[38] Isère magazine n°133 fév/mar 2013
[38] Isère magazine n°133 fév/mar 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°133 de fév/mar 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Isère

  • Format : (230 x 299) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 19,4 Mo

  • Dans ce numéro : cette maladie qui nous bouleverse, Alzheimer.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Vivre mieux Photos M. Giraud - F. Pattou - Illustration B Fouquet GRENOBLE Le collège de Mens est l’un des quatre collèges publics de l’Isère qui possède un internat. Comment y vit-on ? Pourquoi les parents y envoient-ils leurs enfants ? MENS » Le village de Mens dans le Trièves. L’internat, c’est lui qui a voulu y aller. Timothée, 11 ans, originaire de la petite ville d’Eybens dans l’agglomération grenobloise, souhaitait être au calme pour mieux travailler. « J’ai une sœur » Zoom Quatre collèges-internats en Isère ■ ■ ■ ■ de 7 ans et un petit frère de 3 ans qui m’empêchent de me concentrer. » Alors,enseptembredernier,Timothée a fait sa rentrée en 6 e à l’internat du collègeLeTrièvesàMens:unétablissement de 210 élèves, qui accueille 18 internes cette année. Construit dans les années 1960 avec un internat pour les enfants les plus éloignés du chef-lieu de canton, le collège de Mens a été reconstruit par le Conseil général en 2011. L’équipe pédagogique a profité de cette dynamique pour créer un nouveau projet autour de l’internat. « Jusqu’en 2011, nous recevions surtout des enfants en difficulté, explique le principal du collège, Jacques Rivoire. Depuis la rentrée2011,nousouvronsnosportes à tous les jeunes Isérois. » Autre nouveauté, la création d’une classe « sport », pour les enfants motivés par des activités sportives plus intenses. « L’idée est de s’appuyer sur le sport pour inculquer le sens de l’effort », souligne le principal. En septembre 2012, le collège a ainsi intégré 9 nouveaux pensionnaires de 6e. « Notre objectif est d’accueillir chaque année 12 nouveaux élèves pour que l’internat de 48 places fonctionne à plein régime dans trois ans. » Loin des tentations La plupart des enfants sont issus des agglomérations de Grenoble, Vienne et Bourgoin-Jallieu. Mais pourquoi choisit-on l’internat aujourd’hui ? « Les raisons sont variées, répond le principal.Certainsenfants ont besoin derepèresetd’uncadredetravailplus structuré. D’autres souhaitent d’euxmêmes sortir du cocon familial parce qu’ils ne s’entendent plus avec leurs frères et sœurs ou leurs parents. Pour la classe sport, il s’agit souvent de jeunes qui ont motivé leurs parents. » AMens,touteslesconditionssontréunies pour bien travailler. Le collège a mis en place un projet pédagogique qui favorise la réussite scolaire. « L’établissement est situé dans un cadre exceptionnel au cœur d’une petite commune de 1 400 habitants, loindestentations »,souligneAnnette >12 Isère Magazine-février-mars 2013
Pellegrin, maire de Mens et conseillère générale du canton. Les jeunes arrivent le lundi à 8 heures par un car spécialement affrété qui part à 6 h 50 de la gare de Grenoble. Retour le vendredi à 16 h 30 après une semaine bien remplie. Tous les jours, lescourscommencentà8h30pourse terminer à 16 h 30. Les élèves qui ont choisi la filière sport ont dix heures d’activitésphysiques hebdomadaires contre quatre heures pour les autres classes. Equitation, biathlon, course d’orientation, escalade, VTT… de nombreuses disciplines leur sont proposées. Quatre internats en Isère Le soir, après les cours, les internes ont 1 h 30 d’étude obligatoire encadrées par des assistants d’éducation ou des enseignants qui les aident dans leurs devoirs. Les repas sont pris à 18 h 45 du restaurant scolaire. Puis temps libre en salle de détente autour d’activités communes : jeux de société, tennis de table... A 20 h 15, tout le monde monte dans sa chambre et à 21 heures, extinction des feux. Deux surveillants restent sur place. En Isère, on recense quatre internats publics:Villard-de-Lansaccueilledes jeunes qui se destinent à une carrière sportive de haut niveau, Bourgd’Oisans est réservé aux enfants des villages et hameaux du canton et des communes limitrophes, Pont-en- RoyansetMenssontouvertsàtousles jeunes Isérois. « Ces établissements permettent de renforcer les effectifs des collèges de zones isolées et à touteslesfamillesdel’Isèred’accéder à l’internat pour un coût modique », explique André Colomb-Bouvard, vice-président du Conseil général chargé des collèges. AMens, le coût d’une année scolaire est de 1 350 euros par an hors transport,avecpossibilitédebénéficierdes bourses scolaires. L’admission se fait sur dossier, après un entretien avec les professeurs. Les élèves qui optent pour la classe sport doivent aussi passer des tests sportifs. « L’objectif est de s‘assurer de leurs capacités sportives et de leurs aptitudes à vivre en collectivité », explique le principal de Mens, qui tire un bilanpositifde lavie en internat. « Nos pensionnaires progressent. Cela se voit non seulement sur les notes, mais aussi sur le comportement. » ■ Annick Berlioz Paroles d’internes ▲ Timothée, 11 ans ai voulu intégrer le collège de Mens pour l’équitation : j’adore les chevaux. Cette immersion en pleine nature me fait du bien. Ici, le temps est plus cadré qu’à la maison. Il y a des moments pour le travail et d’autres pour les loisirs. Je suis moins tenté de surfer sur Internet. » ▲ Laurine, 11 ans internat, c’était un monde inconnu. Au départ, j’étais un peu triste de quitter mes copines. Aujourd’hui, je suis contente d’être là. Je me sens plus responsable que lorsque je vivais chez mes parents. J’ai appris à devenir une grande fille qui sait s’organiser. » Paroles des parents ▲ Hélène Saglio orsque la maîtresse a présenté l’internat de Mens, Timothée a été fasciné. Ce qui l’a motivé : la classe sport et surtout l’équitation. Il a réussi à nous convaincre. Après quelques mois difficiles, il a trouvé son rythme et pris de l’assurance. » ▲ Frédérique Grumbach ai quatre enfants que j’élève seule, dont Andréas en pleine crise d’adolescence. J’avais du mal à lui imposer des limites. D’où le choix de l’internat. Aujourd’hui, je suis très satisfaite : chaque vendredi, je reçois un mail du principal me faisant la synthèse de la semaine. » >13 Isère Magazine-février-mars 2013



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :