[38] Isère magazine n°132 janvier 2013
[38] Isère magazine n°132 janvier 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°132 de janvier 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Isère

  • Format : (228 x 300) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 19,3 Mo

  • Dans ce numéro : budget 2013.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
Ils font l’Isère Ces associations qui font Santé Vivre avec un cancer du sein Avec 53 000 nouveaux cas en France, le cancer du sein est le cancer féminin le plus répandu et le plus meurtrier aussi. Chaque année, il touche une femme sur huit. « La maladie ne s’attaque pas qu’à l’organisme, explique Aline Haberer, présidente du Groupe de rencontre en oncologie psychosomatique (Grops). Elle touche les femmes au plus profond de leur intimité. Bien souvent, leurs conjoints n’arrivent pas à faire face et préfèrent se dérober. » Créé à Grenoble en 1994, le Grops soutient chaque année des centaines de femmes concernées par la maladie. L’association est essentiellement composée de bénévoles venues à bout de cette épreuve après des années de lutte. « Ces anciennes malades sont les mieux à même de comprendre la souffrance et de prouver qu’il est possible de s’en sortir », explique Aline Haberer. Formées à l’écoute, ces femmes – une vingtaine aujourd’hui – assurent des permanences hebdomadaires au local de l’association et un accueil téléphonique 7 jours/7, où elles donnent des conseils et font partager leur bonheur de vivre. Soucieux de mieux protéger les malades et de leur garantir une meilleure protection sociale, le Grops intervient aussi auprès des élus. ■ Contact : 04 76 87 28 29 M. Giraud Université populaire Le savoir à la carte Avec 380 adhérents, le succès de l’UICG (Université intercommunale du Grésivaudan) dépasse les prévisions les plus optimistes. Cette association, créée en octobre 2010 par des habitants de la vallée du Grésivaudan (entre Grenoble et Chambéry), avec le soutien de la Communauté de communes, invite ses adhérents, quels que soient leur formation initiale et leur âge, à participer à des cours, dans une ambiance conviviale et décontractée. Ici, ni examen, ni diplôme, juste le plaisir de se cultiver dans un cadre joyeux et stimulant. « L’originalité de notre université est d’être décentralisée sur tout le territoire. Nous sommes sur 14 communes aujourd’hui, entre Biviers et Pontcharra », précise Michel Montier, président de l’association. L’UICG propose déjà 24 cours dispensés par 20 professeurs – des universitaires souvent éminents dans leur domaine - dont un tiers de bénévoles. De la pensée antique à l’histoire du jazz, en passant par la flore des Alpes, l’actualité financière ou l’astronomie, le choix est éclectique. Un comité d’orientation, composé de représentants du monde universitaire, économique, industriel et artistique, garantit la cohérence des programmes. Si le public de retraités est majoritaire, de nombreux cours sont organisés en soirée pour séduire les jeunes actifs, qui représentent aujourd’hui 40% de l’auditoire, contre 20% il y a deux ans. ■ Contacts : 06 46 63 76 55. www.uicg-gresivaudan.fr M. Giraud Patrimoine ■ La mémoire du Pays des Couleurs Une belle façade en pierre, un cadran solaire et un toit à quatre pans plein de caractère… À Morestel, la Maison du Pays des Couleurs, bâtiment du XIX e siècle ayant servi de relais de Poste, accueille aujourd’hui un espace d’exposition et de valorisation du patrimoine. « C’est une vitrine pour notre territoire. Sa vocation : promouvoir et faire (re)découvrir les traditions, le patrimoine et les savoir-faire locaux », explique Maurice Belantan, président de l’Association de la Maison du Pays des Couleurs (AMAPAC). Avec 80 bénévoles, l’association participe depuis 1993 à l’animation et à la gestion du lieu, en partenariat avec la Communauté de communes. Au programme : trois expositions par an, sur des thèmes très variés – le pain, le 7 e art, le bois, la guerre d’Algérie… –, revisités à travers l’histoire locale. Des événements qui attirent 4 000 visiteurs par an. L’AMAPAC a aussi créé « l’Écoute patrimoniale », une action originale consistant à recueillir oralement les souvenirs des « anciens » sur la vie quotidienne et les métiers d’antan, l’extraction de la tourbe, la pierre… « Ce patrimoine oral a été compilé dans 16 CD. L’objectif : le sauver de l’oubli et le transmettre aux plus jeunes. », poursuit Maurice Belantan. Une transmission qui se fait aussi en direct dans les écoles, où des bénévoles vont à la rencontre de 3 500 enfants par an. Un lien entre les générations, un pont entre le passé et l’avenir… ■ Contacts : 04 74 80 39 30 ou www.lepaysdescouleurs.fr >42 Isère Magazine - janvier 2013
bouger l’Isère Culture ■ La voix du rire De nombreux scientifiques l’ont prouvé : le rire est un excellent remède contre le stress et la dépression. Alors pourquoi s’en priver ? Depuis 2011, la Compagnie des Ateliers du rire propose des spectacles humoristiques, dans l’esprit du « Café de la gare » de Romain Bouteille. « L’humour est trop peu joué, explique Mickaël Biéche, un jeune et talentueux humoriste isérois de 29 ans qui a fondé cette association à Grenoble. C’est pourquoi, j’ai décidé d’aller à la conquête du public, en dehors des salles de spectacles, dans les bars et restaurants de la région. » Le principe ? Cinq à dix artistes se produisent durant une heure trente en groupe ou en solo avec l’expression qui leur convient : slams, chansons, magie ou comédie. S’enchaînent des situations ubuesques, s’inspirant de faits divers ou de l’actualité. Autre originalité : dans un deuxième temps, le public est invité à monter sur scène et à devenir acteur pendant quelques minutes. « Tous nos sketchs sont des échantillons de nos spectacles plus longs. Le but est de nous faire connaître auprès des programmateurs de tournées nationales et régionales. » En un an, plus de 1200 personnes ont assisté à une représentation de cette jeune troupe d’humoristes et deux artistes de l’association, Nicolas Meyrieux et Mickael Biéche, se sont fait remarquer à Paris. ■ Contact : www.lesateliersdurire.com D.R. Souvenir La mémoire est un devoir ! « N os gardiens ont fêté joyeusement Noël. Champagne, cognac, cigares... Pour eux, on a dressé les potences, deux prisonniers furent pendus ! Les yeux remplis de bonheur, les SS ont remercié leur Führer. » « Ce témoignage ne peut laisser personne indifférent », souligne Jean-Paul Blanc, fils de déporté et vice-président de l’Association des déportés, internés et familles de disparus de l’Isère (Adif 38). Au mois de juin dernier, avec Pierre Gascon, président de l’Adif 38, et le soutien du Conseil général, il a accompagné une trentaine de lycéens isérois, lauréats du Concours national de la Résistance et de la déportation, au camp de concentration de Natzweiller-Struthof, près de Strasbourg. C’est dans ce lieu, devenu aujourd’hui un mémorial, qu’il a pris connaissance de ce té- moignage ignoble et pu échanger avec les jeunes élèves sur la vie concentrationnaire et le calvaire des déportés. « C’est pour nous un devoir de mémoire », explique-t-il. Créée en 1950, l’Adif 38, forte de 40 adhérents, poursuit le même objectif que ses consœurs des autres départements : réunir des « survivants » de camps, des déportés, pour témoigner et sensibiliser l’opinion et plus particulièrement les jeunes générations, aux valeurs de la Résistance, des Droits de l’homme et de la démocratie. Outre ces visites scolaires planifiées chaque année, l’Adif 38 organise des conférences dans les collèges et lycées et participe à des commémorations comme la Journée nationale du souvenir et de la déportation, chaque année en avril. Contact : 04 76 73 27 20. D.R. en bref Entraide informatique Vous maîtrisez l’informatique, êtes un fin pédagogue et avez un peu de temps pour transmettre vos connaissances. Alors rejoignez « Entraide informatique ». Cette association recherche des bénévoles indemnisés aptes à conseiller gratuitement des particuliers dans l’installation de matériel, l’utilisation de logiciels, l’entretien de l’ordinateur et autres petits coups de main. Contact : 04 76 90 73 04. De Main en main Pour 19 euros par an, il est possible d’assurer la scolarité d’une jeune fille au Bénin ! Forte d’une trentaine d’adhérents souscripteurs et d’une quinzaine de bénévoles, l’association De Main en main, créée en 2012 par deux couples de Fontainois, soutient déjà 12 jeunes filles, orphelines ou en grandes difficultés au collège d’Ouédémé-Adja. L’association a pu aussi équiper quatre salles de classe, une bibliothèque et des salles de dispensaire avec du matériel récupéré en France. De Main en main recherche aujourd’hui du matériel scolaire, de cantine, des fournitures sanitaires et médicales. Et, bien sûr, de nouveaux soutiens pour aider à scolariser davantage de jeunes filles. Contacts : 04 76 26 78 28, demainenmain@laposte.net http://demainenmain.wifeo.com/Devenez visiteur de prison L’Association nationale des visiteurs de prisons (ANVP) intervient régulièrement à la maison d’arrêt de Varces auprès des détenus. Mission : accompagner au mieux les personnes incarcérées par une écoute active en vue de les aider à se responsabiliser et à repartir du bon pied à la sortie. L’association, qui compte une dizaine de bénévoles en Isère, participe aussi à la vie de la maison d’arrêt et à l’accueil des familles des détenus. Contact : 04 76 09 70 63. Au service des autistes Le 6 novembre dernier, le Rotary club Grenoble Drac-Romanche a remis un chèque de 900 euros à l’association « Autisme vie » qui accueille des enfants et adultes autistes en leur proposant un large panel d’activités. Cette somme permettra de financer la formation de parents autistes à la méthode ABA (Analyse appliquée du comportement) utilisée par les psychologues. Contact : 04 76 24 45 49 >43 Isère Magazine - janvier 2013



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :