’innovation  : analyse de sang immédiate, douche connectée permettant de maîtriser les dépenses d’eau et de donner l’alerte en cas de malaise… Afin de maintenir les personnes âgées le plus longtemps possible chez elles, le Département envisage plusieurs pistes, dont celle de favoriser les liens entre les Ehpad et le domicile. ZOOM Par Annick Berlioz FAVORISER L’ACCUEIL DE JOUR Ces derniers mois, de nombreuses places d’accueil de jour ont été créées en Ehpad. « Concrètement, la personne âgée peut être accueillie sur demande en journée dans la structure de un à cinq jours par semaine. Durant son séjour, elle participe à des activités de type atelier mémoire, gymnastique adaptée, chant, sorties… Cette formule permet de soulager les aidants. C’est aussi un excellent moyen pour faire connaissance avec l’établissement », explique Espérance Rama, directrice de la résidence mutualiste Les Orchidées, à Seyssins. À chaque fois, la personne est accueillie sur la base d’un projet d’accompagnement individualisé travaillé avec les professionnels. Le coût peut être pris en charge par le Département.
L’ISÈRE EXPÉRIMENTE LE SERVICE NATIONAL UNIVERSEL L’Isère a rejoint les 13 départements qui ont expérimenté le Service national universel (SNU). À ce titre, 16 jeunes ont effectué un séjour de cohésion sur le plateau matheysin. Rencontre avec Adam, Rodja, Simon et les autres. La semaine n’a pas été de tout repos. Après un réveil à 7 heures, les journées se sont organisées autour de nombreuses activités de cohésion et de pleine nature. Du 24 au 28 juin dernier, huit filles et neuf garçons âgés de 15 à 18 ans, engagés sur la base du volontariat, ont passé cinq jours en immersion au Relais de Chantelouve, à Laffrey, dans le cadre de la troisième expérimentation du Service national universel en Isère. Au programme  : sport, vie associative, débats, sensibilisation à la protection de l’environnement… Projet-phare de l’État, le SNU devrait devenir obligatoire pour tous les jeunes de 16 ans d’ici à 2022-2023. Avant sa généralisation, une phase pilote, version courte, rassemblant quelque 2 000 jeunes volontaires, a été menée dans plusieurs départements. « Le SNU n’est pas le rétablissement du service militaire supprimé en 1997. Son objectif est d’apprendre aux jeunes à vivre ensemble, de susciter des valeurs fortes, comme l’entraide, le sens de l’engagement et le dépassement de soi. Le rôle des éducateurs est de les amener à se responsabiliser », explique Florence Michelland, encadrante et conseillère jeunesse de la direction départementale de la cohésion sociale de l’Isère. > FORMER À LA CITOYENNETÉ Le Département, qui partage la même philosophie, a financé cette action dans le cadre de son Plan jeunesse avec l’École de la deuxième chance et l’État. « Cette action valorise la citoyenneté. Durant leur séjour, les volontaires ont intégré des associations et ainsi pu découvrir l’intérêt du bénévolat. L’autre point fort est l’accent mis sur la mixité sociale, avec des profils issus d’horizons différents », insiste Martine Kohly, vice-présidente du Département chargée de la jeunesse, du sport et de la vie associative. De leur côté, les jeunes sont très CITOYENNETÉ I ENSEMBLE En juin dernier, 16 jeunes isérois ont participé à l’expérimentation du service national universel. ZOOM UN PLAN JEUNESSE POUR L’ISÈRE En mars 2016, porté par Martine Kohly, le Département a voté un plan pour la jeunesse afin de rapprocher les 12-25 ans du monde de l’entreprise et susciter l’engagement citoyen. Objectif  : favoriser les initiatives des jeunes, valoriser leur talent et les aider à trouver leur place en prenant en compte les spécificités de chaque territoire. Avec de nombreux partenaires, dont les collectivités locales, l’Éducation satisfaits. « J’ai pris conscience qu’il fallait un peu s’oublier pour vivre en collectivité. Aujourd’hui, je sais mieux me débrouiller », témoigne Adam, 17 ans. Quant à Rodja, qui habite au Village olympique, à Grenoble, elle s’est découvert des capacités physiques insoupçonnées  : « C’est la première fois que je faisais une randonnée de 17 kilomètres en montagne. Je ne pensais pas pouvoir y arriver ! » Pour l’heure, les organisateurs vont faire remonter leurs observations au comité national de préfiguration. « Le SNU est très bénéfique lorsqu’il se déroule dans un cadre éducatif comme les environnements de pleine nature », constate Manuel Brissaud, directeur adjoint de la direction départementale de la cohésion sociale de l’Isère, qui a suivi le projet. Les jeunes ont reçu un certificat de participation valorisant leur implication. Par Annick Berlioz nationale, la Caisse d’allocations familiales, la Protection judiciaire de la jeunesse, le Comité régional des associations de jeunesse et d’éducation populaire, Réseau 38 et le comité départemental olympique et sportif de l’Isère, le Département met en place des contrats territoriaux pour la jeunesse qui répondront aux attentes des jeunes et se généraliseront partout en Isère d’ici à 2020. #22 I SEPTEMBBRE/OCTOBRE 2019 I ISÈRE MAG A. Berlioz > 37 >



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 1[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 2-3[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 4-5[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 6-7[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 8-9[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 10-11[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 12-13[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 14-15[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 16-17[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 18-19[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 20-21[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 22-23[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 24-25[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 26-27[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 28-29[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 30-31[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 32-33[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 34-35[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 36-37[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 38-39[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 40-41[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 42-43[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 44-45[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 46-47[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 48-49[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 50-51[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 52-53[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 54-55[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 56