[38] Isère magazine n°132 janvier 2013
[38] Isère magazine n°132 janvier 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°132 de janvier 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Isère

  • Format : (228 x 300) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 19,3 Mo

  • Dans ce numéro : budget 2013.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
dossier le 259 millions d’euros d’investiss Malgré la crise, l’Isère maintient ses investissements au niveau de 2012. P eu endetté, doté de finances saines, le Conseil général, premier donneur d’ordre public de l’Isère, était déjà l’un des rares l’an dernier à annoncer des investissements en hausse de 3% – à contre-courant de la quasi-totalité des Départements de France. Ce niveau très élevé sera maintenu en 2013, par un recours modéré à l’emprunt. « L’investissement tire l’activité et l’emploi et permet de préparer l’avenir, surtout en période de crise. Nous continuerons donc d’investir dans des projets qui contribuent directement à améliorer la qualité de vie des Isérois, sans pour autant compromettre l’avenir en nous lançant dans des opérations risquées ou fastueuses qui pèseraient sur les générations futures », martèle le président André Vallini, fidèle à un dogme budgétaire qui vaut à l’Isère de figurer parmi les cinq départements les moins endettés de France, avez zéro emprunt toxique. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si ces cinq départements (selon l’enquête de l’Assemblée des départements de France) sont aussi ceux qui investissent le plus, la capacité d’investissement étant inversement proportionnelle à la dette. En 2013, 259 millions d’euros seront ainsi investis dans les routes et les infrastructures de l’Isère, les collèges, l’hébergement des personnes âgées et des personnes handicapées, les équipements communaux, l’équipement numérique en très haut débit, l’aménagement hydraulique, l’aménagement des sites touristiques… Des chantiers qui auront un effet de levier sur de nombreux secteurs. Sachant que beaucoup de ces projets sont cofinancés à 50% et qu’un million d’euro d’investissement public investi crée ou pérennise en moyenne18 emplois, ce sont 500 millions d’euros qui seront injectés dans l’économie iséroise avec 9 000 emplois à la clé. LES SECTEURS D’INVESTISSEMENT DU CONSEIL GÉN 56,7 millions d’euros Construction et rénovation des collèges 73,6 millions d’euros Extension et rénovation des routes 16,6 millions d’euros Aménagement des bâtiments administratifs 2,5 millions d’euro Aménagemen des musées e bâtiments cul 5,6 millions d’euros Aménagement hydraulique (travaux sur rivières) 2,5 millions d’euros Développement du réseau numérique haut débit 2,8 millions d’euros Développement des transports ferroviaires 5,5 millions d’euro Développeme du réseau rou Investissements in 1,3 milliard d’euros d’investissement en 5 ans 2009289 millions d’euros 2010260 millions d’euros 2011249 millions d’euros 2012258 millions d’euros 2013259 millions d’euros Réactions du monde économique au bud Pierre Streiff, président de la Fédération du bâtiment et des travaux publics de l’Isère ■ Dans la période que nous traversons, ce maintien des investissements du Conseil général est une très bonne nouvelle pour nos entreprises qui subissent depuis maintenant quatre ans une importante baisse d’activité, tous corps d’état confondus – et notamment dans le bâtiment ! En Isère, le bâtiment et les travaux publics ont déjà perdu 350 emplois en 2012 – nous étions 30 530 à la fin 2011. Le Conseil général grâce à la gestion remarquable du président André Vallini va pouvoir continuer à lancer des projets et nous lui en sommes reconnaissants. Nous sommes aussi très fiers pour l’Isère ! >24 I s è r e M a g a z i ne - j a n v ier 2 0 1 3
■ SPÉCIAL BUDGET 2013 ements en 2013 RAL POUR SOUTENIR L’ÉCONOMIE urels 5 millions d’euros Développement du réseau Transisère 6,9 millions d’euros Création et extension d’établissements pour personnes âgées et handicapées 7,9 millions d’euros Soutien au développement économique tier* irects 1,6 million d’euros Aide à la construction de logements sociaux 2,7 millions d’euros Aide aux projets des agriculteurs et organismes agricoles 39 millions d’euros Aide aux communes get d’investissement du Conseil général Jean Vaylet, président de la Chambre de commerce et d’industrie de Grenoble ■ Le Conseil général est un donneur d’ordre majeur pour notre territoire et un moteur pour l’économie : ses investissements ont un impact direct non seulement sur l’activité des entreprises de travaux publics mais aussi en termes d’éducation, d’accès au numérique... Le soutien du Département à l’innovation, aux pôles de compétitivité isérois et aux grands projets structurants a été déterminant pour faire aboutir de grosses opérations comme Crolles II et maintenant Giant... Stabilité fiscale en 2013 l’une des très bonnes nouvelles de ce budget C’est 2013 pour tous les Isérois : l’Isère cette année encore fera partie des très rares départements (moins de dix sur 101) à ne pas augmenter les impôts en 2013. « Malgré nos propres difficultés, nous ne voulons pas pénaliser davantage les contribuables, déjà malmenés par la conjoncture économique », explique le président André Vallini. Sachant que depuis la réforme de la taxe professionnelle, le Département ne perçoit plus que la seule taxe sur le foncier bâti, une majoration du taux d’imposition pèserait de fait essentiellement sur les ménages. « Plutôt que d’augmenter les impôts, pour arriver à l’équilibre, nous avons économisé sur nos frais de fonctionnement et réduit nos dépenses dans les domaines d’intervention ne relevant pas de nos compétences obligatoires », précise Alain Mistral, vice-président chargé des finances et du budget. Déconcentration et regroupement des services, réforme du transport scolaire, mutualisation des cantines scolaires… Depuis six ans, le Département a entrepris une réforme profonde de son organisation. Des réformes courageuses, difficiles parfois qui ont déjà permis d’économiser plusieurs millions d’euros publics – au bénéfice des politiques de solidarité. De nouvelles pistes de réflexion sont lancées comme le regroupement des organismes œuvrant en matière d’aménagement et d’urbanisme, le développement de l’accueil familial pour les enfants placés… Cela fera la 7 e année consécutive que l’Isère n’augmente pas les impôts locaux. » Explication Alain Mistral, vice-président du Conseil général chargé des finances et du budget « Ne pas augmenter les impôts : une mesure d’équité sociale » ■ Ce budget 2013 a été bien plus difficile à élaborer que celui de l’an dernier, en raison notamment de la baisse des droits de mutation sur les transactions immobilières, qui sont l’une de nos importantes ressources ! Malgré tout, avant même les premières maquettes budgétaires, le président André Vallini a décidé que nous n’augmenterions pas les impôts des Isérois pour compenser le manque à gagner. En effet, depuis la réforme de la fiscalité directe et la suppression de la taxe professionnelle intervenue en 2010, l’autonomie fiscale du Département est considérablement réduite : la seule taxe sur laquelle nous pouvons agir est celle sur le foncier bâti. Or, cette taxe pèse essentiellement sur les ménages. Toute augmentation de la fiscalité directe accentuerait donc les difficultés des Isérois. >25 I s è r e M a g a z i ne - j a n v ier 2 0 1 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :