[35] Nous Vous Ille n°99 oct/nov/déc 2012
[35] Nous Vous Ille n°99 oct/nov/déc 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°99 de oct/nov/déc 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général d'Ille-et-Vilaine

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 93,6 Mo

  • Dans ce numéro : l'économie à visages humains.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
EN DIRECT DES 7 PAYS>REDON UNE SEMAINE SUR LA CRÉATION D’ENTREPRISE ■ Pour la 5 e année consécutive, les acteurs de l’accompagnement à la création d’activité du pays de Redon, des associations et des collectivités proposeront en novembre la semaine Envie d’Entreprendre. Du 16 au 23 novembre, une quinzaine de manifestations gratuites seront proposées pour informer tous ceux qui se posent des questions sur la création de leur propre emploi ou le développement de leur activité. Renseignements : MEDEFI (maison de l’emploi) à Redon au 02 99 72 31 21. www.medefi.fr UN FORUM DES SERVICES À LA PERSONNE À REDON ■ Samedi 10 novembre, rencontre sur les différents services disponibles dans le territoire, et les aides permettant de les obtenir. Avec spectacle de Casus Délires. De 10 heures à 17 heures à la maison des fêtes de Bellevue. Renseignements au 02 99 71 69 33. Passerelle Des adhérents autour de Céline Le Creff (au centre), l’une des deux animatrices du groupement d’entraide mutuelle. À Redon les personnes en souffrance psychique aiment le Gem PHOTO CHARLES CRIÉ ■ « J'avais perdu mon boulot. J'étais en dépression. Sans le Gem, je ne serais jamais sortie de chez moi », confie Catherine. « La priorité du Gem c'est le collectif », poursuit Jacqueline. « Nous voulons changer le regard des autres sur la maladie mentale », martèle Jean-Yves. Le Gem ? Les Groupements d'entraide mutuelle sont issus de la loi de février 2005 sur l'égalité des droits des personnes handicapées. Il en existe plus de 350 en France. Celui de Redon a été créé en 2006, au centre social. Il a aidé une cinquantaine de personnes depuis sa création. L'enjeu : lutter contre l'isolement des personnes en souffrance psychique. Alternative à la prise en charge classique en hôpital de jour, le Gem est une passerelle vers la réinsertion. Les adhérents se retrouvent toutes les semaines dans un local mis à leur disposition par la ville. Deux animatrices concoctent le programme d'animations. Une dizaine d'adhérents ont même effectué un séjour culturel à Barcelone à la mioctobre. Depuis 2009, le Gem est administré par les adhérents au sein de l’association Oxygène. Une particularité : depuis 2012, l'association a trois présidentes. Là aussi, priorité au collectif ! JACQUES FAUCHEUX Contact Centre social, 02 99 71 44 57. L’Institut d’aménagement de la Vilaine, une histoire d’eau BARRAGES L’Institut d’aménagement de la Vilaine vient de fêter ses cinquante ans. L’occasion de rencontrer son président, Jean-François Guérin, conseiller général de Redon. Jean-François Guérin (à dr.), président de l’IAV et Jean-Luc Jégou, directeur. Quelles sont les missions historiques de l'Institution d'aménagement de la Vilaine (IAV) ? Cet outil d'aménagement du territoire a été mis en place en 1961 par les trois départements de Loire-Atlantique, du Morbihan et d'Ille-et-Vilaine. Ses objectifs étaient de lutter contre les inondations dans le pays de Redon, de mettre en valeur de nouvelles terres agricoles et de faciliter la navigation sur la Vilaine. D'où la construction du barrage d'Arzal dans le Morbihan entre 1961 et 1970, puis de l'usine d'eau potable de Férel en 1972. Grâce au barrage, nous disposons aujourd'hui d'une réserve d'eau PHOTO FRANCK HAMON potable de 50 millions de m 3 qui sert d'appoint aux syndicats des eaux des trois départements en cas de sécheresse, de travaux ou l’été, notamment. En 2017, Rennes et Férel seront reliées par une canalisation aujourd’hui arrivée à Bains-sur-Oust. Quels sont les grands projets de l'IAV ? Nous allons investir 15 à 20 millions d'euros dans l'usine de Férel afin de produire une eau conforme aux normes, sans cesse plus exigeantes. 25 autres millions permettront de construire une nouvelle écluse sur le barrage. Elle servira à réduire les remontées d’eau salée dans la réserve d'eau potable et à améliorer le flux de passages des bateaux. Quel a été l'impact écologique du barrage ? L'envasement s'est accru et a généré des conflits. Le comité d'estuaire en a fait un sujet majeur. L'enjeu écologique des 50 prochaines années est de préserver la qualité de la ressource en prenant en compte le réchauffement climatique. Nous le faisons en concertation avec les collectivités, pêcheurs, agriculteurs, plaisanciers et associations. L'IAV veille à ce bon état écologique. Il est aussi chargé du Schéma d'aménagement et de gestion des eaux (Sage) élaboré par la commission locale de l'eau (CLE) qui regroupe tous les acteurs concernés. RECUEILLI PAR J.F. 34 NOUS VOUS ILLE OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2012
>SAINT-MALO PHOTO BRUNO SAUSSIER Force Trois à quatre fois par semaine, le groupe des Jedis se frotte à la vie sauvage dans la bonne humeur. Les jeunes de l’IME malouin cultivent leur Champ des Indiens ■ Il y plane un air de Charles Trénet. À mi-chemin entre Y'a d'la joie et Le Jardin extraordinaire. Une touche de far-west grâce aux tipis, au poney Paquito, farouche comme un mustang, et aux mines de Sioux que prennent Romain, Adrien, Leeroy, Jérémy, Laurine, Angélique et Nicolas quand ils vous invitent dans leur royaume. Ces sept ados sont les plus âgés du groupe des Jedis de l'Institut médico-éducatif des Hautes- Roches, à Saint-Malo. Avec sept autres jeunes de 12 à 13 ans, ils sont les princes-ouvriers du Champ des Indiens. Ce projet socio-éducatif unique est né voilà un an dans un champ clos de 5 000 m² prêté par un voisin de l'IME. Aujourd'hui, il abrite un potager, un parc pour les animaux – Paquito, l'âne Nestor, les moutons noirs Coca et Cola –, un parcours sensoriel et même des toilettes sèches. Dans l'année, on y ajoutera un ou deux chalets, des composts à végétaux et une mare « pour y mettre un dauphin, assure Angélique. Ou peut-être des canards. » La vie faite main Bricolé à la main par les jeunes, le Champ des Indiens leur a appris le maniement de la bêche, de la barre à mine, de la faucille. Et aussi la patience, la créativité, la rencontre et les responsabilités. La vie en communauté et la certitude que partager, c'est s'enrichir. Des qualités qui feront de ces jeunes qui présentent « des difficultés d'apprentissage et de comportement », selon les termes des deux éducatrices Anne Diouf et Gwénola Mallet, des citoyens mieux armés que nombre de leurs contemporains. BRUNO SAUSSIER Dans le port de la Socarénam, y'a des marins qui bossent... ■ Ex-Thomson, ex-ABN, ex- Gamelin, le chantier naval malouin racheté par la Socarénam en 2009 revient de loin. Longtemps spécialisé dans la construction de bateaux en aluminium, il a développé une activité de réparation navale depuis le début 2012. Pour son gérant Benoît Clavurier, cette évolution est arrivée à point nommé. « Nous avons signé un contrat d'entretien sur dix ans pour huit bateaux de la Marine Nationale. Cela nous assure de nombreuses heures de travail jusqu'en 2020. » Le chantier recrute Avec l'arrivée de nouvelles constructions dans le plan de charge – un bac en acier de 60 mètres, un bateau en aluminium et un projet innovant de belle taille encore secret pour 2013 –, l'équipage malouin est sous-dimensionné. À la tête de 25 personnes, Benoît Clavurier doit démarrer une campagne de recrutement sans précédent. « Ces projets nous imposent de doubler notre effectif très vite. Nous devrions être une cinquantaine d'ici la fin de l'année, soixante en février prochain. » Comme à son habitude, le chantier naval recrute par le biais des agences d'intérim pour des missions de trois mois. Après ? « Si le technicien est motivé et prometteur, on enchaîne sur un CDI. » Les profils prioritaires : « Mécaniciens, chaudronniers, tuyauteurs… On se diversifie car on touche à tout en réparation navale. » B.S. PHOTO BRUNO SAUSSIER Constructeur Les projets de la Socarénam vont déboucher sur la création d'une trentaine d'emplois d'ici à 2013. OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2012 NOUS VOUS ILLE 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 1[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 2-3[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 4-5[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 6-7[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 8-9[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 10-11[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 12-13[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 14-15[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 16-17[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 18-19[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 20-21[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 22-23[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 24-25[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 26-27[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 28-29[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 30-31[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 32-33[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 34-35[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 36-37[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 38-39[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 40-41[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 42-43[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 44-45[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 46-47[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 48-49[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 50-51[35] Nous Vous Ille numéro 99 oct/nov/déc 2012 Page 52