[38] Isère magazine n°11 aoû/sep 2017
[38] Isère magazine n°11 aoû/sep 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de aoû/sep 2017

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Isère

  • Format : (210 x 281) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 8,4 Mo

  • Dans ce numéro : ils veillent sur vous !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
34 > ENSEMBLE I GENS D’ISÈRE D.R. ANISSA BOUMECHACHE UNE ÉPICIÈRE ENGAGÉE Apparemment, c’est un commerce comme les autres. Mais, en y regardant de plus près, on observe qu’il n’y a aucune marque connue dans les rayons. Les pâtes, riz et gâteaux secs viennent de chez Schär, le chocolat se nomme Valor et les chips, Markal. Bienvenue chez Deslys d’Anaïs, à Villard-Bonnot, dans la vallée du Grésivaudan. Depuis octobre 2016, Anissa Boumechache et son compagnon, Franck Cermeno, ont ouvert ce magasin spécialisé dans le bio, le sans-sucre et le sans-gluten. Une aventure qui, en fait, n’aurait jamais dû arriver ! « Le 31 mars 2014, une terrible nouvelle est arrivée dans notre famille, explique Anissa. Notre fille Anaïs, âgée de 7 ans à l’époque, est hospitalisée avec 6 grammes de sucre par litre de sang. Le diagnostic tombe  : elle est diabétique de type 1 insulino-dépendant. » Pour s’occuper à temps plein du nouveau compagnon de vie d’Anaïs, JONATHAN DUBRULLE > ISÈRE MAG I JUILLET/AOÛT 2017 I #11 Six grammes de sucre par litre de sang VILLARD-BONNOT Anissa arrête de travailler et organise le nouveau mode de vie de sa fille, tant à l’école qu’en famille. « La première année a été terrible  : apprendre, combattre, chercher des produits moins sucrés pour qu’Anaïs puisse continuer à savourer de bons produits », poursuit-elle. Une quête, menée surtout sur Internet, qui leur a permis de dénicher des aliments beaucoup moins caloriques en sucre, comme le maltitol, par exemple, un édulcorant qui joue moins sur les glycémies des diabétiques. Du coup, l’idée a germé de créer ce commerce spécifique destiné aux personnes diabétiques ou atteintes d’intolérance au gluten. Mais aussi aux consommateurs qui veulent manger plus sainement ! Contacts  : www.deslysdanais.fr ; 04 76 92 38 59. Par Richard Juillet AUTEUR, ÉDITEUR… AGRICULTEUR Jonathan Dubrulle a plus d’une corde à son arc. À 20 ans, il a déjà écrit quatre livres et créé sa propre maison d’édition. Habitant de Courtenay, ce petit-fils d’agriculteur se passionne depuis l’enfance pour le patrimoine, la ruralité et l’histoire locale. « J’ai écrit mon premier livre à 14 ans pour transmettre la mémoire de mon village », explique-t-il. Depuis, Jonathan sort un livre De la terre et des livres COURTENAY tous les deux ans. Son quatrième ouvrage, consacré à l’agriculture d’aujourd’hui en Nord- Isère, doit paraître cet été. Mais Jonathan ne se limite pas à l’écriture. L’an dernier, il a créé sa microentreprise  : les Éditions des Lauzes. « Je me suis rendu compte qu’il y avait une demande dans l’édition à compte d’auteur  : je propose des prestations de service pour accompagner les projets d’édition d’auteurs amateurs. J’apporte des conseils sur le fond et la forme, avec un œil extérieur », explique Jonathan. Deux ouvrages ont déjà été édités, dont Le Langage mystérieux d’Ovalie, sur les expressions du rugby, écrit par Paul Chauvin et préfacé par l’international de rugby Julien Bonnaire. En parallèle, Jonathan poursuit ses études en BTS agricole, avant d’intégrer une école d’ingénieurs en agronomie, avec comme projet de reprendre l’exploitation familiale à temps partiel tout en travaillant en cabinet de conseil pour accompagner les agriculteurs. En attendant, c’est dans le domaine de sa seconde passion qu’il apporte ses conseils  : l’écriture. contact  : 07 60 00 42 95 Par Sandrine Anselmetti R. Juillet
CORINNE CHAUSSABEL DE L’ART EN ENTREPRISE Installée depuis cinq ans au centreville d’Allevard, dans la vallée du Grésivaudan, Corinne Chaussabel, Grenobloise d’origine, est une artiste en lien avec la vie. « Avec ces vitrines qui donnent sur la rue, j’ai l’impression d’avoir un atelier à ciel ouvert ! Les gens entrent pour me regarder travailler et les curistes pour découvrir les nouveautés. » Dans ses mosaïques, elle mêle la pierre, les couleurs de la pâte de verre et la matière industrielle – comme des semi-conducteurs – que lui confient les entreprises. Cette mosaïste a en effet pour originalité d’intervenir en entreprise, notamment dans le domaine de l’industrie… là où elle avait débuté sa carrière professionnelle, pendant trois ans à Paris, avant de se consacrer pleinement à l’art avec une solide formation aux Beaux-Arts (Paris, Grenoble), à l’école Boulle et à la Maison de la mosaïque de Paray-le-Monial. « Je valorise l’humain dans son travail, Mille deux cents utilisateurs ! C’est le nombre d’adhérents à OpenCar, une plate-forme de covoiturage local ouverte à Grenoble en 2016 qui permet de se déplacer à moindre coût dans l’agglomération grenobloise. Le principe ? Passagers et conducteurs partagent les frais, sauf qu’à la différence d’un site de covoiturage classique les premiers ne gagnent pas d’argent, mais des points échangeables en cadeaux en fonction du nombre de passagers et de kilomètres parcourus  : tickets de cinéma, repas dans un restaurant, ordinateurs… « J’ai imaginé ce service dans le cadre de mes études avec Paul Feipeler et Lucas Durand, que j’ai rencontrés sur les bancs de l’institut d’administration des entreprises (IAE) de Grenoble, explique François Fantin, Un projet à forte dimension sociale et environnementale « Je valorise l’humain dans le travail » en rendant visible son savoir-faire et ce qu’il produit, qui d’habitude reste caché dans une machine, une voiture ou un téléphone. C’est aussi une façon de rapprocher des disciplines, l’art et l’industrie, qui semblent opposées ; or nous partageons des valeurs d’innovation et de créativité. » Au-delà des œuvres et des commandes, elle anime des temps de cohésion d’équipe, sous forme de création collective, en résonance avec une thématique de l’entreprise. « Cela permet aux collaborateurs de porter un autre regard sur les autres. Pour moi, c’est beaucoup de plaisir et cela donne du sens à mon travail d’artiste. » Par Véronique Buthod FRANÇOIS FANTIN, PAUL FEIPELER, LUCAS DURAND 23 ans. Nous devions créer un projet d’entreprise avec de fortes valeurs sociales. Nous sommes tous trois sensibles à la protection de l’environnement et aux problèmes de mobilité des personnes qui ont de faibles ressources. D’où l’idée de ce service sans commission ! » Pour enclencher la vitesse supérieure, OpenCar a élargi ses services aux entreprises et administrations. « À raison d’un abonnement de 200 à 900 euros par mois, nous mettons à leur disposition un espace en ligne réservé à leurs salariés », poursuit François Fantin. Trois grandes entreprises ont déjà rejoint OpenCar. L’objectif est de dépasser très vite la dizaine ! contact@opencar-grenoble.fr Par Annick Berlioz GENS D’ISÈRE I ENSEMBLE LE COVOITURAGE SANS COMMISSION ! GRENOBLE ALLEVARD #11 I JUILLET/AOÛT 2017 I ISÈRE MAG D.R. V. Buthod > > 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 1[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 2-3[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 4-5[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 6-7[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 8-9[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 10-11[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 12-13[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 14-15[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 16-17[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 18-19[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 20-21[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 22-23[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 24-25[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 26-27[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 28-29[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 30-31[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 32-33[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 34-35[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 36-37[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 38-39[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 40-41[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 42-43[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 44-45[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 46-47[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 48-49[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 50-51[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 52-53[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 54-55[38] Isère magazine numéro 11 aoû/sep 2017 Page 56