[38] Isère magazine n°12 octobre 2017
[38] Isère magazine n°12 octobre 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de octobre 2017

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Isère

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 8,5 Mo

  • Dans ce numéro : collège de l'Isère, la classe !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
> 32 ÉCHAPPÉES BELLES I TERRITOIRES Photos  : C. Lacrampe - F. Pattou SAINT-MARCELLIN UNE VILLE GOURMANDE ET CULTURELLE QUI FLEURE BON LE TERROIR DYNAMIQUE UNE CITÉ EN PLEINE TRANSFORMATION Ici séjournèrent, adolescentes, deux célébrités  : Françoise Sagan dont le père dirigea, à partir de 1945, l’entreprise qui devint Legrand, et Barbara dont la famille se cacha dans la ville, de l’été 1943 à l’automne 1945. Au début du siècle dernier, Saint-Marcellin attirait des multi-actifs, « ouvriers-paysans ». Aujourd’hui, les usines pourvoyeuses d’emplois se sont transformées vers la plasturgie avec entre autres, Legrand et STIPlastics. La ville, sous l’impulsion de son maire, Jean-Michel Revol, vient d’engager un important plan de restructuration afin de gagner en cohérence et en harmonie. Au menu  : des passerelles entre les quartiers, dont celui de la gare, la réhabilitation des friches industrielles (Lidl, Legrand, etc.) et une valorisation du potentiel touristique, autour de la véloroute du Sud-Grésivaudan, en liaison avec ViaRhôna. Saint-Marcellin tire son épingle du jeu avec l’aménagement de ses anciennes halles. > ISÈRE MAG I SEPTEMBRE/OCTOBRE 2017 I #12 FIGURES D’ICI 1 > Anaïs Chemla crée des bijoux bohèmes et joyeux, ponctués de pompons colorés, sous la griffe Naïves, 100% « made in Isère ». On les trouve dans son adorable caravane-boutique itinérante et sur Internet (Facebook Bijoux Naïves). Saint-Marcellin conjugue avec gourmandise les ingrédients de pays, noix et fromage. Le fromage éponyme est une petite tomme au lait de vache connue depuis le Moyen Âge et estampillée indication géographique 1 2 > Sébastien Maucarré fut caviste à l’hôtel Matignon et chef sommelier aux Terrasses d’Uriage où il rencontra son épouse, Stéphanie. Le couple propose une sublime sélection de vins et de fromages aux Caves des Carmes, dans une ancienne chapelle, et des ateliers d’œnologie. RACINES 2 3 3 > Rémi Rey est, avec Nicolas Chanron, l’un des deux maraîchers de la commune présents sur le marché. Leurs fruits et légumes de saison, de plein champ ou de serre, sont produits en culture raisonnée et vendus en circuit court. DEUX FLEURONS GOURMANDS POUR LE TERROIR protégée (IGP) depuis 2014. La zone d’appellation concerne 185 communes en Isère, 76 dans la Drôme et 13 en Savoie. Comme la noix de Grenoble, le saint-marcellin a sa confrérie et de nobles chevaliers pour le défendre. Ainsi en est-il du caviste-fromager des Carmes, qui avoue une petite préférence pour celui de Jean-Noël Rochas de Quincieu, au lait cru. Ses vaches montent librement sur leur petit alpage depuis leur étable propre comme un sou neuf, ou presque…C. Lacrampe photosC. Lacrampe Laura Bonnefoy et Bernard Perazio sont les deux conseillers départementaux du canton du Sud-Grésivaudan, auquel appartient Saint- Marcellin. Le département soutient cette commune attractive pour tout le territoire, avec Le Diapason, labellisé « Scène ressource en Isère ». Le collège Le Savouret a bénéficié d’une importante réhabilitation (7,6 millions d’euros). Celle-ci vient de s’achever avec la construction du bâtiment de la section d’enseignement général et professionnel adapté (Segpa). Enfin, le Département finance à hauteur de 73% l’aménagement des anciennes halles, dans le cadre d’un plan de relance touristique. LE CANTON DU SUD-GRÉSIVAUDAN 44 communes et 41 000 habitants. Saint-Marcellin (8 400 habitants) et Vinay (4 100) sont les deux communes les plus peuplées suivies de Chatte (2 500), Saint-Sauveur (2 100) Saint- Hilaire-du-Rosier (1 950) et Saint-Romans (1 800). 4 communes montagnardes ont moins de 100 habitants  : Beauvoir-en-Royans, Châtelus, Malleval-en-Vercors et Presles. REPÈRES IV e siècle  : Marcellin, venu d’Afrique, futur apôtre et évêque d’Embrun, évangélise la région. 1083  : premier acte authentifié attestant l’existence d’un village du nom de Saint-Marcellin. 1343  : le dauphin Humbert II accorde aux habitants de Saint- Marcellin une charte de privilèges à l’origine du développement de la ville. Photos F. Pattou
Photos  : F. Pattou MARTINE ET FRANÇOIS GASPARI LES DERNIERS BOUQUINISTES otre plus grand plaisir… c’est « Nd’acheter des livres ! », confessent Martine et François Gaspari, gérants de La Bouquinerie, à Grenoble. Depuis trente-huit ans que le couple a repris la librairie (créée en 1953), la passion ne les a jamais quittés  : les 27 mètres carrés ne désemplissent pas avec ces hautes piles de livres, toujours renouvelés, qui grimpent au plafond ! De l’incunable (imprimé avant le XVI e siècle) à l’édition originale clandestine du Silence de la mer, de Vercors, au dernier livre de poche, en passant par les livres d’art neufs à prix réduit ou le manuel philosophique, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. « Cette diversité GRENOBLE nous permet d’attirer aussi bien des jeunes que des bibliophiles », précisent-ils. Comme chez un antiquaire, ces ouvrages sont tous en un seul exemplaire, acquis auprès des particuliers ou aux enchères – les Gaspari se déplacent à domicile pour des expertises. « Quand nous avons démarré, nous étions douze à faire ce métier sur Grenoble. Aujourd’hui, je crois bien que nous sommes les derniers. Et nous sommes sûrement en voie de disparition. » Avec Internet, de fait, les ouvrages rares se négocient désormais à l’échelle de la planète. Parmi les premières à ouvrir « La plupart des ouvrages que nous vendons sont épuisés et en exemplaire unique. Nous aussi, nous sommes en voie de disparition ! » 38 ans après, Martine et François sont toujours aussi passionnés de livres et de nouvelles rencontres. ENSEMBLE GENS D’ISÈRE boutique sur la toile dès 1998, La Bouquinerie vend elle-même régulièrement à l’étranger. « Mais ce qui fait la plus grande richesse de ce métier, plus encore que les livres, ce sont les rencontres. Même si, bien sûr, on a aussi besoin de vendre pour pouvoir continuer à acheter ! » Contacts  : La Bouquinerie, 9 boulevard Agutte-Sembat ; 04 76 46 15 32. www.labouquineriegrenoble.com Par Véronique Granger #12 I SEPTEMBRE/OCTOBRE 2017 I ISÈRE MAG > 33 >



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 1[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 2-3[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 4-5[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 6-7[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 8-9[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 10-11[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 12-13[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 14-15[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 16-17[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 18-19[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 20-21[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 22-23[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 24-25[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 26-27[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 28-29[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 30-31[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 32-33[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 34-35[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 36-37[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 38-39[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 40-41[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 42-43[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 44-45[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 46-47[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 48-49[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 50-51[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 52-53[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 54-55[38] Isère magazine numéro 12 octobre 2017 Page 56