[38] Isère magazine n°17 sep/oct 2018
[38] Isère magazine n°17 sep/oct 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de sep/oct 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Isère

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 8,9 Mo

  • Dans ce numéro : peintre des profondeurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
> 18 > L’ISÈRE AVANCE ILS ADHÈRENT À LA MARQUE POUR DÉFENDRE LES PROD ALEXIS FONTENEAU AURÉLIE MERLE LOUIS SIMONE DENIS CHARDON MAÎTRE-RESTAURATEUR METTRE L’ISÈRE À LA CARTE « J’ai fait le choix d’une carte réalisée à 90% avec des produits locaux. J’achète ma viande chez un boucher qui sélectionne toutes ses bêtes dans des cheptels isérois. Et pour les fruits et légumes, je fais appel à un grossiste qui s’approvisionne essentiellement dans le département, explique Alexis Fonteneau, maître restaurateur, chef du restaurant Le Relais Saint-Hubert, à Burcin, dans la plaine de la Bièvre. Nos clients sont de plus en plus soucieux de ce qu’ils ont dans l’assiette et nous interrogent beaucoup sur la provenance de nos produits. Ce qui les rassure le plus, c’est de pouvoirientier les proucteurs et leur manière de travailler. La marque Is(h)ere est un gage de qualité auquel ils pourront se référer. Les professionnels de la restauration doivent aussi s’en emparer pour promouvoir leur territoire de manière forte et unie ISÈRE MAG I SEPTEMBRE/OCTOBRE 2018 I #17 MIEUX FLÉCHER LES PRODUITS ace au irentes crises alimentaires, l’intérêt pour les produits locaux ne cesse e progresserientication locale est considérée par les consommateurs comme une garantie de qualité et de fracheurls souhaitent aussi retrouver des goûts d’antan et sont de plus sensibilisés à la situation économique du monde paysan. Il y a aussi un besoin de réduire le nombre de kilomètres parcourus par les aliments. La tendance devrait continuer à se renforcer. Selon une enquête réalisée en 2011, deux raisons majeures permettraient de développer la consommation e prouits isrois  : une plus grane iusion sur les points de vente et une meilleure facilitéientication o lintrt de la marque Is(h)ere, qui perettraeieu cher les produits. » RAPPROCHER L’OFFRE DE LA DEMANDE « Huit Français sur dix font leurs courses alimentaires dans les grandes et moyennes surfaces. Les produits locaux y ont presque autant la cote qu’au marché. Aujourd’hui, toutes marques confondues, ils représentent e ceui est propos et près d’un tiers des achats », témoigne Louis Simone, responsable à Grenoble de deux Intermarché. Pour faire face à cette demande, le gérant a déjà mis en place dans l’un de ses points de vente un îlot charcuterie et fromage avec 30% de produits régionaux. « Pour les distributeurs, la marque Is(h)ere est une formidable opportunité. Elle nous permet d’être au plus près du consommateur dans sa recherche de qualité. Elle est basée sur une juste rémunération du producteur sans étrangler pour autant le client. Tout le monde y est gagnant ! » Par Annick Berlioz RASSURER LE CONSOMMATEUR « Les consommateurs sont friands de produits locaux. Aujourd’hui, beaucoup saisissent cette opportunité, sans en avoir la légitimité. Cette marque va permettre de faire la irence en attestant e l’origine du produit », se réjouit Denis Chardon, gérant des Jardins de Corneyzin. Installée à Saint-Prim, à 10 kilomètres deienne, cette exploitation propose une vingtaine de sortes de légumes en culture raisonnée. La moitié est vendue au détail dans trois magasins de producteurs du Nord-Isère et l’autre dans les restaurants scolaires, via l’association ReColTer. En juin dernier, elle a reçu l’agrément Is(h)ere pour quatre d’entre eux  : choux blancs, rouges, carottes et courgettes. « Nous espérons faire progresser nos ventes de 10 à 20% et allons poursuivre la démarche en demandant l’agrément Is(h)ere pour d’autres produits. »
IS(H)ERE UITS ISÉROIS. PASCAL DENOLLY FAIRE GAGNER LA FERME ISÈRE epuis nous soes dans une logique de guerre des prix qui a généré chez les agriculteurs une perte de revenus de 30%. e parteent sest attel au problème avec plusieurs mesures emblématiques, dont la mise en place du pôle agroalimentaire, qui a pour objectif d’organiser la vente des produits locaux grane chelle toutes lières confonues ans ceispositif la marque Is(h)ere est un outil important. Elle répond à une charte de qualité qui s’applique tout au long e la chane avec la garantie que l’agriculteur a été rémunéré à un juste prix. Le comité d’agrément, uniquement composé de professionnels représentant les producteurs, artisans, magasins, restaurateurs et consommateurs, est très rigoureux sur son attribution. Au bout du compte, si tout le monde joue le jeu, tout le monde sera gagnant. Cette marque répond aussi à une forte attente du consommateur en termes d’achat citoyen. » YANNICK BOURDAT FRANÇOIS-CLAUDE CHOLAT PROMOUVOIR LA QUALITÉ « Toutes les viandes des éleveurs de saveurs iséroises ont été agréées is(h)ere en juin dernier. C’est une véritable reconnaissance de notre travail et un bel encouragement », se félicite Yannick Bourdat, éleveur de bovins viande (races limousine et charolaise) à Marcilloles, coprésident de cette association iséroise qui regroupe 30 éleveurs de races bovines. « Nous sommes tous engagés dans une démarche qui respecte le bien-être animal, avec un abattage réalisé à Grenoble pour réduire les trajets. Nos bêtes sont nées et élevées en Isère. Nous les nourrissons avec de l’herbe sans OGM et sans urée. Ce qui donne une autre saveur au produit. Nos viandes sont commercialisées essentiellement en Isère auprès d’une dizaine de points de vente. Cette marque va nous permettre de les promouvoir auprès d’une clientèle exigeante en quête de qualité. » DOSSIER I L’ISÈRE AVANCE Ils sont éleveurs, agriculteurs, restaurateurs, transformateurs, directeurs de grandes et moyennes surfaces… et décident de jouer ond la arte Isere n sinal ort aux consommateurs, de plus en plus friands de produits loau VALORISER NOS PRODUITS « Chaque année, nous écrasons plus de 20 000 tonnes de blé, dont la totalité provient de la région Auvergne-Rhône-Alpes et la oiti elsère epuis 2017, nous sommes capables de produire des farines composées à 100% de blé isérois, soit au total 19 produits, qui ont été agréés is(h)ere en juin dernier », précise François-Claude Cholat. Installé à Morestel, ce meunier, qui a hérité du savoirfaire familial, approvisionne 500 artisans boulangers en Rhône-Alpes, dont le quart est installé en Isère. « Cette marque va leur permettre de valoriser leurs produits. Aujourd’hui, le consommateur souhaite connatre lorigine e son pain. L’autre avantage est qu’elle permet aux agriculteurs de vendre leur blé à un prix décent et d’avoir un revenu convenable par rapport au coût de production et totalement déconnecté des marchés nanciersnnune arche équitable qui s’inscrit dans le long terme, avec une éthique à la clé ! » ERIC ROCHAS SOUTENIR LA FILIÈRE VIANDE ISÉROISE « Les viandes agréées Is(h)ere répondent à des critères très précis, dont l’obligation d’abattre les bêtes sur le territoire, au plus près du bassin de consommation. Pour nous, c’est un grand pas en avant. Chaque année, nous procédons à 2 000 tonnes d’abattage pour le compte de 600 clients. En 2016, les abattoirs ont été entièrement rénovés, avec notamment le soutien du parteent ne euièe tranche est prévue au cours du deuxième semestre 2018 pour renforcer les prestations proposées aux acteurs de la lière etieu satisfaire nos clients. Cette marque va nous perettre asseoir lore de notre clientèle et de nous velopper auprès es irents circuits de distribution, dont les grandes et moyennes surfaces, et de tirer ainsi notre épingle du jeu dans un domaine extrêmement compétitif. C’est aussi un outil important pour tous les éleveurs, qui pourront mieux promouvoir leurs produits. » #17 I SEPTEMBRE/OCTOBRE 2018 I ISÈRE MAG F. Pattou/R. Juillet/A. Berlioz > 19 >



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 1[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 2-3[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 4-5[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 6-7[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 8-9[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 10-11[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 12-13[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 14-15[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 16-17[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 18-19[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 20-21[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 22-23[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 24-25[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 26-27[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 28-29[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 30-31[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 32-33[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 34-35[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 36-37[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 38-39[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 40-41[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 42-43[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 44-45[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 46-47[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 48-49[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 50-51[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 52-53[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 54-55[38] Isère magazine numéro 17 sep/oct 2018 Page 56