[38] Isère magazine n°130 novembre 2012
[38] Isère magazine n°130 novembre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°130 de novembre 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Isère

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 10,5 Mo

  • Dans ce numéro : lire c'est vivre !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
Vivre mieux culture Les Abattoirs, Une scène unique en Isère Bourgoin-Jallieu est devenue incontournable pour les musiques actuelles. Photos : Xavier Rivet BOURGOIN-JALLIEU Salle de concert, studios de « répét », tremplin pour les musiciens amateurs… A Bour- GRENOBLE goin-Jallieu, en Nord-Isère, Les Abattoirs font bouger les musiques actuelles ! une scène unique en Isère. « Un lieu novateur, alternatif, dénicheur de tendances, C’est souligne José Molina, le directeur des Abattoirs, à Bourgoin-Jallieu. Sa mission, c’est d’ouvrir la voie à la découverte, à la pratique artistique et aux rencontres autour des musiques actuelles. » Créée sur le site des anciens abattoirs municipaux, cette scène entièrement consacrée aux musiques actuelles (rock, électro, rap, musiques du monde, nouvelle chanson française…) est devenue un lieu incontournable de diffusion et de création musicale » Question à Pascal Payen, vice-président du Conseil général chargé de la culture ■ Pourquoi le Conseil général soutient-il Les Abattoirs ? C’est un très bel équipement pour le Nord-Isère, qui participe à la vitalité du territoire et accueille plus de 10 000 spectateurs par an. Il rayonne sur tout le Nord-Isère, mais aussi jusqu’à l’agglomération grenobloise et au-delà de notre pour le Nord-Isère. C’est aussi le seul dans le département à bénéficier du label « Scène de musiques actuelles » (SMAC), attribué par le ministère de la Culture à seulement une centaine de salles en France. Les Abattoirs disposent, depuis 2004, d’une superbe salle de 600 places. Aujourd’hui, l’équipement rayonne jusqu’à Lyon, Grenoble et Saint-Etienne. Dénicher les tendances Son atout ? Une programmation de qualité, qui prône le mélange des styles et des publics. « Nous collons à l’actualité musicale. Notre objectif est de présenter à Bourgoin- « Un très bel équipement en Nord-Isère » département. Le Conseil général a participé au financement de sa création et le soutient aujourd’hui à hauteur de 65 000 euros par an, aux côtés notamment de la Communauté d’agglomération Porte de l’Isère (CAPI), de la Ville de Bourgoin-Jallieu, de la Région et de l’Etat. Jallieu ceux qui font la musique d’aujourd’hui. Des groupes qui souvent ne passent pas à la radio ou à la télé, mais qui ont une véritable aura en « live » », précise José Molina. Le résultat : un grand melting-pot où les têtes d’affiches rencontrent les nouveaux talents, où la scène locale et régionale (40% des groupes) côtoie la scène nationale (40%) et internationale (20%). Le tout dans une belle salle, réputée pour la qualité de son acoustique, qui en fait une des meilleures scènes en Rhône-Alpes. Accompagner les musiciens Mais les Abattoirs sont aussi un tremplin pour les groupes amateurs de la région, qui disposent de studios de répétition insonorisés et tout équipés, avec un technicien présent pour les conseiller. Chaque semaine, 40 groupes, 200 musiciens viennent travailler ici. Les plus doués ou en cours de professionnalisation peuvent bénéficier d’un accompagnement plus poussé, avec le dispositif Trans’Abattoirs : formations, conseils personnalisés d’intervenants professionnels, répétitions sur scène en conditions réelles… jusqu’à la finalisation d’un concert ou d’un album. Chaque année, dix groupes « se lancent » ainsi dans les meilleures conditions. La musique pour tous Dernière originalité : les Abattoirs travaillent aussi avec les scolaires, les centres sociaux, la prison de Saint-Quentin-Fallavier ou encore des instituts médico-éducatifs (IME). « Notre rôle, c’est de sensibiliser le public à la pratique artistique, notamment ceux qui en sont le plus éloignés. » Au programme : des ateliers hip-hop, slam ou des projets comme « Ecris-toi une chanson », qui consiste à créer une chanson de A à Z, jusqu’à l’enregistrement sur CD. Prochain grand rendez-vous au printemps 2013, avec la 8 e édition d’Electrochoc, festival de musiques électroniques et arts numériques. ■ Sandrine Anselmetti >42 Isère Magazine - novembre 2012
Temps libre musique... spectacle... danse... exposition... théâtre... Expositions » Jusqu’au 2 janvier Kimura A La Tronche » Jusqu’au 21 décembre Gallotta et Delahaye A Vizille Coup de cœur » Du 5 au 9 décembre Festival international du film de montagne A Autrans » Le 24 novembre Pétition pour aller danser A Saint-Jean-le-Vieux À l’occasion de la réouverture des salles d’exposition temporaire rénovées, le musée Hébert présente des œuvres du peintre japonais Kimura (1917-1987), qui a travaillé en France de 1953 jusqu’à sa mort. Ses paysages abstraits aux tons lumineux sont en communion profonde avec la nature où la couleur et la lumière jouent un rôle essentiel. Déroutante dans sa construction, la peinture de Kimura s’apprivoise aisément pour peu qu’on laisse le regard s’immerger dans la toile. Un univers à la fois violent et doux. Musée Hébert/De l’autre côté. De 14 h à 18h. Entrée libre. 04 76 42 97 35. » Jusqu’au 31 décembre Berlioz et l’Italie A La Côte-Saint-André G. Delahaye L’exposition de photographies en noir et blanc « Delahaye et Gallotta au Domaine de Vizille, action chorégraphique 1984 », retrace le travail du chorégraphe Jean-Claude Gallotta, pour Les aventures d’Yvan Vaffan, durant l’hiver 1984, au cours des répétitions dans l’ancienne salle à manger du château de Vizille. Les tirages argentiques grands formats sont aujourd’hui présentés dans cette salle. L’exposition accueille également deux films tournés par Jean-Claude Gallota à Vizille : Rei Dom ou la légende des Kreuls (1989) et Les trépidantes du patrimoine (2004). Domaine de Vizille, musée de la Révolution française. Entrée gratuite. 04 76 68 07 35. Théâtre » Les 8 et 9 novembre Shaolin Legend A Crolles A. Sander Autrefois, les jeunes de Belledonne profitaient des bals pour danser et parfois rencontrer leur moitié. Aujourd’hui, comment se rencontre-t-on dans Belledonne ? Quelles sont les manifestations qui seraient propices aux aventures amoureuses ? Veillée en Belledonne vous invite à retrouver la saveur des bals d’antan autour d’un buffet et à découvrir cette « Pétition pour les villageois que l’on empêche de danser », spectacle de la Cie Made in Théâtre. A 18 h 30. Salle des fêtes. Participation aux frais, 5 euros. Réservation indispensable. 04 76 77 11 35. » Les 28 et 29 novembre L’Idéal club A Bourgoin-Jallieu En remportant le Prix de Rome en 1831, le compositeur Hector Berlioz part pour un voyage au cœur de l’Italie populaire qui va marquer ses créations. Toute l’exposition est consacrée à cette influence italienne. Des gravures, des lithographies d’époque ainsi que des tableaux de Guillaume Bodinier, Claude Bonnefond, Oswald Achenbach… présentent des paysages italiens du XIX e siècle qui ont inspiré le compositeur. Une collection d’instruments méditerranéens du XIX e siècle ainsi que de nombreux témoignages complètent l’ensemble. Le visiteur pourra également écouter un florilège d’œuvres comme Harold en Italie ou Le Carnaval romain. Musée Hector. Entrée libre. 04 74 20 24 88.www.musee-hector-berlioz.fr Depuis plus de 1000 ans, les moines de Shaolin cultivent un subtil équilibre entre spiritualité et arts martiaux. Ce spectacle stupéfiant est proposé par d’authentiques maîtres du Kung-fu qui exécutent une succession de chorégraphies et de combats présentant les différents aspects de cet art martial chinois né de la méditation, de l’observation des animaux et de la maîtrise de l’énergie. Seule une discipline de fer et une pratique de tous les instants leur permettent de repousser les capacités physiques et mentales de l’être humain. Espace Paul Jargot. A 20 h 30. 04 76 04 09 95. La montagne, dernier refuge de l’aventure ? Tel est le thème de la 29 e édition du Festival international du film de montagne d’Autrans. Pour en débattre, cinéastes et sportifs viendront partager leur vision d’une montagne comme le dernier espace sauvage d’un monde en mal d’aventure, un lieu propice au dépassement de soi, aux équipées au long cours, aux voyages initiatiques… L’édition 2012 vous propose de retrouver une programmation internationale riche en avant-premières mettant en compétition films documentaires et longs-métrages de fiction. Au-delà des projections, l’idée de refuge et d’aventure sera déclinée à travers un débat, « Refuges, les nouveaux enjeux », avec Michel Meunier (expert en développement durable), Jean-François Lyon- Caen (architecte), Dominique Giard (responsable du pôle aménagement du Parc national de la Vanoise) ; mais aussi, à travers la traditionnelle rencontre littéraire, le FestiTrail et les « Bobines de l’Extrême » qui ponctuent le festival d’aventures collectives ou individuelles. Programme détaillé sur www.festivalautrans.com Voici du music-hall dans l’esprit des Monty Python ou de Tati. Une fête à la fois désorganisée à la manière d’Edouard Baer et organisée comme une pièce d’Ariane Mnouchkine... On y trouve du carton et du cartoon, des cow-boys et des Indiens, une diva, un barbecue, des performances physiques et vocales, du lipdub en direct et un orchestre digne des grands shows américains. Talentueux, décalés, bidouilleurs, absurdes, les membres de la Cie Les 26 000 couverts vous proposent une version toute personnelle et joliment décalée du cabaret avec orchestre. Salle Polyvalente. A 20 h 30. 04 74 28 05 73. >43 Isère Magazine - novembre 2012



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :