[38] Isère magazine n°14 jan/fév 2018
[38] Isère magazine n°14 jan/fév 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de jan/fév 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Isère

  • Format : (210 x 279) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 10 Mo

  • Dans ce numéro : l'Isère, terre olympique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
> 52 > ENSEMBLE 1 2 3 JEUX CONCOURS DÉTENTE PROLONGATION DU JEU-CONCOURS RACONTEZ-NOUS VOS JO ! QUATRE SÉJOURS EN MONTAGNE À GAGNER EN ISÈRE JUSQU’AU 15 MARS 2018 Le 6 février 1968, les X es Jeux olympiques d’hiver de Grenoble étaient ouverts. Si la ville de Grenoble porta la candidature, c’est, en revanche, toute l’Isère qui fut mobilisée pour la réussite de ces olympiades. Que vous soyez de l’Oisans, de Crémieu, de Bourgoin-Jallieu ou d’ailleurs, racontez-nous vos JO  : récits, anecdotes… POUR PARTICIPER  : Envoyez votre texte sur la page Facebookisere le departement jusqu’au 15 mars 2018. PARMI LES NOMBREUX TÉMOIGNAGES DÉJÀ RECUEILLIS… > SUZE LA FONTAINE  : Et oui, j’ai porté la flamme en bronze, la belle flamme. Avec le club de judo de Pontcharrasur-Breda, que de souvenirs. Nous étions tous réunis dessous le général de Gaulle. > BÉATRICE GONZALEZ  : J’avais été sélectionnée pour chanter dans un chœur lors de la cérémonie d’ouverture. C’était très émouvant. J’avais une vue superbe sur Alain Calmat qui montait ce long escalier en portant la flamme et qui alluma cette vasque devenue superbe. > DOMINIQUE TROVERO  : J’avais 12 ans. J’étais hospitalisée à l’hôpital Sud. Du coup, ISÈRE MAG I JANVIER/FÉVRIER 2018 I #14 j’avais regardé la cérémonie d’ouverture des Jeux à la télévision dans ma chambre. Je m’en souviens très bien. > JEAN DEMARTINI  : J’avais 14 ans et papa nous a descendus de Mens pour voir le feu d’artifice que nous avons entre-aperçu tout loin là-bas au fond du cours Jean-Jaurès, bloqués par une foule immense. > CLAUDINE REYNIER  : J’avais 13 ans. J’étais à la cérémonie d’ouverture avec l’école. Quels beaux souvenirs  : quand Calmat monte les marches et allume la flamme, la déclaration du général de Gaulle, le beau feu d’artifice de la Bastille… C’est de beaux souvenirs. > JEAN-MARIE CHAPUY  : Pas de photos en ce qui me concerne mais un récit. J’ai porté la flamme olympique du côté de La Tour-Sans-Venin, flamme qui montait à Saint-Nizier. > VALÉRIE COPPLET  : J’avais 8 ans et avec mes parents nous regardions les JO de Grenoble sur notre 1 re télé en noir et blanc que mon père avait achetée pour l’occasion... > MARYSE DOLIN  : J’y étais. J’avais gagné ma place au lycée Fantin-Latour. J’étais en 6e. Plein de souvenirs de cette manifestation mais pas de photos perso. Dommage. Les photos sont dans la mémoire visuelle. > FRANÇOISE VITINGER  : Je travaillais dans une entreprise de fabrication de vêtements de sports et nous avions la permission de sortir de l’entreprise toutes en blouses bleues sur le boulevard Maréchal-Foch pour voir le général de Gaulle passer ! J’avais 19 ans. > NATHALIE GARÇON  : J’avais 3 ans et j’ai eu la mascotte schuss en cadeau. On l’a encore. Musée Dauphinois
GASTRONOMIE LA RECETTE DU MAÎTRE-RESTAURATEUR FILET DE BŒUF FARCI À LA PÉRIGOURDINE 10, rue Bayard, à Grenoble ; 09 83 35 27 77. Par Annick Berlioz Chef du Relais de Touchane (à Saint- Guillaume), Jean-Marc Bourgne adapte les recettes de son sud-ouest aux produits locaux et... réciproquement. Face à l’église, son établissement participe à la vitalité à l’année d’un village des balcons Est du Vercors. Sa table est généreuse et sa mère Eliane, référence gastronomique, toujours fidèle aux fourneaux pour le seconder. INGRÉDIENTS  : 800 g de filet de bœuf bio de la ferme du Parc à Pierre-Châtel, une escalope de foie gras du Périgord de 320 g, un gros oignon doux émincé, une gousse d’ail, 250 g de cèpes frais (ou l’équivalent séchés), miettes de truffe du Périgord (ou jus de truffe), sel, piment d’Espelette, graisse de canard. Pour la garniture  : 4 ou 5 pommes de terre Amandine, un gros oignon doux émincé, une tranche de courge du Trièves ou autre Difficulté légume de saison, un petit morceau de gingembre, un œuf, un petit verre de crème fraiche. PRÉPARATION  : Garniture  : mixer la courge crue au blender, ajouter l’œuf, la crème, un peu de gingembre râpé, deux pincées de piment d’Espelette et autant de sel, enfourner dans des ramequins durant 30 mn à 170°. Pendant ce temps, cuire à la vapeur les pommes de terre, les trancher, puis les faire revenir avec l’oignon dans la graisse de canard. Farce  : faire revenir dans la graisse de canard l’escalope de foie gras détaillée en cube, les cèpes, l’oignon émincé et la gousse d’ail écrasée. Viande  : détailler le filet de bœuf en 4 morceaux de 5 ou 6 cm d’épaisseur, les trancher comme un sandwich dans la longueur, saisir dans une poêle antiadhésive très chaude en aller-retour. Fourrer avec la farce. Passer au four préchauffé à 180° durant 3 mn, servir sans attendre avec la garniture. Le chef conseille un vin rouge de Bergerac en accompagnement. GRENOBLE 20 mn. 30 mn. 4 JEUX CONCOURS DÉTENTE I ENSEMBLE MATHIEU MELO  : IL CROQUE LA VIE À PLEINES DENTS Victime d’un AVC en 2013, Mathieu Melo n’a pas baissé les bras. Aujourd’hui, il dirige avec sa compagne un restaurant au cœur de Grenoble où il régale ses convives avec sa cuisine, mais aussi ses photographies. la tête d’Au Mets-Cliché, un restaurant qu’il a ouvert en mars À 2017 à Grenoble, Mathieu Melo, 32 ans est un cuisinier atypique. Le 18 février 2013, il est terrassé par un AVC et perd l’usage de son bras et de sa jambe gauche. Durant sa convalescence, il revient à sa première passion, la photographie  : des œuvres originales et étonnantes qui mettent en valeur les taillures de crayons colorées. Deux ans plus tard, il peut reprendre son travail à l’auberge de Malatras, à Tullins, où il est employé comme chef pâtissier. Son souhait, monter un restaurant qui soit aussi sa galerie. Aujourd’hui, le rêve s’est réalisé. Spécialiste de la bonne cuisine française, Mathieu est animé par un formidable appétit de vivre qu’il fait partager. Seul aux fourneaux, il réalise tout de A à Z, entrées, plats et desserts et concocte en moyenne de 15 à 20 couverts par service. Parmi ses spécialités, le mignon en croûte parfumé au saint-marcellin avec sa sauce aux chanterelles ou encore le nougat glacé aux noix de Grenoble. #14 I JANVIER/FÉVRIER 2018 I ISÈRE MAG A. BerliozC. Lacrampe > 53 >



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 1[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 2-3[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 4-5[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 6-7[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 8-9[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 10-11[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 12-13[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 14-15[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 16-17[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 18-19[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 20-21[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 22-23[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 24-25[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 26-27[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 28-29[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 30-31[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 32-33[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 34-35[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 36-37[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 38-39[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 40-41[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 42-43[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 44-45[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 46-47[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 48-49[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 50-51[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 52-53[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 54-55[38] Isère magazine numéro 14 jan/fév 2018 Page 56