[38] Isère magazine n°12 octobre 2017
[38] Isère magazine n°12 octobre 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de octobre 2017

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Isère

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 8,5 Mo

  • Dans ce numéro : collège de l'Isère, la classe !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
> 46 ENSEMBLE I CULTURE La Vienne antique a fait les gros titres cet été entre le rachat par la Ville de la mosaïque du Dieu Océan et l’exhumation d’un faubourg entier, côté Rhône... Le Dieu Océan était indéniablement en vogue au II e siècle de notre ère chez les décorateurs de Vienna, la Vienne antique. La capitale actuelle de l’Isère rhodanienne, qui comptait alors autant d’habitants qu’aujourd’hui (soit 30 000 âmes), était l’une des plus importantes du Sud de la France et de la Gaule romaine. Et cette figure barbue environnée de crustacés était sans doute de bon augure pour les commerçants, enrichis grâce au négoce fluvial sur le Rhône… La mosaïque du Dieu Océan, acquise en juillet dernier par la municipalité de Vienne, est ainsi la troisième connue dans la région de cette époque avec celle de Saint-Romain-en-Gal (quartier résidentiel de la Vienne antique situé de l’autre côté du Rhône) et celle de la villa Licinius, à Clonas-sur-Varèze. Elle ornait le sol de la maison dite de l’Atrium, au sud de Vienne, au 70 rue du 11 novembre. Découverte une première fois en 1845, elle a servi de 1867 à 1974 à décorer le couloir de la villa bourgeoise occupant le site de l’ancienne demeure gallo-romaine. Puis elle avait disparu avec les anciens propriétaires… Quand elle est réapparue l’été dernier (en quinze morceaux !) sur un catalogue de vente aux enchères, à Monaco, la mairie n’a donc pas hésité et a fait jouer le > ISÈRE MAG I SEPTEMBRE/OCTOBRE 2017 I #12 droit de préemption pour l’acquérir au prix de 391 840 euros, avec un soutien de l’Etat, de la Région et du Département. « C’est un trésor de Vienne, avec son décor et ses dimensions exceptionnelles, soit près de sept mètres de long sur deux mètres de haut », a déclaré le maire, Thierry Kovacs. > UNE PIÈCE MAÎTRESSE DU FUTUR MUSÉE Elsa Gomez, conservatrice des musées de Vienne, souligne la valeur historique très importante  : « Il est rare d’avoir des pièces aussi bien documentées. Cette mosaïque complète l’ensemble de la maison de l’Atrium et aura toute sa place parmi les autres chefs d’œuvre de notre collection archéologique dans le futur musée d’histoire de Vienne ! » Avant d’être présenté au public, le Dieu Océan devra bien sûr être restauré. Une procédure de classement en « trésor national » est en cours par l’État. Pendant ce temps, de l’autre côté du Rhône, les découvertes se poursuivent dans le quartier de Sainte-Colombe… où un quartier entier de l’antique Un trésor de Vienne retrouvé aux enchères. LE DIEU OCÉAN … EST DE RETOUR À VIENNE Près de 300 pavements (mosaïques et autres dallages de marbre) ont été retrouvés sur le site, sur les deux rives du Rhône, depuis le XVIII e siècle dont une quarantaine sont exposés au public  : 6 sont au musée Saint-Pierre de Vienne, 24 à Saint-Romain-en-Gal, 6 au musée gallo-romain de Lyon-Fourvière. En dehors de la région, elles sont réparties en France et à l’étranger  : au Louvre, au musée des Antiquités nationales de Saint- Germain-en-Laye, au British museum et au musée Paul Getty de Malibu, en Californie. ZOOM OÙ VOIR LES MOSAÏQUES DE LA VIENNE ANTIQUE ? La mosaïque du Dieu Océan reconstituée. Vienna vient de resurgir sous une friche industrielle. Belles demeures à deux étages, boutiques, objets de décoration… Tout est dans un état de conservation exceptionnel. D’ores et déjà, quelque 150 mètres carrés de mosaïques ont été déposés (prélevés) par l’Atelier de restauration du musée gallo-romain de Saint- Romain-en-Gal. L’histoire de la riche Vienna n’a pas fini de s’écrire… par Véronique Granger HVMC/C. Duranti HVMC/C. Duranti
Guendalina. Flamini PROPOSITIONS ALLÉ… CHANTES Chaque année, le Département offre sa tournée de 80 concerts partout en Isère dans les lieux de notre patrimoine, avec des talents émergents de la scène locale et des artistes confirmés qui raniment les vieilles pierres. Zoom sur la saison d’automne des Allées chantent. Pour les programmateurs, le remplissage de la salle est souvent cause d’insomnie. Bruno Messina, directeur de l’Aida, n’a pas ce souci avec Les Allées chantent. Les 80 concerts organisés chaque année par l’établissement public créé par le Département font quasiment tous le plein. Et pas seulement parce que c’est gratuit. « Pour certains, Les Allées chantent sont devenus un label. ils sont prêts à venir jusqu’aux fins fonds de l’Isère, sûrs de faire une belle découverte. D’autres