[38] Isère magazine n°132 janvier 2013
[38] Isère magazine n°132 janvier 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°132 de janvier 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Isère

  • Format : (228 x 300) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 19,3 Mo

  • Dans ce numéro : budget 2013.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
dossier le « Pas d’augmentation d’impôPouvoir d’achat : les Français préoccupés par les impôts locaux « Un Français sur deux anticipe une baisse de son pouvoir d’achat. Les impôts locaux en tête des préoccupations en matière de fiscalité. » Loin des débats nationaux sur la taxe à 75% sur les très hauts revenus, l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) ou la taxation des plus-values, ce sont les impôts locaux qui inquiètent le plus les Français : 54% citent la fiscalité locale parmi les hausses d’impôt les plus préoccupantes pour leur pouvoir d’achat, selon un sondage récent. Les impôts locaux arrivent devant l’impôt sur le revenu (52%) et distancent largement la TVA (39%) ou les taxes sur la bière ou le tabac (12%). Plus globalement, les impôts constituent le deuxième poste de dépenses qui préoccupent le plus les Français pour leur pouvoir d’achat (cités par un tiers des sondés), derrière l’alimentation (43%) et juste devant l’essence (31%). C’est dans ce contexte que le Conseil général de l’Isère vient d’adopter son budget 2013 avec, pour la 7 e année consécutive, aucune hausse de la fiscalité départementale. Le président André Vallini explique ses choix. André Vallini, président du Conseil général, s’exprime sur le budget 2013. Isère Magazine – La France est en crise, beaucoup de Conseils généraux sont en grande difficulté financière. L’Isère s’en sort-elle mieux que les autres ? – L’Isère comme tous les Départements est confrontée à un terrible effet de ciseau entre des recettes qui diminuent fortement et des dépenses sociales qui augmentent encore plus fortement : il s’agit de toutes les dépenses qui concernent les personnes âgées avec l’APA « J’ai lancé de nombreuses réformes souvent difficiles à faire accepter mais qui finalement se révèlent efficaces. » (Allocation personnalisée à l’autonomie), les personnes handicapées avec la PCH (Prestation de compensation du handicap), les personnes sans emploi avec le RSA (revenu de solidarité active) et l’enfance malheureuse. Le montant de ces allocations a augmenté de plus de 43% entre 2008 et 2011. Oui, 43% ! Et en face, nos recettes sont en baisse. Isère Magazine – Dans ce contexte difficile, quel est votre secret pour réussir à monter un budget sans augmenter les impôts ? – Il y a deux façons de faire un budget quand les recettes sont insuffisantes : soit on augmente les impôts, soit on réduit les dépenses. La seconde solution est la moins facile mais c’est la mienne. A condition bien sûr que le maximum soit fait pour ceux qui sont les plus faibles et les plus fragiles. Au moment où notre pays traverse une crise profonde, il est essentiel d’assurer notre mission première : la solidarité à l’égard des Isérois les plus modestes, qui sont les plus exposés aux effets de cette crise. Handicapés, personnes âgées dépendantes, enfants en danger ou maltraités, familles en difficulté seront donc cette année au cœur de notre préoccupation : nous leur consacrons 580 millions d’euros, soit près de la moitié de notre budget. Et une fois que nos compétences sociales sont financées, on ajuste le budget, on traque toutes les dépenses superflues et on essaie de rendre notre fonctionnement toujours plus efficace. C’est ce que je m’emploie à faire avec des réformes courageuses depuis plusieurs années. Isère Magazine – Et donc vous n’allez pas augmenter les impôts des Isérois en 2013 ? – Une augmentation des impôts n’aurait fait qu’accentuer les difficultés des ménages et des entreprises et pour la septième année consécutive, l’Isère fait ainsi partie des rares Départements (moins de 10 sur 101), qui n’ont pas augmenté leurs impôts depuis plus de cinq ans. Isère Magazine – C’est le résultat d’une gestion rigoureuse, parfois trop dit-on ? – La rigueur, je l’assume si elle signifie que notre gestion est rigoureuse, c’est-à-dire sérieuse et maîtrisée. C’est la moindre des choses quand il s’agit d’argent public. Mais la rigueur ne suffit pas : nous mettons aussi en œuvre depuis des années des innovations pour réaliser des économies de fonctionnement. Depuis que je préside le Département, j’ai lancé de nombreuses réformes souvent difficiles à faire accepter mais qui finalement se révèlent efficaces. André Vallini : « Nous mettons en œuvre des innovations pour réaliser des économies de fonctionnement. » Ainsi, nous avons regroupé et déconcentré nos services ce qui nous a déjà permis d’économiser des millions d’euros. La réforme du déneigement nous a aussi permis de redéployer plusieurs dizaines d’agents au bénéfice de nos actions envers les personnes âgées et les personnes handicapées. Et cette année, nous avons commencé à mutualiser les restaurants des collèges, ce qui nous permet de développer des circuits courts d’approvisionnement et de réaffecter des postes pour l’informatique dans les collèges. Nous allons donner aussi une plus grande place à l’accueil des enfants qui nous sont confiés dans des familles plutôt que dans des établissements : cette solution, plus humaine pour l’enfant, est >22 I s è r e M a g a z i ne - j a n v ier 2 0 1 3
■ SPÉCIAL BUDGET 2013 ts pour la 7 e année ! » » Repères Baisse des dépenses de protocole, de réception et de communication « Quand la crise oblige à demander aux Français de faire des efforts et aux collectivités de contraindre leurs budgets, les symboles ont leur importance. J’ai donc souhaité baisser le train de vie du Conseil général, en diminuant de 10% les crédits de réception et de communication », a déclaré André Vallini. Ces budgets dévolus aux différents supports d’information du public, à la présence sur les foires et salons (Beaucroissant, congrès des maires…) et à l’organisation des réceptions seront donc resserrés comme toutes les dépenses de fonctionnement du Conseil général. A noter que ces budgets n’avaient pas augmenté depuis 7 ans déjà. Le vote du budget 2013 44 voix pour, 12 abstentions, 1 contre, aussi deux fois moins coûteuse pour le Conseil général. Isère Magazine – Et quel niveau pour l’investissement, important pour l’avenir de l’Isère ? – Les Villes et les Départements qui ont cédé à la tentation de l’endettement sont aujourd’hui étranglés et n’ont plus de capacité à investir. En Isère, au contraire, notre gestion rigoureuse nous a permis de préserver un niveau d’investissement élevé : 259 millions d’euros cette année pour les routes, les collèges, les transports, le haut débit, les établissements pour personnes âgées et handicapées… Parmi les Départements de plus d’un million d’habitants, les 5 les moins endet- tés, dont l’Isère fait partie, investissent 37% de plus que les 5 plus endettés. Pour l’Isère c’est même 40% de plus ! Cela nous permet de maintenir l’activité économique, et notamment le secteur du BTP, mais aussi de préparer le futur de l’Isère et des Isérois. « L’Isère fait partie des rares Départements qui n’ont pas augmenté leurs impôts depuis plus de 7 ans » Sur les 58 conseillers généraux de l’Isère, Ont voté pour Les 29 conseillers généraux socialistes : Thierry Auboyer, Marc Baïetto, Yannick Belle, Georges Bescher, Charles Bich, ErwannBinet, André Colomb-Bouvard, Alain Cottalorda, Bernard Cottaz, Christine Crifo, Charles Galvin, Jean-François Gaujour, Amandine Germain, Alain Mistral, Christian Nucci, Pascal Payen, Annette Pellegrin, Gisèle Perez, Brigitte Périllié, Christian Pichoud, Alain Pilaud, Denis Pinot, Didier Rambaud, Serge Revel, Pierre Ribeaud, Gilles Strappazzon, Jacques Thoizet, André Vallini, Denis Vernay. Les 7 conseillers généraux communistes : José Arias, Jean-Claude Coux, Elisabeth Legrand, Daniel Rigaud, Sylvette Rochas, Robert Veyret, René Proby. Les 2 conseillers généraux verts : Olivier Bertrand, Catherine Brette. Les 4 conseillers généraux sans étiquette : Fabien Mulyk, Bernard Perazio, René Vette, André Roux. 1 conseiller général non-inscrit : Jacques Pichon-Martin. 1 conseiller général divers droite : Marcel Bachasson. Se sont abstenus 3 conseillers généraux non inscrits : Lucile Ferradou, André Gillet, Daniel Vitte. 4 conseillers généraux divers droite : Pierre Buisson, Pierre Gimel, Aimée Gros, Frédérique Puissat. 5 conseillers généraux UMP : Jean-Pierre Barbier, Alain Moyne- Bressand, Georges Colombier, Philippe Langenieux-Villard, Christian Rival. A voté contre 1 conseiller général UMP : Jean- Claude Peyrin. N’a pas pris part au vote 1 conseiller général UMP : Gérard Dézempte. >23 I s è r e M a g a z i ne - j a n v ier 2 0 1 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :