[38] Isère magazine n°150 mar/avr 2015
[38] Isère magazine n°150 mar/avr 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°150 de mar/avr 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Isère

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 8,4 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... 70 ans après les premières conquêtes féministes, une femme est-elle égale à un homme ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
s Coups de cœur n Nous sommes l’avenir Du 15 avril au 2 mai A Grenoble D.R. A l’occasion du centenaire du génocide des Arméniens, qui fit plus de 1 500 000 victimes en 1915, la Maison de la culture arménienne de Grenoble et du Dauphiné organise une exposition consacrée au sauvetage des orphelins du génocide. Nous sommes l’avenir, mêle de façon inédite photos d’archives, documents familiaux et les travaux de dentelle réalisés par les jeunes orphelines entre 1818 et 1923 qui leur permirent de gagner leur vie tout en perpétuant l’art de la broderie arménienne. Articulée autour de volets consacrés à l’histoire du génocide, au sort des rescapés, aux enjeux des secours, mais aussi aux descendants des orphelins, l’exposition rend un vibrant hommage au courage de ces hommes et ces femmes qui furent privés d’enfance. Ancien Musée de peinture. Visites commentées gratuites. 04 76 48 59 38. n La Passion du Christ A Tullins-Fures D.R. Pour son 20 e spectacle, la troupe de la Passion de Tullins réunit à nouveau les évangiles et le monde d’aujourd’hui. Intitulé Rien ne se fera sans toi, ce son et lumière interprété par une centaine d’acteurs amateurs débute sur un dialogue entre l’évangéliste Marc et quelques disciples pour laisser la place au spectacle de la « Passion du Christ ». Dans cet épisode qui regroupe les événements ayant précédés et accompagnés la mort de Jésus, la troupe s’attache à retranscrire sa vie publique, le repas pascal, la trahison, la crucifixion et la résurrection. Une seconde partie, inédite et contemporaine prend place dans un aéroport où une succession de saynètes révélant des rencontres inattendues sont accompagnées de chants interprétés en direct par des chœurs et des solistes. Eglise de Tullins. A 15 h 30. Le 21/03, à 20 h 30. 04 76 07 84 18. F. Lemaire F. Lemaire A Saint-Hilaire-de-la-Côte n Couleurs d’Afrique Le 4 avril Pour la 17 e année consécutive, l’association Orodara/Saint-Hilaire organise son festival Couleurs d’Afrique dont le grand marché africain marque traditionnellement l’ouverture. Cette année, la plus grande librairie africaine de la région reçoit l’écrivain Eugène Ebodé, qui vient présenter son dernier roman Souveraine magnifique. Également au programme du festival 2015 : des contes en compagnie d’Aymée Tardy, des percussions africaines, des ateliers créatifs pour les enfants, des initiations au maquillage et tresses africaines… La soirée consacrée à un grand concert vous propose de découvrir le groupe « Sabaly » qui mixe musique traditionnelle africaine, funk et reggae. Salle polyvalente. De 10 h à 23 h Entrée libre hors concert. 04 74 54 28 81.www.couleursdafrique.fr A Saint-Quentin-Fallavier n 6 e Nuit de la magie Les 10 et 11 avril Reconnue aujourd’hui comme l’un des plus grands galas de l’Hexagone, La Nuit de la magie accueille des milliers de spectateurs chaque année. Cette nouvelle édition propose encore un plateau hors du commun avec au casting : la participation exceptionnelle des Kamyléon, champions du monde et, distinction suprême, Mandrakes d’or de leur discipline, la grande illusion. A l’affiche également, Erwan (magie des oiseaux), Bertox (jonglage, effets d’optique), Alana (la femme à 5 mains), Pepi et Othello (magie comique), Ta Na Manga (magie poétique). Au Médian. A 20 h 30. 06 14 31 91 30. www.lanuitdelamagie.fr D.R. Enfant A Saint-Martin-d’Uriage n Dans les montagnes Le 4 mars -. - 4 11.12 ! !.r. Le Théâtre des Lyres installe sa « montagne » dans un décor de livres et de papier qui devient alors lui-même un théâtre d’images et d’objets. Un lieu magique où naissent de tragiques destinées, se déroulent de merveilleuses aventures et de fantastiques exploits. On y découvre les falaises, les forêts, les alpages et les pistes de ski, comment le grand-père a construit son chalet, où il emmenait paître vaches et moutons, on y aperçoit le tétras-lyre, le mouflon et d’autres animaux encore, on se réjouit des légendes des Trois Pucelles et du Mont Aiguille… Le Belvédère. A 17h. 04 76 89 10 27. D.R. A Saint-Maurice-l’Exil n Bastien Bastienne Le 11 mars Bastien Bastienne est un opéra formidable pour qui veut instaurer le dialogue avec de jeunes enfants. Écrite par Mozart alors qu’il n’a que 12 ans, cette œuvre, entre espièglerie et gravité, traite des interrogations d’un enfant du XVIII e siècle sur son entrée dans le monde des adultes. Des interrogations qu’on découvre finalement assez proches de celles que se pose un enfant d’aujourd’hui. Sur une scène, une vieille femme joue du Mozart sur son accordéon. Son compagnon Jojo, vagabond au grand cœur, pousse un vieux Caddie, dans lequel sont entassés une quantité d’objets hétéroclites qui vont servir à la construction des différents espaces scéniques de l’opéra… Salle Louis Aragon. A 20h, Tec, 04 74 29 45 26. Livres Chroniques n La Météo au fil du temps Gwendoline Beziau et Anne- Laure Biston, Éditions Dauphiné Libéré. 185 p., 17,90 euros Quel temps faisait-il l’année de votre naissance ? Et demain, quel temps fera-t-il ? Rages de vent, pluies torrentielles, avalanches, coulées de boues, tempêtes de T p neige… Le IL -177 Dauphiné Libéré a revisité 70 ans d’archives de 1945 à aujourd’hui pour en extraire les faits marquants de l’actualité météorologique entre Genève et la Méditerranée. Une anthologie illustrée des hivers d’antan et des étés d’hier, telle un recueil de morceaux choisis, accompagnée de vieux dictons et d’interviews d’experts sur le climat et ses évolutions. AEA 4 IA M E.temps Roman n La Pascuane De Jack Lesage. Éditions Thot. 204 p.19 euros. Sorti de l’École nationale supérieure des mines, Matthieu Lebouillé est envoyé en mission au Chili, dans le secteur de l’Atacama, un désert à la frontière du Pérou et de la Bolivie. Il fait la connaissance des frères Tatache qui, après quelques verres, lui proposent un coup « fumant » : libérer Juanita détenue dans une grotte de l’île de Pâques, lieu du culte immémorial de l’homme-oiseau… Pour son premier roman, Jack Lesage, journaliste, cinéaste et photographe isérois de 91 ans, a mis un peu de ses souvenirs de voyages et de son expérience de reporter au service de son héros. Entre aventures rocambolesques, arnaques et roucoulades, le lecteur voyage de Mouthe, village du Haut-Doubs, au Mont Aiguille, en passant par l’Albanie, la Pologne, Grenoble et le Trièves au travers de chapitres aux noms fabuleux : Santiago Go Go Go ! Le tuf qui tue ; Badinage au pied du Mont… I r >46 Isère Magazine - mars 2015
C’est notre histoire n C’était le 6 janvier 1671 Le Camus : le cardinal pénitent Photos : G. Depolier. D. Vinçon/Musée de l’Ancien évêché Au XVII e siècle, Monseigneur Le Camus a administré le diocèse de Grenoble, 300 paroisses, pendant 36 ans, dans l’humilité, la piété et le don de soi. On disait qu’il était le prélat le plus admiré de son époque. Il n’est pas le plus connu des personnages qui ont marqué l’histoire de notre département. Pourtant, ses contemporains ne juraient que par lui avec, en premier lieu, Louis XIV, qui le portait en grande estime, ou encore le fabuliste Jean de la Fontaine qui écrivait à son sujet : « Il savait (manier) la langue à miracle et son esprit était, en tout, au-dessus du commun ». De la frivolité à la pénitence Né en 1632, à Paris, au sein d’une famille de la noblesse de robe, Étienne Le Camus est le 8 e enfant d’une fratrie de 10. Après des études de rhétorique à la Sorbonne, il se tourne vers la philosophie et la théologie et obtient son doctorat à l’âge de 18 ans. L’affaire de la « Régale » Ordonné prêtre, il entre à la cour, en 1654, en qualité d’aumônier du roi. Très vite, son esprit plein de finesse et ses manières distinguées le font remarquer de tous. Il est de toutes les fêtes et, peu à peu, se laisse gagner par une frivolité coupable. Jusqu’à cet épisode où, en pleine Semaine sainte, il se rend au château de Roissy en compagnie de gentilshommes peu fréquentables. Au lieu de « faire maigre », violons et ripaille sont au programme. Prévenus de cet écart, la reine-mère et son ministre, Mazarin, le font exiler à Meaux. Anéanti par le remords, Le Camus entre au monastère de la Trappe, en Normandie, pour y passer le reste de sa vie. Mais au bout de quelques années de pénitence, ses protecteurs, Colbert et l’abbé de Rancé, notamment, insistent pour qu’il revienne à Paris, le jugeant bien plus utile, pour la religion, en société que n Depuis François 1 er, les rois de France peuvent nommer les évêques dans une partie du royaume et percevoir les revenus des évêchés en cas de » Le pape » Louis XIV vacance de poste. Louis XIV, qui veut généraliser ce droit dit « de Régale » à tout le royaume, Innocent XI se heurte à l’hostilité du pape Innocent XI, qui refuse alors de donner sa bénédiction aux évêques nommés par le roi. Cette affaire « politico-financière » durera 30 ans et Le Camus sera l’un des principaux intermédiaires désignés par le pape pour faire fléchir le roi Soleil. » Le cardinal Étienne Le Camus, surnommé le cardinal des montagnes, en tenue de cérémonie. En second plan, le groupe évêché-cathédrale de Grenoble reclus dans le silence. Transformé, il accepte mais s’installe dans une maison isolée, loin du Paris de la luxure. Il se lance alors dans l’étude des Évangiles, écrit sur les Saints Pères et pratique l’ascèse à outrance jusqu’à voir la mort de près. « Mais Dieu n’a pas jugé à propos de m’attirer à lui », confie-t-il. Alerté par sa santé, Louis XIV le tire de son austère retraite et le nomme, le 6 janvier 1671, à l’évêché de Grenoble. Le cardinal des montagnes Ordonné évêque le 24 août 1671, il arrive à Grenoble, le 4 novembre, et se met tout de suite au travail. La tâche est immense. Cela fait quatre ans que le diocèse, qui compte 300 paroisses, n’est plus administré. L’ancien prélat, Pierre Scarron, est décédé en 1668 et personne n’a été désigné pour le remplacer. Fidèle à ses principes, Le Camus mène une vie austère, mange très peu et couche sur un lit de paille. Il se déleste peu à peu de sa fortune personnelle qu’il investit dans des écoles, hôpitaux, couvents et séminaires comme celui de Saint-Martin-de-Miséré, à Montbonnot, destiné à former de jeunes prêtres, ou celui des Minimes à Grenoble. Mais sa popularité, il la tient surtout de la proximité qu’il entretient avec ses paroissiens. Chaque année, il visite son diocèse, dort chez l’habitant et prêche comme un pécheur, s’accusant d’en être le premier. « Qui ne sert Dieu qu’à moitié, ne le sert pas du tout », affirme-t-il. À ce rythme, le diocèse de Grenoble passe rapidement pour être « le mieux réglé et le plus sagement administré de France. » Une situation qui réjouit le pape Innocent XI qui le nomme cardinal, le 2 septembre 1686. Le Camus accepte mais, du coup, devient persona non grata auprès de Louis XIV. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’il fait preuve d’indépendance. La révocation de l’Edit de Nantes, en 1685, interdisant le protestantisme, s’accompagne de persécutions que Le Camus proscrit dans son diocèse. Il se distingue aussi dans l’affaire de la Régale où il joue un rôle majeur dans la résolution de ce conflit entre la papauté et le royaume de France. Si il a fait beaucoup pour ses paroissiens, Le Camus a aussi œuvré pour que l’Église retrouve un certain éclat. Il fait réaménager le palais épiscopal, abritant aujourd’hui le musée départemental de l’Ancien évêché, la cathédrale de Grenoble ainsi que le château d’Herbeys. Il s’éteint le 12 septembre 1707 et est inhumé en la cathédrale de Grenoble. En 1793, les révolutionnaires vandaliseront sa sépulture. n Richard Juillet >47 Isère Magazine - mars 2015



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :