[38] Isère magazine n°132 janvier 2013
[38] Isère magazine n°132 janvier 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°132 de janvier 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Isère

  • Format : (228 x 300) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 19,3 Mo

  • Dans ce numéro : budget 2013.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Parade routière contre le risqu Vivre mieux routes Le Conseil général va engager 30 millions d’euros pour financer, aux portes de l’Oisans, les travaux de la déviation des Ruines de Séchilienne sur la RD 1091, menacée, à tout moment, par un éboulement majeur. Explications... Le mont Sec : 3 millions de m 3 de roches instables prêtes à se détacher. Les mouvements de terrain se sont accélerés l’an dernier. « N ous allons assister à un profond bouleversement. La physionomie de notre vallée va complètement changer... » majeur qui dessert, depuis l’agglomération grenobloise, l’Oisans et ses Un éboulement de 3 millions de m 3 ! rations a d’ailleurs débuté en juin « Trois millions de mètres cubes de roche peuvent dévaler à tout instant depuis le versant sud du mont Sec, avec pour conséquences la coupure de la route RD 1091 et l’obstruction du lit de la Romanche, D’autant que les mouvements de terrain se sont accélérés dernièrement à raison de deux mètres par an sur la zone frontale. » Conseil général d’engager au plus l’éboulement attendu, en déplaçant la plate-forme routière sur rehaussant de 30 mètres pour se de dépassement, ainsi qu’une piste l’automne 2014, fera l’objet de me- tion d’insertion, l’enfouissement d’importants aménagements pour ■ * Syndicat mixte des bassins hydrauliques de l’Isère. Richard Juillet » Question à Charles Bich, vice-président du Conseil général chargé des routes départementales « Un axe stratégique qui relie Vizille à Briançon » ■ Quel est l’enjeu de ces importants travaux ? La RD 1091, ex RN 91, est une route de 115 km qui relie Grenoble à Briançon dans les » Le versant sud du Mont Sec. Hautes-Alpes. Elle assure un rôle majeur dans la mesure où elle irrigue, d’est en ouest, de nombreux territoires : l’Oisans et ses stations de sports d’hiver et d’été, l’accès à la Maurienne, à La Romanche, une rivière tumultueuse qui rejoint le Drac. la vallée de la Guisane dans le Briançonnais, et bien sûr à l’Italie par Montgenèvre. Cet axe stratégique ne peut être coupé sous peine de mettre en péril toute une économie. >12 Isère Magazine - janvier 2013
e des Ruines de Séchilienne En cas d’éboulement majeur, un lac artificiel pourrait se créer, couper la route actuelle et isoler la vallée. La route actuelle est sur le tracé de l’éboulement. La nouvelle route, construite par le Conseil général, sera située hors de l’emprise de l’éboulement. Infographie : B. Fouquet » Questions à Jean-Paul Duranthon, responsable de l’unité surveillance et mesures du CETE* de Lyon « Nous auscultons la montagne 24h/24h » ■ Pourquoi la montagne s’écroule-t-elle à cet endroit ? Des chutes de blocs aux Ruines de Séchilienne, on en recense depuis trois siècles au moins, heureusement sans gravité. C’est lié à plusieurs facteurs : la nature géologique du site, constitué de schistes fracturés et instables, la décompression du massif après le retrait du glacier, il y a 10 000 ans environ, sa forte pente aussi. Et enfin les eaux d’infiltration, pluie, neige, qui, été comme hiver, fragilisent la roche. ■ En quoi consiste le dispositif de surveillance ? Durant l’hiver 1985, la fréquence des chutes de pierres a augmenté ainsi que la taille des blocs dévalant la pente, amenant l’Etat à mettre en place une surveillance du site. Depuis, le versant est ausculté 24h/24h, grâce à une série d’appareils très sophistiqués. La surveillance de la totalité de la zone en mouvement est réalisée de manière globale par quatre dispositifs indépendants et complémentaires : les dispositifs automatisés extensométriques, optique, radar et météorologique. Un logiciel, développé spécifiquement pour gérer de manière structurée l’ensemble des données, assure le pilotage des acquisitions, le transfert des informations, la mise à disposition des données et enfin, la délivrance d’alertes sur le dépassement des seuils à destination de l’équipe du Centre d’études techniques de l’équipement de Lyon, chargée du suivi du site. Les résultats, exploités en continu, permettent de détecter les signes précurseurs des éboulements et de formuler un pronostic concernant le délai jusqu’à la rupture. * Centre d’études techniques de l’équipement. En savoir plus : www.versant-sechilienne.developpement-durable.gouv.fr Un village disparu… Christope Agostini/Dauphiné Libéré Jusqu’au 31 mai 1997, date à laquelle la loi Barnier a ordonné les premières expulsions, l’Ile Falcon était un hameau dynamique du village de Saint-Barthélémy-de-Séchilienne. Il comptait 324 habitants, 94 maisons, trois PME, une école, une bibliothèque, des équipements sportifs et une annexe de la mairie. Le 30 juin 2011, les trois dernières familles étaient chassées par les bulldozers et leurs maisons détruites. Aujourd’hui, la commune a demandé au Conservatoire des espaces naturels de l’Isère de recenser toutes les espèces faunistiques et floristiques remarquables de cette plaine de la moyenne vallée de la Romanche. À terme, grâce aux mesures compensatoires produites par les ouvrages EDF, du Symbhi et du Conseil général, sera créé un vaste espace naturel protégé ouvert au public. >13 I s è r e M a g a z i ne - janvier 2 0 1 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :