[38] Isère magazine n°18 nov/déc 2018
[38] Isère magazine n°18 nov/déc 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de nov/déc 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Isère

  • Format : (211 x 280) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : handicap, ensemble c'est tout.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
> > L’ISÈRE AVANCE ILS CHANGENT NOTRE REGARD SUR LE HANDICAP ÉLISABETH CLERC MATTIEU VILLARET PHILIPPE GIRAUD MARIE DAL ZOTTO COFONDATRICE DE HANDI CAP ÉVASION 38 POUVOIR PARTIR DANS LA NATURE Quand Élisabeth Clerc se retrouve sur un fauteuil roulant à la suite d’un AVC à l’âge de 22 ans, cette mère de deux enfants décide qu’elle continuera de faire tout ce qu’elle faisait auparavant. « La seule chose à laquelle je ne parvenais pas, c’était de randonner en montane a rencontre avec Joël Claudel, inventeur de la Joëlette, va changer sa vie en 1989. Cet engin circule sur une seule roue et se faufile sur les sentiers les plus escarpés ! Élisabeth participe ainsi à une première expédition dans le Moyen Atlas marocain, en 1990. Depuis, l’association andi Cap vasion, née en 1992 à Fontaine, continue d’emmener toujours plus de personnes dans la nature. Aux premières neiges, le traîneau pulka remplace la Joëlette. Une centaine de bénévoles, se relaient pour partager ces sorties. « Les plus handicapés ne sont pas toujours ceux que l’on ense ISÈRE MAG I NOVEMBRE/DÉCEMBRE 2018 I #18 DIRECTEUR TERRITORIAL DES ACTIONS ASSOCIATIVES D’APF FRANCE HANDICAP MILITER POUR L’ACCÈS AUX DROITS Créée en, l’PF France Handicap (ex-association des paralysés de France) a été pionnière en France dans l’accompagnement des personnes en situation de handicap et de leurs familles. Depuis le texte fondateur de 1975 sur « l’intégration des personnes handicapées » jusqu’à la loi de 2005, les avancées obtenues ont été considérables. « Il reste beaucoup à faire pour que la loi soit appliquée partout, notamment en matière d’accessibilité des établissements et de scolarisation. Malgré tout, nous n’avons cessé de progresser, positive Mattieu Villaret. Avec le projet de loi Élan sur le logement de 2018 au contraire, on ait marce arrire a loi roit en eet de ramener de la art de loements accessibles aux personnes à mobilité réduite dans les immebles nes les restants étant « évolutifs ». C’est un mauvais calcul et une discrimination supplémentaire envers les personnes ». DIRECTEUR D’OHÉ PROMÉTHÉE/CAP EMPLOI 38 OFFRIR DES POSSIBILITÉS DE FORMATIONS Depuis 1987, la loi stipule que toute entreprise de plus de 20 salariés emploie au moins 6% de travailleurs handicapés – ou, à défaut, alimente un fonds spécifique pour l’insertion des personnes concernées. Philippe Giraud a parmi ses missions de convaincre les employeurs qu’en adaptant leurs postes de travail leur entreprise y gagnera ! « Ce qui est considéré au départ comme un frein se révèle souvent très positif en termes de dynamique d’équipe et de productivité. Progrès social et progrès économique ne sont pas antinomies i le message commence à être entendu, notamment dans les grandes entreprises technologiques, il reste du chemin à faire. « Le taux de chômage des personnes en situation de handicap est deux fois supérieur à celui de la population. Le gros obstacle, c’est ler niea d’tde ont n o moins on autre grand challenge est de les faire monter en compétences. Chaque année, ils sont à intégrer une formation qualifiante en sère et à décrocher un poste de travail. COMÉDIENNE ET TRISOMIQUE ÊTRE REGARDÉE AUTREMENT En rentrant chez Marie, à Grenoble, on remarque la collection de coupes témoignant de ses nombreux exploits sportifs  : athlétisme, natation, équitation… « J’aime me dasser, dit-elle avec ce sourire rayonnant qui suscite tout de suite l’empathie. Le trophée du « meilleur jeune espoir féminin » de l’Adami, remporté au Festival de la fiction de La ochelle, s’est ajouté à son palmarès en 2017. Marie a été ovationnée pour son interprétation dans Mention particulière, téléfilm diffusé sur F o elle incarne une jeune trisomique qui décroche son baccalauréat. Forte de quatorze ans de théâtre amateur avec Philippe Pujol à Voiron, la jeune femme de ans a tenté sa chance au casting… et a décroché le premier rôle ! « J’adore être sur scène. Ce qui me plaît le plus, c’est que les gens me reardent atrement. Marie espère maintenant devenir comédienne professionnelle. Et elle attend impatiemment de tourner la suite du téléfilm, en cours d’écriture  : le scénario s’inspire de sa propre vie.
GENEVIÈVE FOUREL VIT AVEC UN TROUBLE BIPOLAIRE RECONSIDÉRER LE HANDICAP PSYCHIQUE « Je fais partie des privilégiées i ont n mdicament ecace Aujourd’hui, je vis normalement, juste quelques séquelles dont je m’accommode en souriant. Mais durant une grande partie de ma vie, j’étais pire que morte, comme dira plus tard une amie, témoigne Geneviève Fourel, ans, habitante de aint-eorges-d’Espéranche. Atteinte de troubles bipolaires depuis l’âge de 20 ans, elle a vu sa maladie progresser pendant trente ans. Elle bénéficie d’un traitement adapté depuis seulement trois ans. Le trouble bipolaire se caractérise en général par une alternance de phases d’exaltation et de dépression. Mais dans les faits, d’une personne à l’autre, les symptômes peuvent être très différents.’o la diculté de le diagnostiquer. Après onze ans d’arrêt, Geneviève a pu reprendre son métier de chercheuse à l’EN de Lyon. « Heureusement, e n’ai as d’oraire fie et e m’organiser comme je veux. Ce qui me permet de m’interrompre pour faire du sport. C’est vital or moi DOSSIER I L’ISÈRE AVANCE « ontitue un andiap toute limitation datiité ou retrition de partiipation laie en oiétéuie par une peronne en raion dune altération utantielle durale ou dénitie dune ou pluieur ontion piue enorielle mentale loi du ÉLISABETH ACHARD FRANÇOISE ULRICH RAPHAËLLE BERNARD MAMAN D’UN ENFANT AUTISTE VIVRE L’AUTISME AUTREMENT « Les enfants autistes viennent chercher chez nous, les parents, des ressources insoupçonnées. Je veux aider ces familles extraordinaires, souvent plus oubliées que leurs enfants, à aire ace, explique Élisabeth Achard. Cette Iséroise a adopté deux enfants. « Nicolas a été diagnostiqué autiste ‘non erbal’l’e de ans l ne disait e trois mots aa, maman et eau. Cette annonce nous a permis de comprendre son comportement, d’accepter sa dirence, mais assi de déculpabiliser. Bien sûr, il y a eu des moments douloureux pour toute la famille. J’ai dû arrêter de travailler pendant trois ans, jusqu’à ce que Nicolas entre dans un institut médico-éducatif en internat. À la retraite, j’ai souhaité m’investir comme bnole l’fi lire ae, en tant que chargée de la vie associative. Mon rôle consiste à soutenir les parents, notamment en organisant des groupes de parole pour qu’ils puissent s’exprimer. Je souhaite aussi toucher davantage les sœurs et les frères, qui sont également ortement imacts ÉDUCATRICE SPÉCIALISÉE DÉVELOPPER LES POTENTIELS « L’important, c’est de prendre la personne dans sa globalité, avec son potentiel et son projet de vie tout en tenant compte de ses railits, explique Françoise Ulrich, monitrice éducatrice et membre de l’équipe éducative du service d’activités de jour de ainte-gnès à aint- Martin-le-Vinoux. Cette structure accueille en journée une quarantaine d’adultes en situation de handicap mental ou psychique inaptes au travail. Peinture, poterie, cuisine, sorties… plusieurs activités leur sont proposées. « Ces ateliers ont toujours une vocation pédagogique. L’objectif est de leur permettre d’acquérir de noea arentissaes précision, concentration, dextérité manuelle… mais aussi un état de mieux-être et ne rande confiance en eux. Nous travaillons avec un psychologue qui nous apporte son éclairage sur les pathologies et leurs caractéristiques. Cela nous permet d’ajuster notre encadrement au cas par cas. Au bout de quelques années, nous observons des progrès dans de nombreux domaines, notamment dans le comortement DIRECTRICE DE L’ASSOCIATION SEVE ASSURER UNE MEILLEURE QUALITÉ DE SERVICE « Les personnes lourdement handicapées requièrent un accompagnement renforcé avec un personnel formé aux direntes ormes de andica et a sitations diciles, explique Raphaëlle Bernard, directrice de l’association evede Bourgoin-Jallieu, spécialisée dans l’aide à domicile des personnes en perte d’autonomie. Elle emploie 60 auxiliaires de vie, dont une vingtaine qui interviennent auprès de adultes handicapés. Le 1er avril, evea signé un contrat pluriannuel d’objectif et de moyens avec le Département lui permettant de recevoir une aide (1 à 6 euros l’heure, supplémentaire) pour les interventions les plus complexes  : grande dépendance, interventions de nuit, les dimanches et jours fériés, communes isolées… « Cela nous permet d’assurer une meilleure qualité de service en nous adaptant aux besoins et d’avoir une vision pluriannuelle favorable à la mise en place de nos projets. C’est aussi une reconnaissance du travail eect ar notre ersonnel et une véritable avancée pour les personnes handicapées et lersaidants #18 I NOVEMBRE/DÉCEMBRE 2018 I ISÈRE MAG Photos F. Pattou > >



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 1[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 2-3[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 4-5[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 6-7[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 8-9[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 10-11[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 12-13[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 14-15[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 16-17[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 18-19[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 20-21[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 22-23[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 24-25[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 26-27[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 28-29[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 30-31[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 32-33[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 34-35[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 36-37[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 38-39[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 40-41[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 42-43[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 44-45[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 46-47[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 48-49[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 50-51[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 52-53[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 54-55[38] Isère magazine numéro 18 nov/déc 2018 Page 56