sont fidèles à un lieu », observe-t-il. Loin des sentiers battus et des codes habituels, ces concerts ont en effet pour particularité de se dérouler dans des cadres magiques du patrimoine. Châteaux, églises, parcs et jardins, granges ou anciennes usines  : du Nord au Sud et jusque dans les plus petits villages, les sites chargés d’histoire sont ranimés par le souffle de la création musicale. Chanson française, musique classique ou baroque, du monde, hip-hop ou jazz… Toutes les esthétiques sont représentées. L’art de l’Aida est d’accorder les lieux avec le répertoire, l’espace se faisant aussi instrument. > DES DÉCOUVERTES ET DES RENCONTRES Pour des habitués des grandes salles comme Hervé Billaut et Guillaume Coppola – un duo de pianiste virtuose très remarqué qui viendra bientôt jouer le répertoire viennois de son premier album, Wiener Rhapsodie —, ces incartades hors cadre sont toujours riches de rencontres  : « Les conditions acoustiques ne sont certes pas toujours optimales, nous devons nous adapter. Mais pour nous, le rapport avec le public est tout aussi important. On ressent une vraie qualité d’écoute, les réactions sont beaucoup plus spontanées », constate Hervé Billaut. Ce circuit de programmation « bis » est aussi une opportunité pour les groupes locaux émergents. On pourra ainsi découvrir lors de la tournée d’automne, parmi d’autres pépites, la folk veloutée et onirique de Facteurs chevaux, jeune duo de chanson française formé par Sammy Decoster et Fabien Guidollet dans le massif de Chartreuse. Les Facteurs chevaux  : un duo originaire de la Chartreuse qui nous fait voyager… CULTURE I ENSEMBLE Dans un esprit convivial et populaire, tous les concerts sont en entrée libre. Alors à vos agendas… et pensez à venir un peu à l’avance ! Par Véronique Granger AGENDA LA SAISON D’AUTOMNE Romantique  : Trois soirées autour de la correspondance enflammée entre Clara et Robert Schuman (le 29/09 à 21 h au château de Montseveroux, le 30/09 à 18 h à l’église de Cordéac, le 1 er/10 à 15 h au Musée de la Révolution française à Vizille). Baroque  : Les Musiciens du Louvre (le 13/10 à 20 h au musée Archéologique Grenoble-Saint-Laurent, le 14/10 à 18 h au Musée d’Art sacré contemporain de Saint-Hugues-de- Chartreuse le 15/10 à 16 h au Musée Saint-Antoine-l’Abbaye). Classique  : Piano à quatre mains par Hervé Billaut et Guillaume Coppola (le 10/11 à 20 h 30 au château de Sassenage, le 11/11 à 20 h 30 à la Maison du Département à Bourgoin-Jallieu, le 12/11 à 16 h au Musée Hébert). Chanson française  : Les Facteurs chevaux (le 1/12 à 20 h au Musée dauphinois à Grenoble, le 2/12 à 20 h à la grange Chevrotière à Artas, le 3/12 à 17 h au Domaine de Saint-Jean-de- Chépy à Tullins) Musiques du monde  : Le Trio Vidala (le 8/12 à 20h30 au Musée de la Mine Image à La Motte-d’Aveillans, le 9/12 à 20 h 30 à la Villa Licinius à Clonas-sur-Varèze, le 10/12 à 16 h au Musée Hébert) www.les-allees-chantent.fr de photos sur www.iseremag.fr #12 I SEPTEMBRE/OCTOBRE 2016 I ISÈRE MAG > 47 >



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 1[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 2-3[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 4-5[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 6-7[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 8-9[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 10-11[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 12-13[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 14-15[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 16-17[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 18-19[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 20-21[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 22-23[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 24-25[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 26-27[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 28-29[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 30-31[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 32-33[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 34-35[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 36-37[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 38-39[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 40-41[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 42-43[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 44-45[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 46-47[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 48-49[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 50-51[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 52-53[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 54-55[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 56