[38] Isère magazine n°132 janvier 2013
[38] Isère magazine n°132 janvier 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°132 de janvier 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Isère

  • Format : (228 x 300) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 19,3 Mo

  • Dans ce numéro : budget 2013.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
Territoires d’Isère Une atmosphère de rêve nordique C. Lacrampe » Depuis 2005, Christian Palmera est l’un des 25 bénévoles et l’un des 13 chauffeurs de la Navette mortillone qui assure une rotation gratuite de la mairie aux pistes durant les vacances de neige. 1970 par Marcelle et Jean-Marie Andrieux qui œuvrèrent pendant des décennies à l’animation de la station et qui viennent de passer la main (voir portrait). Quelques petits immeubles furent édifiés en copropriété, des fermes réhabilitées. Un groupe de fidèles skieurs et montagnards, amoureux du site et de la station, venus de Saint-Étienne, Lyon ou Valence firent construire leurs chalets autour des quelques hameaux du village. Ces résidences secondaires sont, pour certaines, mises en location de vacances. Mais les lits manquent encore. Si les jours de bonne neige et de soleil, 4 000 personnes dévalent les pistes, la majorité redescend à la nuit tombée et la station se vide. Aussi pour le maire de La Morte, Guy Abonnel, la priorité est d’obtenir l’autorisation de construire un complexe d’accueil touristique de 400 C. Lacrampe Tourisme doux » Essia et Rufin Gutierrez - ici avec leur fils Jean-Baptiste -, originaires de Corse, viennent de reprendre les Gentianes, seul hôtel de l’Alpe, avec une table gourmande et un bar convivial. et 500 lits, bien intégré au paysage pour ne pas dénaturer le site plus bois que béton. « Nous avons bon espoir de voir aboutir ce projet. » se réjouit-il. En attendant, la commune, signataire de la Charte nationale des stations de montagne en faveur du développement durable, s’implique dans un tourisme doux : mise en place récente d’un tri sélectif, navette gratuite sur la station, chemins piétonniers damés. À l’Alpe-du-Grand-Serre c’est à chacun sa trace ! En marge du ski de piste et du ski de randonnée, deux valeurs sûres de la station (voir encadré), les fondeurs se font plaisir sur de nombreuses boucles qui leur sont dédiées et les attelages à chiens disposent de quelques circuits. Quant aux amateurs de raquettes à neige, ils évoluent sur 35 km d’itinéraires balisés en cinq circuits dont un d’une quinzaine de kilomètres. C. Lacrampe » Sylvie Rey-Vieux tient un salon de coiffure dans la galerie marchande de l’Alpe depuis 1982. C’est la seule coiffeuse de la station plébiscitée par les touristes comme par les résidents ! Il s’agit d’itinéraires sauvages, non damés, en pleine nature, qui affichent leurs atouts : Balcon de la Romanche, Animaux de nos montagnes, Bois Faudant ou même cette Boucle des Souillets qui passe par le Désert et son magnifique point de vue sur la vallée et Grenoble avant de retourner dans les bois sauvages et son atmosphère très Grand Nord. Pas de rennes mais on les imagine en fermant les yeux ! Hors rêve nordique, hors neige et hors saison, la station reste active. L’Alpe-du-Grand-Serre tire sa force et son originalité de ses villageois et de ses résidents secondaires qui se battent pour la défendre. La Morte compte quelques dizaines de foyers à l’année. Les salariés travaillent à La Mure ou à Grenoble, sauf les commerçants et les professionnels du tourisme, secondés par les saisonniers de la station, dont une trentaine de moni- D.R. Un domaine sauvage et abordable Le domaine de ski de l’Alpe-du-Grand- Serre ne manque pas de charme avec ses paysages grandioses et un environnement sauvage. Le hors-piste est l’un des points forts de la station avec de beaux couloirs où glisser dans la poudreuse. Vous pouvez suivre les traces de Sylvain, guide de haute montagne à l’Alpe-du-Grand-Serre depuis 15 ans, pour faire voler la neige dans les Combes du Grand Vent, le Pas de la Vache, le Dôme de la Roizonne, sans oublier le Taillefer… Pour le ski alpin, la création d’un lac pour la culture de neige artificielle a apporté un plus. Vous profitez ici de 55 km de pistes de ski alpin, mais aussi 20 km de pistes nordiques plus 15 km de pistes nordiques façon Canada, c’est-à-dire sans damage, et des itinéraires pour les raquettes. L’Alpe-du-Grand-Serre accorde un accueil particulier aux familles et aux habitués. Les forfaits de ski alpin y sont très abordables. À commencer par le forfait saison : 355 euros. Un petit coup de pouce sympathique aux skieurs qui choisissent l’Alpe-du-Grand-Serre à l’année. À noter pour 2012/2013, une sympathique offre « Tribu » avec des forfaits à 21,50 euros la journée pour l’achat de 4 forfaits, au lieu de 27 euros. Et du lundi au vendredi, hors vacances scolaires, un forfait journée à 19 euros au lieu de 27 euros pour les adultes, à 11 euros au lieu de 18 euros pour les enfants scolarisés et les étudiants de moins de 25 ans. Et, futé, en achetant votre forfait sur Internet au moins 36 heures avant vous économisez 1 euro. » www.alpedugrandserre.info » Découverte L’Alpe-du-Grand-Serre n’arbore pas de patrimoine bâti exceptionnel, pas même une église, puisque cette commune présente la particularité Fotolia Histoire locale et animaux sauvages de n’avoir ni église ni cimetière, pour être toujours restée dépendante de la paroisse voisine de Lavaldens, distante de 6 km, où sont toujours inhumés ses morts. Cocasse pour une commune qui s’appelle La Morte ! Néanmoins, elle possède un petit bâti rural préservé et surtout une faune sauvage diversifiée. Deux itinéraires permettent de découvrir ces richesses remarquables. « À la découverte du patrimoine », une boucle de 5 km relie, en deux heures environ, le monument aux morts à la Croix du Désert, en passant par la chapelle Sainte-Anne, dernier lieu de culte sur la commune. On y rencontre aussi le four privé d’une ferme que l’on faisait fonctionner une fois par semaine pour cuire le pain et quelques gratins, voire des gâteaux pour les fêtes, l’ancienne scie qui tourna de 1725 à 1932, ou encore le monument dédié à la famille Mistral, hommage à cette famille qui marque l’histoire locale (voir encadré Vivre mieux). Le second circuit, « Sur la route des animaux de nos montagnes », petite boucle de 45 minutes, au départ du hameau de La Cascade, évoque les trois grands ongulés de la montagne présents sur le secteur – mouflon, chamois et bouquetin, mais aussi le sanglier, l’aigle royal, dont un couple réside ici, la marmotte très présente, le loup dont on entend parfois le cri ou encore le lièvre variable. Autant d’espèces sauvages emblématiques de la montagne. >38 Isère Magazine - janvier 2013
 » Vivre mieux Un championnat de France… Les pistes de fond de l’Alpe du Grand Serre ont accueilli cet hiver (12 et 13 janvier 2013) un important rassemblement de chiens des neiges dans le cadre du championnat national de traîneaux à chiens et de pulkas. Cette course traditionnelle de sprint qui implique les quatre races de chiens nordiques – et une lignée de Mistral Huskies de Sibérie, Malamutes d’Alaska, Esquimaux du Groënland et Samoyèdes – rassemble une centaine d’attelages. Les mushers et les chiens s’affrontent dans plusieurs disciplines : skijoerring, pulka scandinave et traîneau de un à neuf chiens. Du beau spectacle et l’occasion d’effectuer des baptêmes en traîneau. D’ailleurs Les villages de montagne ont leurs familles. À La Morte, ce sont les Mistral qui marquent le pays et au-delà depuis des générations. Le Mortillon Paul Mistral (1872-1932), député de l’Isère et maire de Grenoble de 1919 à 1932, fut ainsi le fondateur en 1931 de la Cité-jardins grenobloise qui porte toujours son nom. Son fils, également nommé Paul Mistral, fut maire de La Morte durant 37 ans (jusqu’en 1972) et conseiller général du canton de Valbonnais. Quant à Alain Mistral, d’une lignée cousine, maire du village de 2001 à 2012, il est le conseiller général du canton depuis 2004. trices et moniteurs de ski - voire jusqu’à 45 au plus fort de la saison. Mais la caractéristique démographique de La Morte reste le fort pourcentage de retraités. Ils composent 70% de la population ! Les résidents secondaires – on dit « ceux qui ont des chalets » – appréciant l’Alpe aux quatre saisons, le ski, la randonnée, le paysage changeant et les montagne immuables, viennent y vivre leur retraite après y avoir passé toutes leurs vacances. Avec 150 habitants, c’est de convivialité dont on se nourrit ici. On trouve de petites adresses typées comme le restaurant Horspiste, juste quelques couverts, 70% de retraités avec ses planches montagnardes, ou encore la délicieuse Auberge de la Roizonne, autre adresse authentique à 3 km de la station. Pour une nuit ou plus si affinité, les petits chalets en bois massif de l’Oreille du Loup invitent à un séjour de trappeur. Quant aux jeunes du village, ils s’activent aussi. Leur association Fend la bise organise une course de VTT réputée en septembre et en hiver, une fameuse et drolatique descente depuis le sommet des pistes en OGNI Objets glissants non identifiés les plus fous ! Et la station concocte des rendez-vous C. Lacrampe les mushers de la région aiment venir entraîner leurs chiens sur certaines pistes forestières autorisées dans cette station. C. Lacrampe conviviaux comme ces soirées ski de fond à la pleine lune, vin chaud et fondue pour se requinquer au retour… À quand votre chalet à l’Alpe-du-Grand-Serre ? Corine Lacrampe » Office de tourisme de l’Alpe-du-Grand-Serre. Immeuble Les Mélèzes 04 76 72 13 09. www.alpedugrandserre.info Mairie de La Morte, Le Couvent - 04 76 72 18 73. (1) : Société d’Aménagement Touristique Alpe d’Huez et des Grandes Rousses L’action du Conseil général F. Pattou » Alain Mistral, conseiller général du canton de Valbonnais L’Alpe-du-Grand-Serre appartient au canton de Valbonnais, dont Alain Mistral est le conseiller général. Le Département soutient cette petite station de montagne comme il le fait pour toutes ces stations iséroises qui doivent se diversifier et s’équiper pour vivre aux quatre saisons. En 2005, le Département a ainsi financé les travaux de prolongation du télésiège à hauteur de 600 000 euros, soit environ 40% du coût des travaux. L’année suivante, une aide était attribuée par le Conseil général pour la création d’une retenue d’eau de 17 000 mètres cubes pour permettre de fabriquer si besoin de la neige de culture. Cette retenue collinaire apporte aussi un plus à la station en été avec une activité de pêche. Comme pour tous les villages excentrés, le Conseil Général finance aussi le transport scolaire des collégiens, mais aussi le déneigement de la route départementale pour un accès sécurisé à la station quelles que soient les conditions météorologiques. Enfin, en liaison avec Isère tourisme, organe de promotion touristique du Conseil Général de l’Isère, différentes opérations sont menées pour dynamiser le tourisme local. Les locaux du Chardon Bleu, ex-poste du village, qui avaient été acquis par la commune en 2001, viennent de bénéficier de subventions départementales afin que les bâtiments soient réhabilités et agrandis pour l’installation d’une salle polyvalente (subvention de 176 000 euros), d’une salle hors-sac (131 000 euros) et d’une halte-garderie (22 000 euros). F. Pattou » » Au pied des pistes, le village du Désert. >39 Isère Magazine - janvier 2013



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :