[38] Isère magazine n°22 sep/oct 2019
[38] Isère magazine n°22 sep/oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°22 de sep/oct 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Isère

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 6,6 Mo

  • Dans ce numéro : cap sur les mobilités de demain.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
> 16 > L’ISÈRE AVANCE L’engorgement des entrées de villes (comme ici Grenoble) nuit gravement à la qualité de vie des habitants. ISÈRE MAG I SEPTEMBRE/OCTOBRE 2019 I #22 DÉPLACEMENTS  : ÇA BOUGE EN ISÈRE ! Comme l’a confirmé un récent sondage, la mobilité est au cœur des préoccupations des Isérois. Acteur majeur des déplacements en Isère, le Département enclenche la vitesse supérieure. Objectifs  : diversifier l’offre de mobilités, améliorer les infrastructures indispensables… et mieux coordonner les réseaux existants. Car, train, tram, vélo, covoiturage… Depuis quelques années, les Isérois ont appris à jongler entre différents modes de transports pour leurs déplacements quotidiens. Pour se rendre au travail tous les matins, Caroline, habitante d’un petit village des collines du voironnais, covoiture ainsi avec son voisin jusqu’à la gare de Voiron pour récupérer la ligne Express Transisère qui la mène au centre ville de Grenoble avant de poursuivre à pied ou en tramway… Les Isérois, qui sont loin de tous vivre en milieu urbain, ont en effet la chance de disposer avec le réseau de cars Transisère d’un maillage de transports collectifs quasi unique en France (hors Ile de France), avec des lignes Express conçues sur le mode du RER qui disposent pour partie de voies réservées en cas de bouchons. Près de 60 000 élèves bénéficient aussi de la gratuité des transports scolaires départementaux instaurée en 2015 – une mesure plébiscitée par les parents ! 1 400 élèves à mobilité réduite utilisent également le service de transports adapté, organisé par le Département. Et le gros chantier de mise en accessibilité (et de sécurisation) des points d’arrêts Transisère se poursuit partout sur le territoire pour des transports utilisables par tous. En dépit de son coût et tous les soucis qu’elle engendre, la voiture, comme le révèle le sondage orchestré cet été auprès d’un échantillon représentatif de 1000 habitants de l’Isère,* reste pourtant le moyen de transport incontournable d’un Isérois sur deux au quotidien (toutes zones du département confondues). Ils ne sont que 15% à rouler à vélo « plusieurs fois par semaine », et 15% d’adeptes réguliers des transports collectifs (la proportion augmentant avec la densité de l’offre). Quant au covoiturage et à l’autopartage (de voitures en libre-service, disponibles à des bornes moyennant un abonnement), s’ils rentrent peu à peu dans les mœurs, leur utilisation reste très marginale. Avec l’essor des outils connectés, le Département a pourtant adopté une politique volontariste en faveur de ces nouvelles mobilités, dans le double objectif d’apporter une vraie alternative et répondre aux enjeux environnementaux. « 74% des kilomètres sont parcourus en voiture dont plus de la moitié avec un conducteur seul ! », constate Jean-Claude Peyrin, vice-président des transports et des déplacements. Création de parking-relais ou de lignes de covoiturage (comme Illicov dans le Grésivaudan), incitations au télétravail  : plusieurs projets innovants sont en cours, en collaboration avec les différentes autorités organisatrices de mobilités, pour booster ces mobilités émergentes. Pragmatique, le Département pour autant va continuer d’œuvrer à l’amélioration des TROUVER DES ALTERNATIVES EFFICACES À L’« AUTOSOLISME » infrastructures routières et ferroviaires jugées indispensables pour une majorité d’Isérois – comme l’A480 à l’entrée de Grenoble, ou la ligne de train Grenoble-Lyon. « Aucun investissement n’a été fait depuis vingt ans ! Leur développement est indissociable de la performance des transports collectifs », poursuit Jean-Claude Peyrin. De plus, pour favoriser la pratique du vélo, le Département a aménagé à ce jour plus de 445 km de routes départementales (bandes, pistes, accotements revêtus…) et réalisé 37 km de voies vertes en consacrant en moyenne 2 millions d’euros environ par an. Il cofinance également les projets cyclables des collectivités le long des routes départementales. L’autre grand chantier pour le Département, c’est aussi une refonte totale de l’organisation des transports en Isère avec un pilote unique  : « Actuellement, nous avons plusieurs autorités organisatrices de mobilités dont les réseaux ne sont pas interconnectés entre eux, avec des tarifs et des fonctionnements différents. Le projet, c’est de créer une structure unique, avec une offre globale qui sera bien plus simple d’accès pour les utilisateurs, intégrant le train, le covoiturage, le car, le vélo… » En attendant, la rentrée étant le moment propice aux bonnes résolutions, vous pouvez déjà consulter le site transisere.fr pour découvrir l’offre existante… Par Véronique Granger * sondage MV2 sur la mobilité des Isérois, juillet-août 2019 F. Pattou
Infographie DRE POUR UNE NOUVELLE ORGANISATION DES TRANSPORTS EN ISÈRE JEAN-CLAUDE PEYRIN vice-président du Département chargé des transports et de la mobilité Isère Mag  : Le Département a lancé cet été une grande consultation des Isérois, élus et habitants pour mieux connaître leurs pratiques et leurs attentes en matière de mobilité. Quels sont les premiers enseignements ? Jean-Claude Peyrin  : Les premiers éléments de l’enquête grand public montrent que la voiture reste incontournable au quotidien pour un Isérois sur deux ! Près de 60% d’entre eux déclarent utiliser un transport collectif de manière occasionnelle – cette proportion augmentant fortement en zone urbaine. Les autres pointent notamment le manque de desserte de leur zone d’habitation et le fait que les transports collectifs sont moins rapides. Quant à l’utilisation des nouvelles mobilités, elle reste très marginale  : seulement 7% pratiquent le covoiturage ! I. M.  : Comment comptez-vous répondre à ces attentes ? J.-C. P.  : Nous ne pourrons pas amener 379 73 INTERVIEW des transports publics au pied de chaque habitation à un coût acceptable ! En revanche, nous avons une carte à jouer en matière de confort d’utilisation et d’attractivité de l’offre. Parmi les leviers incitatifs, les Isérois mettent en avant la possibiité de voyager avec un titre unique pour tous les transports, une intermodalité facilitée, moins de correspondances… Nous misons aussi sur le développement du transport à la demande, qui me paraît une alternative la plus porteuse d’avenir pour les transports collectifs, et sur le développement des mobilités alternatives. Dans le cadre de notre plan climat airénergie, nous avons mis en place une politique volontariste pour expérimenter de nouvelles solutions comme les lignes de covoiturage Illicov dans le Grésivaudan. I. M.  : Et sur l’organisation des transports ? J.-C. P.  : C’est sans doute la grande révolution à venir ! Avec la Région, en DOSSIER I L’ISÈRE AVANCE lien avec les intercommunalités, nous travaillons à la mise en place pour 2022 de grands syndicats (*) à l’échelle des bassins de vie – sans doute 2 pour l’Isère – qui fusionnent l’ensemble des réseaux pré-existants et suppriment les barrières administratives avec une tarification simplifiée et unifiée – en réaffirmant la gratuité des transports scolaires pour tous les élèves, une mesure plébiscitée par les Isérois ! Demain, on pourra souscrire un abonnement intégrant le bus, le train, le covoiturage ou le vélo, avec un système de billettique et d’informations voyageurs centralisés. De plus, le regroupement des réseaux devrait permettre de redistribuer les économies générées au profit d’une offre de mobilité plus adaptée aux besoins des usagers. (*) Syndicats  : structures prévues par la loi pour l’organisation, la gestion, la tarification et l’information dans le domaine des transports. LE RÉSEAU EN CHIFFRES Un réseau de cars unique en France (hors région parisienne) 850 véhicules 7 443 arrêts desservis lignes de dessertes locales lignes départementales dont 7 lignesExpress Express 16 millions de kilomètres parcourus par an 14 80 Une desserte vers stations de montagne en hiver avec Transaltitude Un budget de millions d'euros par an 60 000 élèves transportés chaque jour (dont 1 400 élèves handicapés) #22 I SEPTEMBRE/OCTOBRE 2019 I ISÈRE MAG > 17 >



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 1[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 2-3[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 4-5[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 6-7[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 8-9[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 10-11[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 12-13[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 14-15[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 16-17[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 18-19[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 20-21[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 22-23[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 24-25[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 26-27[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 28-29[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 30-31[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 32-33[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 34-35[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 36-37[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 38-39[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 40-41[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 42-43[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 44-45[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 46-47[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 48-49[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 50-51[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 52-53[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 54-55[38] Isère magazine numéro 22 sep/oct 2019 Page 56